Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 20:20

Quelques réflexions sur la nouvelle loi sur les épidémies (LEp), en marge de la votation du 22 septembre.

 

Dr Françoise Berthoud,

pédiatre homéopathe

 

Dr Françoise Berthoud

 

 

La lecture attentive des 88 articles de la (LEp) requiert pas mal de courage et de persévérance. On peut en trouver le texte sur le site http://www.nein-zum-impfzwang.ch/fr/ dont l’introduction se résume ainsi :

 

"Le Parlement fédéral a adopté en septembre 2012 la nouvelle loi sur les épidémies. Ce qui a été présenté d’abord au parlement et ensuite aux citoyens comme étant « une petite révision » donne en fait une très grande marge de manœuvre au Conseil fédéral et aux autorités fédérales et cantonales. Les importants changements ancrés dans la nouvelle Loi sur les épidémies ont motivé 80’000 citoyens à signer le référendum contre cette loi, laquelle n’a rien à voir avec l’approbation ou le refus des vaccins en général mais établit des mesures obligatoires adaptées au moment jugé adéquat par les autorités."

 

Il est facile de juger des forces politiques en présence en visitant les sites :

 

- Sur celui du OUI, une vingtaine d’associations et de fédérations, une centaine de conseillers nationaux et encore une vingtaine d’experts médecins souvent professeurs ou chefs de services hospitaliers.

 

- Sur celui du NON, neuf personnes politiques (le seul nom que je connaisse est celui d’Oskar Freysinger) et une dizaine de médecins dont aucun ne porte un titre redondant. C’est maigre et peu convaincant, malgré le gros travail  des militants d’outre Sarine grâce auxquels le référendum avait abouti.

 

Il faut vraiment se pousser pour rêver que le peuple suisse refuse cette LEp le 22 septembre.

 

Et pourtant, si cette loi passe, ce sera un coup dur pour la liberté des individus au niveau du choix thérapeutique en général, pas seulement dans le cadre des vaccinations.

 

Quelle que soit la couleur politique des tenants officiels du NON, il faudra voter avec eux le 22 septembre.

 

Lançons-nous dans une petite balade dans ce texte de la LEp.

 

Art. 2 But

 

1. La présente loi a pour but de prévenir et de combattre l’apparition et la propagation des maladies transmissibles.

 

La médecine officielle pasteurienne est basée sur la notion du germe tout puissant prêt à attaquer le corps de chaque citoyen, qu’il faut défendre à tout prix. Cette médecine guerrière est la seule acceptée chez nous, ainsi que par les autorités sanitaires de tous les pays du monde. L’OMS est l’Organisation Mondiale de la Santé, mais n’a en fait pas grand-chose à voir avec la santé.

 

Mon expérience de médecin qui a depuis 35 ans quitté les chemins battus enseignés en Faculté m’a montré qu’on ne peut nier l’existence des germes, mais que le terrain aussi est très important, plus important souvent.

 

Pourquoi les salades sont- elles plus belles sur une terre bien nourrie de compost ?

Pourquoi les enfants du Tiers Monde meurent-ils de rougeole alors que les gosses de chez nous (les rares qui ont encore eu la chance de rencontrer un virus sauvage à l’âge traditionnel de la rougeole, entre 5 et 9 ans) font très rarement des complications ?

 

L’enfant des pays pauvres voit son immunité ratiboisée par les parasites, la mal nutrition, souvent la tuberculose. L’enfant riche est le plus souvent dans des conditions de vie favorables au développement d’une immunité naturelle lui permettant  d’affronter sans risque les maladies d’enfance.

 

Ce n’est pas par hasard que j’évoque la rougeole, car il n’est pas exclu à mon avis qu’un jour la LEp rende son vaccin obligatoire. Et pourtant, dans mon expérience de pédiatre homéopathe à Genève, je n’ai vu aucune complication de cette maladie, jadis bénigne et maintenant grave à cause des vaccinations qui ne protègent que partiellement et font reculer l’âge de cette « maladie d’enfance ». Les hospitalisations et les quelques décès dus à la rougeole dans les pays riches sont des adolescents, des adultes et des nouveau-nés mal protégés par le fait que leurs mères ont été vaccinées, alors que les anticorps naturels suivant la rougeole sauvage protégeaient bien mieux les tout petits.

 

Il y aurait beaucoup à dire sur le terrain : le rôle de l’alimentation, celui des conséquences des pollutions environnementales, les facteurs familiaux, les déséquilibres émotionnels par exemple.

 

La médecine officielle, dans le domaine des maladies infectieuses en tout cas, ne tient compte que du corps physique. Or, nous sommes à une époque de l’histoire de l’humanité où s’est largement développée la vision holistique de la santé, qui tient compte des niveaux émotionnels, mentaux et même spirituel de l’être humain. Cette vision hélas est bien loin des préoccupations matérielles et rationnelles des autorités fédérales.

 

La santé, c’est plus subtil, plus compliqué que ce qu’elles croient.

 

Revenons au texte de loi.

 

Art.5

 

1. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) élabore, avec le concours des cantons, des programmes nationaux visant à détecter, à surveiller, à prévenir et à combattre les maladies transmissibles, en particulier dans les domaines suivants:

 

a. les vaccinations.

 

L’OSPF fait la distinction entre la situation particulière lors de laquelle peuvent être déclarées obligatoires des vaccinations pour les groupes de population en danger, les personnes particulièrement exposées et les personnes exerçant certaines activités et la Situation extraordinaire, où le Conseil fédéral peut ordonner les mesures nécessaires pour tout ou partie du pays. On peut se demander quels seront les critères de distinction entre la situation particulière et la situation extraordinaire, seront-ils dictés par l’OMS ?

 

Vacciner contre quoi ?

 

La maladie transmissible susceptible de déclencher une vaccination collective peut être due à un virus (grippe, rougeole, ou autre virus nouveau créant une panique) ou à une bactérie (méningite par exemple).

 

Si une vaccination est ou devient obligatoire, on s’attend logiquement à ce qu’il s’agisse d’une mesure améliorant la santé publique. Il faudrait pour cela deux conditions :

 

1. Qu’il soit scientifiquement prouvé que ce vaccin est utile, que son rapport bénéfice/risque est satisfaisant. Il suffit de lire « Vaccinations, les vérités indésirables » de Michel Georget pour en douter sérieusement. 

 

2. Que les décideurs en matière de santé soient indépendants des gens qui fabriquent les vaccins en cause. Dans le cas qui nous intéresse, la votation du 22 septembre, on sait que la moitié des personnes de la Commission qui a promulgué la révision de la loi sur les épidémies a des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. J’en parlerai Plus loin.

 

Je ferai ici quelques remarques sur les obligations vaccinales pour les enfants. Ce n’est pas directement en rapport avec la LEp, mais me permet d’introduire quelques notions intéressantes.

 

Obligations vaccinales en Suisse

 

Il n’existe de mémoire d’homme aucune obligation vaccinale au nord de la Sarine.

 

Les cantons romands en avaient quelques-unes, qui ont progressivement disparu. Dans le canton de Vaud, l’annulation de cette obligation s’est faite il y a une vingtaine d’années « dans le cadre de l’Opération Orchidée » du département de la Santé. C’était donc une mesure de réduction des coûts administratifs et n’avait rien à voir avec la santé (personnelle ou publique). 

 

A Genève, ce vaccin contre la diphtérie est encore officiellement obligatoire et le Service du médecin cantonal maintient son budget à ce sujet. C’est illogique, quant on sait qu’il suffit de ne pas répondre à la lettre officielle et sévère adressée à tous les parents des enfants de deux ans (ni à ses deux rappels) pour être classé dans les « refus simples parentaux ». La majorité des parents ignore malheureusement ce fait.

 

Oui, j’ose affirmer que la situation à Genève est regrettable et d’autant plus illogique que la diphtérie a disparu de nos pays depuis des décennies, et que son vaccin (une anatoxine) n’a d’effet que sur la gravité de la maladie chez l’individu mais ne peut avoir aucune conséquence sur la contagion (les épidémies » sont dues à des facteurs environnementaux, les guerres par exemple)

 

Obligations vaccinales pour les enfants en Europe

 

Le clivage Nord Sud observé en Suisse se retrouve en Europe

 

Dans tous les pays, l’habitude de vacciner les enfants est bien ancrée et les taux de vaccinations atteignent en gros 90 % de la population enfantine. Il est intéressant de jeter un œil sur les tableaux d’obligations vaccinales pour savoir dans quels pays européens les enfants doivent être vaccinés comme condition à leur inscription à l’école ou en collectivité.

 

Je ne parle pas ici des obligations pour entrer en crèche, qui sont du ressort privé de ces dernières ou de leur association. Notons que le clivage Nord Sud règne aussi dans ce domaine : en Belgique, les crèches francophones wallonnes exigent huit vaccinations, et les néerlandophones flamandes…aucune !

 

Il n’existe aucune obligation légale en Scandinavie, Danemark, Allemagne, Grande Bretagne, Autriche, Espagne, ni dans les provinces du nord de l’Italie. En Belgique, seul le vaccin contre la polio est obligatoire. Au Portugal, en France et en Grèce persistent au moins trois obligations. La situation la plus contraignante se rencontre dans les pays ex-soviétiques où persistent neuf vaccins sévèrement obligatoires en Slovénie, onze en Croatie, par exemple. L’association « Forum Européen de Vigilance Vaccinale » (www.efvv.ch) a déposé en 2005 une motion au Conseil de l’Europe pour une harmonisation des obligations vaccinales qui est restée sans réponse à ce jour.

 

Obligations vaccinales pour les enfants aux Etats-Unis

 

Je cite ici Barbara Loe Fischer, mère d’un enfant lésé par les vaccinations en 1980 et co-fondatrice du très puissant National Vaccine Information Center (NVIC).

 

« Depuis 2008, les autorités médicales nord américaines conseillent aux pédiatres de donner aux fillettes 69 doses de 16 vaccins différents  (diphtérie, coqueluche, tétanos, polio, rougeole, oreillons, rubéole, hémophilus influenza B, rotavirus, pneumocoque, hépatite B, hépatite A, grippe, varicelle, méningocoques et papillomavirus). Pour les garçons, c’est 66 doses de 15 vaccins. Tout ceci de l’âge de 12 heures à l’âge de 18 ans. Les enfants américains sont ceux pour lesquels le nombre de vaccins obligatoires est le plus important en comparaison de toute autre population enfantine tout autour du monde. »

 

Vivre sans vaccins, traduction-adaptation (1)

 

Aucune étude n’a jamais démontré une meilleure santé de la population à la suite d’obligations vaccinales. Au contraire, de plus en plus d’études portant sur des dizaines de milliers d’enfants montrent que les non vaccinés sont nettement en meilleure santé que les vaccinés, aussi bien au niveau des allergies et autres problèmes  physiques qu’au niveau des troubles du comportement.

 

Plus grave encore une étude sérieuse parue en 2011 a démontré que la mortalité à l’âge d’une année dans les pays riches est proportionnelle au nombre de vaccins habituellement exigés ou recommandés dans un pays…les Etats-Unis en tête!

 

Art. 6

 

Dans la notion des groupes à risque, je suis particulièrement choquée quand y figurent les femmes enceintes, dans l’état d’ignorance totale où nous sommes des réactions immunitaires de l’enfant encore dans la matrice.

 

Art. 21

 

Les cantons peuvent proposer des vaccinations dans le cadre du service médical scolaire.

 

Les pédiatres sont en général peu enthousiastes de cette solution qui diminue bien sûr leurs revenus. Plus grave : la vaccination scolaire n’est plus un acte médical mais un acte administratif. Personne n’examine l’enfant pour s’assurer qu’il n’est pas enrhumé, ne sort pas d’une grippe ou ne se trouve pas dans de grosses difficultés émotionnelles qui pourraient altérer son immunité. De plus, le suivi d’éventuelles complications vaccinales risque d’être moins bon que si la vaccination était individualisée…encore faut-il que le praticien soit ouvert à ce qu’affirment les parents d’un enfant qui commence des problèmes de santé physiques ou présente des changements de comportement après une vaccination. Ces médecins sont malheureusement rares. On en a un exemple particulièrement grave en ce qui concerne l’autisme régressif apparaissant après une vaccination ROR (triple vaccination rougeole-oreillons-rubéole faite de routine au début de la deuxième année de vie de l’enfant) chez un enfant auparavant en excellente santé et se développant harmonieusement. J’en connais deux cas autour de moi, et la littérature médicale est riche à ce sujet, surtout depuis les travaux du Dr Andrew Wakefield à Londres dès les années 90.

 

Comme les conclusions de ses études menaçaient l’édifice vaccinal médico-industriel, ce médecin a perdu le procès que lui a intenté le « British Medical Council », perdant en même temps son droit de pratique au Royaume Uni et sa place de chercheur au Royal Free Hospital. Il continue son travail aux Etats-Unis mais est encore considéré comme un dangereux individu par les autorités médicales tout autour du monde. Madame Claire-Anne Siegrist, professeure de vaccinologie à Genève affirme sur les sites que l’autisme régressif n’existe pas. Il semble cependant impossible d’expliquer l’explosion des cas d’autisme tout autour du monde sans évoquer une cause environnementale. Et, dans ce domaine, la vérité à mon avis sort de la bouche des parents.

 

Les cantons peuvent effectuer des vaccinations gratuites ou remettre des vaccins à un prix  inférieur à celui du marché.

 

Ces vaccinations « gratuites » seront bien sûr à la charge des contribuables.

 

Lorsque quelques cas de rougeole furent diagnostiqués à l’Ecole Polytechnique de Lausane (EPFL) en 2008, branle-bas de combat ! Les étudiants étaient tenus de se faire vacciner et c’était gratuit,  mais le vaccin anti-rougeole était alors combiné à ceux des oreillons et de la rubéole (le ROR). Les autorités universitaires, étonnamment,  n’acceptaient même pas l’évidence d’une protection contre la rougeole prouvée par le taux d’anticorps dans le sang. Si l’étudiante ou l’étudiant préférait être vaccinée contre la rougeole uniquement, il fallait payer le vaccin.  J’avais à l’époque écrit à Madame Claire Anne Siegrist déjà évoquée plus haut, lui demandant si on avertissait les étudiantes du danger lors d’une éventuelle grossesse dans les trois mois suivant la vaccination contre la rubéole, précaution que tout médecin a reçu comme consigne. Cette consœur m’a répondu qu’avec les vaccins actuels, il n’y avait plus ce problème…ce qui ne m’a pas convaincue, ni personne autour de moi.

 

Art. 64 Indemnisation

 

1. Toute personne ayant subi un préjudice à la suite d’une vaccination ordonnée ou  recommandée par les autorités peut faire valoir un droit à indemnisation.

 

Des indemnisations sont donc aussi prévues en cas de complications d’une vaccination recommandée, ce qui est une bonne nouvelle. En France, ce sont seulement les vaccinations obligatoires qui peuvent donner droit à des indemnisations (après des démarches longues et difficiles, un vrai parcours du combattant) et la situation est compliquée par le fait que le vaccin ne contenant que les valences obligatoires n’est plus sur le marché français!

 

La Confédération a fixé dans la LEp le plafond de ces indemnités à 70 000 FCH…c’est peu, s’il s’agit de l’accompagnement à vie d’un enfant rendu autiste par une vaccination ROR!

 

Art. 70

 

« Si la Confédération recommande ou ordonne l’utilisation d’un produit thérapeutique en cas de situation particulière ou extraordinaire, elle peut s’engager à réparer le dommage subi par le producteur ». C’est l’impunité des pharmas, comme aux Etats-Unis …et les contribuables qui casquent. Et je ne parle pas des conflits d’intérêts des membres de la Commission de la nouvelle LEp !

 

**********

 

Après les vaccinations, voyons rapidement ce que dit la LEp des maladies infectieuses.

 

Art. 34 Surveillance médicale

 

Les personnes malades, présumées malades, infectées, présumées infectées ou qui excrètent des agents pathogènes peuvent être placées sous surveillance médicale.

 

Art. 37 Traitement médical

 

Les personnes malades, présumées malades, infectées, présumées infectées ou qui excrètent des agents pathogènes peuvent être tenues de suivre un traitement médical.

 

Quels critères sont-ils appliqués pour décider de la présomption d’infection ? Devant la justice, nous sommes tous présumés innocents. Serions-nous tous présumés infectés dans le domaine médical ?

 

Ceci m’amène inévitablement à évoquer le SIDA, sujet tabou entre tous.

 

En Suisse, à l'heure actuelle, adultes et enfants séropositifs subissent déjà des menaces d'amendes, prison, ou mise sous curatelle s'ils refusent les traitements de trithérapie.

 

Pourtant, les résultats au test HIV peuvent être positifs dans un pays et négatifs dans un autre. En plus, on trouve 80 conditions à même d'interférer avec le résultat du test du SIDA parmi lesquelles la tuberculose, malaria, les grossesses ou transfusions multiples et certains vaccins.

 

Force est aussi de constater en la matière que la présence d'anticorps est considérée comme le signe de la maladie et donc d'un danger de transmission alors que cela signe pour toutes les autres maladies infectieuses l'aptitude du système immunitaire à contrôler et à se débarrasser de l'envahisseur!

 

De plus, la trithérapie n’est pas dépourvue de sérieux effets secondaires.

 

 

********

 

Je terminerai en évoquant les trop nombreux conflits d’intérêts à tous les niveaux entre les autorités médicales et Big Pharma. L’OMS n’échappe pas à la règle.

 

Les personnes courageuses qui chaque jour depuis Tchernobyl demandent une OMS indépendante dans le domaine des conséquences sur la santé des centrales nucléaires en faisant par tous les temps le planton devant les bâtiments de l’OMS à Genève nous montrent la voie.

 

Peut-être allons-nous les rejoindre un jour au sujet des vaccinations, par exemple lors de la semaine européenne des vaccinations célébrée rituellement par l’OMS en chaque fin de mois d’avril.

 

Dr Françoise Berthoud

Pédiatre homéopathe

 

Auteure de « La bonne santé des enfants non vaccinés » chez Jouvence (réédition 2013) et de « Diagnostics néfastes; médecine, mensonges et gros sous » à l’Arbre d’Or (2013).

Traductrice du livre "Vivre sans vaccins; Témoignages de familles d'enfants non vaccinés." de Andreas Bachmair.

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA