Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 12:30

Mardi 10 juillet 2012 - Santé Nature Innovation


Lire la réaction/mise en garde du Dr Broussalian, homéopathe, à cet article

 

L'HOMEOPATHIE CONTRE LE CANCER 



Vous n'en entendrez pas parler dans les journaux mais le fait est qu'en Inde, l'homéopathie soigne des milliers de cas de cancer.

 

Et en effet, même si les grands médias maintiennent un silence assourdissant à ce sujet, des études financées par le gouvernement américain montrent que l’homéopathie pourrait être notre meilleure défense contre le cancer. D’après des essais cliniques, plusieurs remèdes homéopathiques sont aussi efficaces qu’une chimiothérapie et des milliers de cas de cancer sont soignés grâce au recours exclusif de l’homéopathie. (voir ci-dessous)

 

Le succès extraordinaire des remèdes homéopathiques (qui sont dilués des centaines de fois) contre la plus redoutable des maladies est, en particulier, démontré chaque jour dans plusieurs cliniques homéopathiques de Calcutta en Inde.

 

Dans un rapport sur le travail de la Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, 21 888 patients atteints d’une tumeur maligne ont été traités uniquement par homéopathie, sans chimiothérapie ni radiothérapie, entre 1990 et 2005.

 

D’après les comptes rendus cliniques, on a constaté une régression complète de la tumeur dans 19 % des cas (4 158 patients) et une stabilisation ou une amélioration dans 21 % des cas (4 596 patients). Ceux dont la tumeur n’évoluait pas ont été suivis ensuite pendant deux à dix ans afin de surveiller l’amélioration (1).

 

Cela tend à montrer que l’homéopathie est capable à elle seule de guérir ou, du moins, de stabiliser 40 % de tous les cancers, un taux de réussite qui équivaut aux meilleurs résultats obtenus avec des traitements conventionnels, et ce sans subir les effets invalidants de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

 

DES RESULTATS CONFIRMES PAR DES LABORATOIRES INDEPENDANTS

 

Des laboratoires indépendants ont étudié la thérapie homéopathique de cette Banerji Foundation, ou protocole Banerji. Deux des remèdes utilisés, Carcinosin (ou Carcinosinum) et Phytolaccadecandra, se sont avérés aussi efficaces contre le cancer du sein que le Taxolâ prescrit en chimiothérapie. (2)

 

Etonnamment, tous les traitements employés par la Banerji Foundation sont disponibles en pharmacie et Ruta 6 (Rutagraveolens) est l’un des quelques remèdes régulièrement prescrits. (3)

 

Pour l’élaboration de ce protocole, la Banerji Foundation n’a pas hésité à utiliser une combinaison de plusieurs remèdes homéopathiques et à s’appuyer sur des équipements de dépistage de haute technologie. Ces deux pratiques sont contraires à l’homéopathie classique, uniciste, c’est-à-dire qui recherche le remède unique – et non une combinaison de remèdes –adapté à un profil individuel corps/esprit.

 

Une autre clinique à Kolkata, le Advanced Homeopathic Healthcare Centre, se targue d’un taux similaire de succès chez des patients atteints d’un cancer. Quoique bien documentés, leurs résultats n’ont pas été soumis au même degré de validation scientifique que la Prasanta Banerji Foundation.

 

UN DEBUT DE RECONNAISSANCE

 

Le travail à la Banerji Foundation a commencé à attirer l’attention des Occidentaux dès 1995 lorsque le docteur Prasanta Banerji et son fils, le docteur Pratip Banerji, ont présenté lors de la 5e Conférence internationale de recherche contre le cancer une étude de seize cas de tumeur du cerveau ayant régressé en utilisant uniquement des traitements homéopathiques. À l’époque, ils testaient dans leur fondation depuis 1992 ce type de remède sur des patients atteints de cancer. Ils déclarèrent traiter actuellement une moyenne de 120 patients par jour.

 

Le docteur Sen Pathak, professeur en biologie cellulaire et en génétique au centre contre le cancer MD Anderson de l’université du Texas (MDACC) à Houston, est entré en contact avec les Banerji. Ensemble, ils ont mis au point un essai visant à tester deux remèdes homéopathiques, Ruta 6 et Calcarea Phosphorica 3X sur 15 patients atteints d’une tumeur au cerveau. Six d’entre eux qui souffraient d’un gliome (un type de cancer du cerveau) ont vu leur tumeur complètement régresser. Dans une étude in vitro parallèle, des scientifiques ont constaté que les remèdes induisaient des voies de signalisation de la mort des cellules cancéreuses. (4)

 

Les résultats sont stupéfiants. On considère en effet qu’un gliome est incurable. Sur 10 000 personnes diagnostiquées chaque année d’un gliome malin rien qu’aux États-Unis, seule la moitié d’entre elles étaient encore en vie un an plus tard et juste 25 % au bout de deux ans. (5)

 

Au MDACC, les scientifiques ont été si impressionnés par ces résultats qu’ils ont commencé à proposer des remèdes homéopathiques contre le cancer.

 

En 1999, l’Institut National Contre le Cancer (NCI) américain a évalué les effets du protocole Banerji sur dix patients atteints de différents types de cancers. Dans quatre cas de cancer du poumon et de l’œsophage, les chercheurs du NCI ont confirmé l’existence de réponses partielles aux remèdes homéopathiques. Aucun des patients n’avaient reçu au préalable de traitement conventionnel anticancéreux.

 

Le NCI a conclu qu’il existait une preuve suffisante d’efficacité pour poursuivre les recherches sur ce protocole. Ce fut une décision historique car c’était bien la première fois qu’aux États-Unis un organisme de santé officiel travaillait sur une thérapie alternative pour traiter le cancer. (6)

 

RESULTATS PROBANTS EN LABORATOIRE

 

Afin de comprendre le mécanisme d’action des traitements homéopathiques sur les cellules cancéreuses, huit scientifiques du MDACC ont testé quatre remèdes sur deux lignées cellulaires de cancer du sein chez la femme : Carcinosin en 30 CH, Conium maculatum en 3 CH, Phytolacca decandra en 200 CH et Thuya occidentalis en 30 CH.

 

Environ cinq cents cellules ont été exposées à ces produits ainsi qu’à un placebo (le solvant dépourvu des principes actifs des remèdes) durant des périodes de un à quatre jours. Cette expérience a été répétée trois fois.

 

Avec deux des remèdes, Carcinosin et Phytolacca decandra, on a obtenu jusqu’à 80 % de réponse, preuve de l’apoptose ou mort cellulaire et seulement 30 % avec le solvant-placebo. L’effet était donc presque trois fois supérieur.

 

En outre, plus les dilutions étaient fortes, plus l’effet sur les cellules était important, ce qui, est conforme aux règles de l’homéopathie. En effet, les remèdes sont paradoxalement plus actifs si la dilution est plus importante et si les périodes d’exposition sont plus longues.

 

Les remèdes ont provoqué une « cascade apoptotique » qui a interféré avec le cycle de croissance normal des cellules cancéreuses. Pourtant, les chercheurs ont constaté que les cellules saines environnantes n’avaient pas été touchées. En d’autres termes, les remèdes homéopathiques n’avaient ciblé que les cellules cancéreuses alors que les médicaments utilisés en chimiothérapie attaquent toutes les cellules qui se multiplient. D’après eux, les effets de Carcinosin et de Phytolacca étaient aussi puissants que ceux du Taxolâ, le médicament le plus souvent prescrit en chimiothérapie lors d’un cancer du sein. (7)

 

LE SUCCES DE RUTA AU STADE TERMINAL

 

Bien que Carcinosin et Phytolacca aient fait leurs preuves en laboratoire, nombre de patients de la Banerji Foundation prennent Ruta 6 qui a eu un succès extraordinaire lors d’une étude portant sur 127 patients américains atteints d’une tumeur au cerveau, la moitié d’entre eux au stade IV, le stade terminal avant le décès.

 

D’après l’IRM ou Imagerie par Résonance Magnétique, les tumeurs avaient complètement disparu chez 18 des 127 patients qui ne prenaient que Ruta, sans traitement conventionnel complémentaire. Chez neuf autres patients, la tumeur avait régressé de manière significative. Ces tumeurs étaient stables chez environ la moitié des patients, mais avaient augmenté de volume chez 27 patients. En conclusion, l’action de Ruta s’était avérée bénéfique, dans une plus ou moins grande mesure, chez environ 79 % d’entre eux.

 

Dans une étude antérieure de la Banerji Foundation portant sur des patients à qui l’on avait prescrit Ruta ainsi qu’une chimiothérapie conventionnelle pour une tumeur du cerveau, 72 % avaient tiré un profit plus ou moins grand de cette association, ce qui, comparé à l’étude précédente, suggère que Ruta serait à lui seul plus efficace (ou certainement aussi efficace) qu’un produit de chimiothérapie, et ce sans effets indésirables invalidants. (8)

 

Dans une autre étude sur des cas de tumeur du cerveau (148 patients atteints d’un gliome malin et 144 d’un méningiome) traités à la Banerji Foundation entre 1996 et 2001, les 91 patients exclusivement sous Ruta et Calcarea Phosphorica ont eu une durée de survie moyenne de 92 mois alors que onze autres patients traités de manière conventionnelle et recevant de l’homéopathie en complément n’ont survécu que 20 mois. En outre, 7 % des patients uniquement sous homéopathie ont connu une rémission totale, 60 % une amélioration, 22 % une stabilisation (la tumeur n’évoluant pas dans un sens ou dans l’autre) et 11 % une aggravation. (9)

 

UN IMMENSE ESPOIR POUR LES AUTRES CAS DE CANCER

 

Ces succès de l’homéopathie pour soigner le cancer donnent de l’espoir à tous les chercheurs dont l’esprit est un minimum ouvert aux médecines alternatives.



La Banerji Foundation n’est pas la seule clinique qui a adopté une approche moderne de l’homéopathie, dite « homéopathie avancée ». Au contraire, les exploits de la Banerji Foundation ont même plutôt donné une vaste impulsion pour la création d’autres fondations sur l’homéopathie en Inde. Leurs résultats sont également très prometteurs. Je vous ferai part de mes dernières découvertes sur ce sujet dans la prochaine lettre Santé & Nutrition.



En attendant, force est de constater que les mentalités occidentales peinent à évoluer lorsqu’il s’agit de donner plus de crédit à l’homéopathie et à tester son potentiel à soigner des maladies graves, telles que le cancer.



A noter que je vous ai préparé cet article à partir d’une recherche réalisée par le spécialiste Bryan Hubbard, qui a été publié en version originale dans la revue anglaise WDDTY, en mai 2012. Il est reproduit ici avec autorisation, et grâce à la traduction de Catherine Sobecki.



A votre santé !

 

Jean-Marc Dupuis



********************

Sources :

 

- Banerji, 2008

- International Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403

- Ruta 6 selectively induces cell death in brain cancer – Virtual Trials. www.virtualtrials.com/pdf/ruta6.pdf - Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat de SEN PATHAK – 2003

- Internal Journal of Oncology, 2003 ; 23 : 975-982

- The Washington Post du 20 mai 2008

- Oncology Reports, 2008 ; 20 : 69-74

- Internal Journal of Oncology, 2010 ; 36 : 395-403

- http:/health.groups.yahoo.com/group/Ruta6

- Prasanta Banerji Homeopathic Research Foundation, www.pbhrfindia.org

- Palliative Medicine, 2002 ; 16 : 227-233

- Journal of Alternative and Complementary Medicine, 2005 ; 11 : 21-27

- Br Homeopath J., 2000 ; 89 : 8-12

- Cancer, 2001 ; 92 : 684-690

- Biomedical Therapy, 1998 ; 16 : 261-265

- Homeopathy, 2003 ; 92 : 131-134

- Homeopathy, 2002 ; 91 : 75-79

- BBC News, 20 août 2009 ; http://news.bbc.co.uk/2/hi/8211925.stm

 

Lire la réaction/mise en garde (du 5 décembre 2014) du Dr Broussalian, médecin homéopathe, à cet article ci-dessus: ICI

 

Si des milliers de vies humaines n’étaient pas ici en jeu, les avis d’instances officielles comme le KCE sur l’homéopathie pourraient presque faire rire ou sourire, tant ils vont à l’encontre du simple bon sens. Le KCE (= Centre fédéral d’expertise des soins de santé), qui se présente pourtant comme une instance indépendante dont le travail consiste à fournir des avis étayés censés aider la décision politique, avait en effet recommandé dans un récent rapport de ne pas rembourser cette médecine alternative efficace et sûre qui satisfait pourtant des dizaines de milliers de concitoyens. Le motif? "Pas de preuve d'efficacité" disait alors le KCE (sic!)

 

Une fois encore, on peut donc juger de la pertinence de tels avis, d’autant que la même instance est toujours particulièrement prompte à recommander le remboursement de nouveaux vaccins ou de nouvelles versions vaccinales (rotavirus, pneumocoques, HPV, etc) dont le service médical rendu, au vu du risque d’effets secondaires graves, apparaît pourtant autrement plus discutable !

 

Qu’il s’agisse en fait du cancer ou des vaccinations, il est manifeste que tout est officiellement organisé pour restreindre ou décourager le pluralisme thérapeutique. Ainsi, il faut absolument que le dogme des traitements officiels et autres vaccinations « officiellement recommandées » reste bien ancré dans les esprits les plus crédules qui n’auraient ainsi le droit de recourir à des alternatives qu’ « en complément » sans quoi ils seraient sans doute en proie à « des dérives sectaires » ou Dieu sait quoi d’autre encore. C’est ainsi que les remèdes homéopathiques ne sont habituellement tolérés par les services de cancérologie que parce qu’ils sont censés accroître l’acceptation des traitements officiels (en diminuant leurs effets secondaires). Le simple fait que d’AUTRES traitements et d’AUTRES préventions puissent ainsi se suffire à eux-mêmes est donc tout bonnement inacceptable pour cet establishment avide de monopoles confortables. Pendant ce temps, des épidémies de leptospirose et de méningites sont efficacement évitées respectivement à Cuba et au Brésil grâce à l’homéopathie (comme démontré par des études officielles!) et des cancers sont parfois entièrement guéris par le seul recours à l’homéopathie mais dans le même temps aussi, d’autres personnes sont privées de ces chances de prévention et de guérison et succombent ainsi en quelque sorte à leur docilité ou à leur crédulité dont les autorités officielles ont usé et abusé, à leur détriment. Rien n’est plus désagréable que ce discours aux yeux et aux oreilles des officiels dont la posture consiste en permanence à faire croire qu’ils travaillent à « notre bien » (dans la droite ligne du mythe de l’ « Etat protecteur » ou « Etat providence ») et qui détestent donc par-dessus tout être dévoilés dans leurs plus infâmes contradictions et autres petits manèges.

 

Pourtant, à l’heure où les pharmas perdent de plus en plus pied en termes de crédibilité mais aussi de rentabilité (expiration des brevets, manque d’inspiration d’où besoin d’inventer sans cesse de vrais faux besoins et des nouvelles fausses maladies) et où elles ont plus que jamais besoin du soutien des officiels, il reste plus que jamais nécessaire de lutter pour la liberté thérapeutique et la liberté vaccinale. Car ces tyrannies vont évidemment de pair avec des monopoles écrasants que se partagent un petit nombre de multinationales avides et sans compassion, qui tenteront évidemment le tout pour le tout dans ce genre de contexte de « fin de règne ». Par exemple, les pressions, le flicage et le racolage vaccinal vont croissant avec les près de 300 futurs vaccins dans le pipeline des industriels (en attendant l’explosion inéluctable de la bulle), exactement comme la liberté semencière se restreint également au fur et à mesure que le totalitarisme de Monsanto trouve un espace pour s’exercer. Dans tous les secteurs de notre vie courante, il est en fait question de supprimer toute comparaison ou de la rendre moins aisée, de façon à minimiser toute possibilité de changement ou de révolution citoyenne : engluer un maximum de pays dans la folie d’une "monnaie unique-carcan" qui amène crises financières et vie chère ; engluer un maximum de gens dans le cercle vicieux vaccinal au nom du « Bien collectif » et du mythe de l’ « immunité de groupe », ce qui empêche ainsi de comparer aisément gens vaccinés et non vaccinés ; engluer un maximum de médecins dans l’illusion que seules les méthodes de soin « officiellement recommandées » sont utiles, efficaces et prouvées ; engluer un maximum d’agriculteurs dans la dépendance aux OGM et aux pesticides, etc etc

 

Il ne tient qu’à nous de prendre conscience de ces mécanismes et de cette dynamique mortifère pour y échapper et pour enfin, reprendre les « clés de notre destin ».

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article

commentaires

flora rufer 09/10/2016 13:35

I WAS CURE DE HERPES AVEC DR OOSA Phytothérapie

J'ai attrapé l'herpès génital de mon ex petit ami qui n'a jamais eu aucun symptôme. Je l'ai depuis 4 mois maintenant, et il a affecté ma vie. Je l'ai dit à mon mari qui je faisais confiance à ce sujet et je ne l'ai jamais eu une mauvaise réaction, il a touché mes nouvelles relations avec mon mari. Les gens pensent que l'herpès est vraiment un mineur herpès irritation de la peau a un effet à long terme sur la santé. La stigmatisation liée à ce virus par des gens ignorants est ridicule. La plupart des gens ont l'herpès sous une forme ou une autre. Je voudrais pour conseiller les gens sur la façon dont je me débarrasser de mon herpes.i a été la lecture d'un commentaire sur l'Internet, et je l'ai vu un témoignage publié par une femme de l'île qu'elle se débarrasser de son herpès avec l'aide du médecin OOSA. donc je suis si heureux quand je l'ai vu ce poste, que son médicament à base de plantes est free.i recueillir rapidement le médecin email à base de plantes et je lui envoyer un courriel à moins de 5 heures, il répond à mon email.i expliquer les choses pour lui, il m'a dit de ne pas craindre que je devrais remplir sa forme à base de plantes souhait i did.he seule demande pour peu d'argent qu'il utilisera pour acheter les articles pour la préparation du médicament à base de plantes, souhaite que je lui envoie parce que la douleur était trop pour moi à bear.after certains jours, il m'a dit qu'il a préparer le médicament à base de plantes, que je devrais lui envoyer mon adresse qu'il veut, il m'a envoyé via DHL ou FED-EX Voilà comment je suis l'medication.and à base de plantes i l'utiliser comme on m'a dit .après quelques jours i découvert que mon herpès avait pas more.when une partie de mon ami qui a l'herpès m'a vu qu'ils étaient surpris et je les introduisent également à l'homme et ils sont également guéris de la même herpes.if vous avez l'herpès, aimablement OOSA contact médecin via cet e-mail doctoroosaherbalhome@gmail.com

maria jana 17/02/2016 18:57

Dr, Momoh Centre Herbal m'a guéri d'un cancer du poumon à petites cellules avec des mélanges de plantes ai acheté, je suis passé par la chimiothérapie et la radiothérapie, sans aucune solution.
Contactez-le pour obtenir votre propre remède à base de plantes pour tous les types de cancers drmomohherbalcenter@gmail.com
appeler son téléphone +2347051839672
  Dr, Momoh également pu guérir les maladies suivantes,
virus de l'herpès,
VIH / SIDA,
virus Zika,
Variole,
Hépatite B,
Asthme,
Syphilis,
CAD, etc ....

Montesque 31/10/2015 05:26

Dr Okojie Herbal Centre m'a guéri du cancer du poumon à petites cellules avec des médicaments à base de plantes, après je suis passé par chimiothérapie et la radiothérapie, sans aucune solution.
  Contactez-le pour obtenir votre propre remède à base de plantes pour tout type de cancer drokojieherbalhome@gmail.com

donati eric 17/09/2015 15:37

moi même mort depuis 1 an d'après la médecine traditionnelle et encore survivant du cancer stade 4 avec un traitement homéopathique indien, merci le centre Kousmine à Vevey en suisse

Initiative Citoyenne 06/11/2016 11:18

Elles sont sur internet sûrement... http://www.kousmine.ch/

philippe 05/11/2016 10:55

Bonjour,
Pouvez-vous me donner les coordonnées du centre Kousmine à Vevey en suisse.

merci

Initiative Citoyenne 17/09/2015 23:59

Merci pour votre témoignage, Eric. En effet, il existe des milliers de personnes qui bénéficient de traitements plus efficaces et plus sûrs mais "en dehors des clous", c'est-à-dire du dogme officiel oppressant et totalitaire... Mais Molière le disait déjà de son temps, les gens préfèrent le plus souvent mourir dans les règles que réchapper hors des règles. Il est donc urgent que la population découvre ou redécouvre les travaux de Milgram sur la soumission (aveugle) à l'autorité et ses conséquences tout bonnement catastrophiques. Il est certain que la prétendue sécurité, scientificité, garantie de sérieux et d'objectivité n'est pas là où le public croit....

BUNOZ Marie-Do 03/04/2015 09:15

Moi j'y crois, toutes les molécules inventées dans les laboratoires existent dans la nature.
Au lieu de perdre du temps les chercheurs feraient bien d'analyser ce qu'il y a dans la nature on gagnerait du temps.
MAIS çA RAPPORTE PAS ASSEZ AUX LABORATOIRES LA SANTE EST AVANT TOUT UN COMMERCE

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA