Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 15:44

"Le premier vaccin anti-malaria est né" peut-on lire sur le site internet du Soir.

 

Une fois encore, cette "nouveauté" est d'emblée assimilée à un progrès. Et ceci, au motif que la maladie est fréquente et qu'elle fait de nombreuses victimes et décès annuellement dans le monde.

 

Pourtant, rationnellement parlant, ce n'est pas parce qu'une maladie est fréquente et/ou grave que le vaccin correspondant est efficace. Cette confusion des deux notions est, il est vrai, savemment entretenue dans l'esprit du public par un conditionnement bien huilé.

 

L'article précise que cela fait 25 ans que ce vaccin a été découvert et que les essais ont eu lieu sur 6000 enfants (cobayes) de 5 à 17 mois dans 11 centres de recherche, en Afrique.

 

Il serait intéressant de pouvoir se pencher sur les conditions d'expérimentation que ces enfants ont dû subir, sur la nature des informations fournies aux parents ou tuteurs, à moins qu'il n'y ait même eu aucune demande d'autorisation à obtenir?

 

De plus, le PDG de GSK Biologicals précise dans le Soir du 19 octobre dernier, que les essais se poursuivront chez des enfants encore plus jeunes, âgés de 6 à 12 semaines. (Or, pour rappel, même chez nous où on vaccine déjà bien trop tôt, on n'injecte pas de vaccins avant les 8 premières semaines de vie)

 

Les résultats de ce vaccin ne sont guère mirobolants en terme de santé publique puisque ce vaccin (administré en 3 doses, le RTS,S/AS02) échouera au moins une fois sur deux à protéger les vaccinés seulement pendant un an, tout en faisant cependant courir à tous le risque potentiel d'effet secondaire grave voire mortel!

 

Cet article du Soir parle d'une réduction de l'incidence de la maladie de 56% sur un an puis d'une réduction de seulement 35% après 12 mois, ce qui semble donc un peu confus de leur part. Mais cet article de tout de même préciser que: "De nombreux vaccinés développent quand même la maladie."

 

Pour le Pr Frédérique Jacobs, chef du Service des Maladies Infectieuses du CHU Erasme, à Bruxelles, « Le vrai espoir de ce type de vaccin est qu’il s’ajoute aux armes actuellement utilisées comme l’utilisation de moustiquaires autour des lits, l’emploi d’insecticides, la lutte contre les eaux stagnantes, mais aussi le diagnostic et le traitement de la maladie »

 

On comprend bien que ce discours doit forcément faire les affaires de l'industrie pharmaceutique. Pourquoi: parce que l'industrie traînait un développement depuis 25 ans pour des résultats aussi décevants et qu' elle va donc pouvoir enfin commencer à rentabiliser tout ça au motif confortable que le vaccin "s'ajoutera au reste".

 

Pourtant, il est d'ores et déjà question du développement d'un autre futur vaccin plus efficace encore... cherchez l'erreur!

 

En outre, le discours du Pr Jacobs témoigne de cette vision particulièrement déformée de ce qu'est un rapport bénéfices/risques dans le cadre d'un vaccin, la croyance populaire bien ancrée chez une grosse partie de la population étant qu'un vaccin, même inutile, ne peut pas nuire et que donc mieux vaut un vaccin en plus, quitte à ce qu'il ne serve à rien, que pas de vaccin du tout. Voilà donc la fondement de cette logique consummériste (impliquant une multiplicité de vaccins et de rappels), responsable de nombreux "dégâts collatéraux".

 

Mais il faut également souligner que le Pr Frédérique Jacobs est en situation flagrante de conflits d'intérêts avec la firme GSK qui commercialisera ce vaccin puisqu'un document consultable sur le site de la firme nous apprend qu'elle est "investigatrice principale" d'un essai clinique portant sur les effets des antiviraux en cas de grippe et financé par la firme, pour la période courant de janvier 2011 à septembre 2013. Or, comme nous l'avons déjà rappelé, tout conflit d'intérêt, quel qu'il soit, est en mesure d'interférer avec le jugement clinique et de nuire à l'intérêt des patients. Ce n'est pas nous qui suçons ça de notre pouce, faut-il le rappeler (?) mais la très sérieuse revue d'Evidence Based Medicine belge, Minerva.

 

Mais revenons sur cette question fort importante des effets secondaires possibles, une question d'autant plus importante que ces populations sont pauvres, qu'elles n'ont aucun ou très peu d' accès aux soins et surtout qu'elles n'auront vraisemblablement aucun recours juridique en cas d'effet secondaire grave, invalidant ou de décès.

 

L'article du Soir précise ceci d'hautement révélateur à ce sujet:

 

"Heureusement, aucune hausse d’événements médicaux sévères n’a été constatée par rapport à une autre vaccination. Mais le pourcentage en reste élevé : 20 % des enfants en ont souffert durant l’essai. Toutefois, les auteurs des résultats publiés mardi dans le « New England journal of medecine » ne les attribuent pas à la vaccination, mais au contexte sanitaire général."

 

La belle affaire! 20% des enfants vaccinés souffrent d'effets secondaires mais ce n'est pas dû ou attribuable au vaccin... bien sûr, cela est scientifiquement "très crédible" venant d'un journal médical (Le New England Journal of Medicine) qui avait pourtant publié, il y a peu, une correspondance d'un médecin qui rappelait les propos de la Cour Suprême des Etats-Unis, celle-ci ayant qualifié les vaccins de "produits inévitablement dangereux"!!

 

Ne pas oublier non plus que dès lors qu'on compare les effets secondaires d'un nouveau vaccin (le vaccin évalué) avec ceux d'un autre vaccin, on biaise d'emblée les résultats en diluant en fait la responsabilité du nouveau vaccin évalué, ce qui profite bien sûr toujours aux industries concernées mais jamais aux patients et encore moins aux sujets cobayes des essais cliniques!

 

Or quel sera le vaccin administré dans le faux groupe test (faux groupe témoin)?

 

Le vaccin hépatite B (Engerix) de la même firme? Ce ne serait guère surprenant compte tenu de ce que nous apprend le Soir du 19 octobre sur la substance même de ce futur vaccin contre la malaria: "Le vaccin est composé de fragments d'une protéine "circumsporozoïte", présente à la surface du parasite pour s'accrocher au foie. Les chercheurs de GSK l'ont fusionnée avec une protéine développée pour le vaccin contre l'hépatite B." A ce propos, rappelons tout de même que ce vaccin hépatite B fait partie des produits ayant donné lieu au plus grand nombre d'effets secondaires de toute l'histoire française de la pharmacovigilance (rapport Dartigues)!

 

Lorsqu'on constate déjà, dès les essais cliniques, un tel dogmatisme au sujet de la "sécurité" d'un nouveau vaccin, on comprend bien que ce ne sont pas les "agences d'évaluation" supranationales qui vont de façon fiable et rigoureuse "peser les avantages et risques du nouveau vaccin" comme l'écrit le Soir. D'ailleurs, l'article parle d'un premier enregistrement fin 2012, preuve que ce calendrier fixé d'avance désigne une procédure déjà toute tracée qui risque peu d'apporter encore la moindre surprise ou la moindre modification.

 

Par ailleurs, l'article dit aussi: "Fin 2012, un premier enregistrement du vaccin, après que les autorités sanitaires auront pesé avantages et risques du nouveau vaccin, permettra sans doute d’en vérifier l’efficacité dans plusieurs pays-test, où des millions de jeunes enfants seront vaccinés." L'usage généralisé étant envisagé dès 2015...

 

Selon Frédéric Soumois, auteur de cet article du Soir, qui s'exprimait dans la partie "commentaires"/forum, à la suite de son article: "Pour enfants africains plus de détails dans le Soir papier ou PDF du jour, mais une précision: ce vaccin n'est absolument pas pour les touristes et les particuliers ne pourront l'acheter, il fera peut-être partie des programmes de vaccination infantile. il ne sert à rien sur les adultes."

 

Et le Soir du 19 octobre de préciser: "Le vaccin ne devrait pas être commercialisé en Europe ni aux Etats-Unis. Il n'a aucune utilité pour le voyageur et sera réservé aux enfants des zones hautement infectées, essentielle en Afrique subsaharienne. Ce seront les Etats africains qui autoriseront l'emploi de ce vaccin et l'intégreront dans des programmes massifs de vaccination infantile."

 

Voilà donc un vaccin qui serait utile chez les enfants et pas chez les adultes? A moins que les enfants ne soient en réalité des cibles bien plus faciles qui auront beaucoup plus de difficultés à manifester ou verbaliser leurs malaises (que les adultes) lorsqu'ils souffriront des effets secondaires très fréquents de ce futur vaccin? Sans parler du fait que ces enfants ne pourront pas dire NON et seront donc de facto vaccinés contre leur gré, comme ce sera le cas avec l'introduction prochaine en Afrique du vaccin anti-rotavirus (financé par Bill Gates), qui sera rendu obligatoire sous prétexte de philanthropie.

Un article sur le site de RTBF Info répond à la question de savoir pourquoi on a uniquement testé ledit vaccin sur des enfants, mais, à nos yeux, de façon fort peu crédible.

 

La raison en serait, soi-disant, "pour ne pas multiplier les infrastructures de vaccination" avec l'idée de vacciner les enfants en même temps que des vaccinations comme celles contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (sans parler de tous les autres vaccins qu'on s'empresse de leur fourguer: pneumocoques, anti-rotavirus bientôt aussi obligatoire en Afrique, sous prétexte de philantropie,...) Ce soir encore, au JT de RTL, on pouvait entendre que le financement de la recherche sur cette vaccination n'aurait pas été possible sans "la générosité" de Bill Gates. Pneumocoques, rotavirus, HPV, ... décidément: quand on parle de vaccins, Bill Gates n'est jamais loin!

 

Rappelons enfin que la question des adjuvants et de leur sécurité se posera encore avec ce vaccin expérimental RTS, S/AS02 puisque cet adjuvant breveté de GSK, l'AS02, contient du MPL (un dérivé lipidique purifié issu du LPS, facteur de virulence clé des bactéries, déjà inclus dans l'adjuvant du Cervarix, l'AS04) et du QS-21, un produit issu de l'écorce de l'arbre Quillaja saponaria, originaire du Chili et d'Argentine. Le tout dans une émulsion de type "huile dans l'eau". Que l'écorce d'un arbre soit une substance d'origine naturelle ne doit pas faire oublier ici le fait que ce type d'émulsion "huile dans l'eau" était aussi ce qui caractérisait l'adjuvant AS03 (à base de squalène), qui fut incorporé dans les vaccins pandémiques H1N1 avec les effets délétères que l'on sait (cas de narcolepsie notamment) mais aussi tous les autres que l'on n'a pas comptabilisés ni évalués...

 

Toutefois, il semble que les industries pharmaceutiques aient décidé de "prendre les devants" en matière de comm' puisque le PDG de GSK Biologicals, Jean Stéphenne affirmait, de façon très (trop?) théorique dans le Soir du 19 octobre dernier qu'"il est indispensable d'apporter la preuve que les adjuvants apportent du bienfait sans risque." Précisons cependant que les adjuvants des vaccins n'apportent jamais le moindre bienfait intrinsèque à l'organisme, ces produits étant un artifice obligé de tous les vaccins tués ou fabriqués par génie génétique sans quoi ceux-ci ne sont même pas capables de déclencher la moindre production d'anticorps.

 

Même si les industriels s'en défendent, il est certain que ce genre de démarche est aussi une question d'argent. Ainsi, les responsables de GSK disent dans le Soir du 19 oct. "Il n'y a pas de prix actuellement fixé pour ce vaccin [...] mais il n'est pas question de faire du profit avec ce vaccin.[...] Nous avons donc pris l'engagement de produire de vaccin à prix coûtant, majoré de 5% qui seront directement réinvestis dans la recherche pour les vaccins de la génération suivante.[...] Quel que soit le prix, il faudra se tourner vers des donateurs comme la fondation Gates mais aussi la Malaria Vaccine Initiative, associant secteurs privé et public."

 

De tels propos constituent des aveux assez accablants puisque cela est admettre qu'ils font beaucoup de profits avec d'autres vaccins, souvent inutiles bien que présentés par les autorités comme des "stratégies de santé publique" (!). D'autre part, un vaccin est à peine "né" qu'il est déjà question d'autres futurs vaccins "de prochaine génération", preuve évidente qu'il n'est pas ici question de commercialiser des vaccins aussi efficaces (et sûrs) que possible mais de rendre des comptes à des actionnaires qui veulent que l'arrivée de nouveaux vaccins sur le marché coïncide avec l'agenda promis, même si l'efficacité est loin d'être au rendez-vous.

 

Souvenez-vous à ce propos que c'est exactement ce qui s'est passé avec les vaccins anti-hépatite B de deuxième génération (mis sur le marché en 1986), encore utilisés à l'heure actuelle et présentés depuis des années comme remarquablement sûrs et efficaces alors que les industries concernées travaillent depuis déjà plusieurs années sur un autre vaccin anti-hépatite B ce qui est à tout le moins très contradictoire par rapport à leurs précédentes professions de foi quant à la sécurité et à l'efficacité de ces vaccins actuels!

 

Quant au prix, l'industrie recourt de façon générale à deux grands types de stratégie: la stratégie du haut prix (vaccins HPV, Prevnar, Synflorix etc) qui peut aboutir dans les pays occidentaux par le truchement de la Sécurité Sociale qui garantit ainsi aux industriels de véritables mannes financières tout en grugeant le public sur l'importance et l'intérêt réels des vaccins en question; et d'autre part, la stratégie "des millions de doses à bas prix" qui rapporte cependant aussi de par le nombre très massif de vaccins achetés par des gens comme Gates qui n'hésitent pas à se positionner en faveur de vaccinations massives, aveugles et même obligatoires (l'obligation étant un autre moyen très lucratif, assurant cette "loi du nombre" sur le plan commercial). Ce dernier cas de figure permettant bien sûr à l'industrie de ne pas trop s'en faire quant au prix exact du futur vaccin (puisque le nombre de doses et les moyens financiers des donateurs suivront toujours)

 

Pour toutes ces raisons, nous dénonçons et nous condamnons cette gigantesque expérimentation humaine qui se fera sur des millions d’enfants innocents et non consentants et qui a même déjà commencé, au cours des essais cliniques, en violation flagrante des principes énoncés dans le Code de Nuremberg.

 

Il est absolument affligeant de constater qu’il aura fallu l’horreur et la désolation d’une Guerre Mondiale ayant coûté la vie à des millions de gens, pour en arriver à édicter ces principes, à présent si facilement baffoués, du fait d’une Science totalitaire devenue incontrôlable  et entièrement soumise aux puissances d’argent.

 

Lire aussi l'article de Sylvie Simon sur ce vaccin anti-malaria: ICI

 

Voir aussi ICI sur l'efficacité de l'armoise dans le traitement des formes graves de paludisme.

 

NB: Wikipedia mentionne que l'armoise est connue depuis l'Antiquité pour son efficacité dans le traitement de la malaria. Wikipedia mentionne aussi ceci:

 

"L'artémisinine est efficace contre plusieurs souches de parasites responsables du paludisme. De multiples études scientifiques confirment cette propriété[1] et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) encourage des programmes de soins et de culture. Cette même OMS déconseille la monothérapie à base d'artémisinine et recommande les traitements combinés (polythérapie). Bien que des résultats acceptables soient obtenus avec des cures sous forme de tisanes, à utiliser au moment des fièvres, cette utilisation en tisane est également fortement déconseillée par l'OMS car cette approche pourrait favoriser la résistance du parasite à la molécule d'artéméther (dérivé semi-synthétique de l’artémisinine). Bien que l'application du principe de précaution de la part de l'OMS soit louable, certains font remarquer qu'aucune forme de résistance à l'artémisinine n'a été enregistrée en Chine, alors que cette tisane est utilisée seule depuis près de 2000 ans[1]. L'incertitude récemment apparue découle de la possibilité nouvelle d'une utilisation systématique et d'une application en masse de traitements à base d'artémisinine de qualité plus ou moins variable sur une très nombreuse population, une situation qui jusqu'à récemment ne s'était encore jamais produite avec cette substance."

 

Si l'OMS pouvait appliquer le même genre de principe de précaution pour les vaccins, nul doute qu'on s'en serait sûrement aperçu depuis longtemps! Mais il est vrai que si les gens utilisaient massivement une monothérapie naturelle, simple et pas chère, ça ne ferait sûrement pas les affaires des firmes qui planchent sur des vaccins et qui sont aussi souvent celles qui fabriquent des traitements chimiques que l'OMS entend maintenir dans son concept de "polythérapies", sans doute davantage pour éviter les résistances des fabricants que celle du moustique. 

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Liberté & démocratie
commenter cet article

commentaires

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA