Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 12:15

La vitamine C a guéri une pneumonie en 3 heures

 

Paul Fassa, 21 janvier 2014

 

Vitamine-C-formule.jpg

 

Des milliers de personnes ont été sauvées de la mort ou de maladies virales meurtrières comme la double pneumonie, la poliomyélite et autres problèmes de santé grâce à l’injection de méga-doses d’acide ascorbique, de perfusions ou d’injections intraveineuses d’ascorbate de sodium. Aujourd’hui, la technologie d’encapsulation liposomale permet à l’absorption de 6 grammes de vitamine C par voie orale de donner  les résultats cliniques que pourraient donner des méga-doses de 25 à 50 grammes de vitamine C par voie intraveineuse.

 

La vitamine C Liposomale pénètre beaucoup plus facilement dans les cellules que les solutions aqueuses des perfusions ou injections intraveineuses. La vitamine C liposomale est aussi plus accessible que les traitements par perfusions ou injections. [1]

 

Traitements remarquables à la vitamine C

 

Jonathan Landsman (Natural News Talk)  a récemment interviewé le Dr Andrew Saul, PhD, sur la manière dont il a pu guérir sa pneumonie en trois heures grâce à la vitamine C. C’est le Dr Saul qui a écrit les deux livres suivants : Virez votre médecin  et Soignez-vous vous-même. Il possède un site qui porte son nom. [2]

 

Les quantités de vitamine C que le Dr Saul a utilisées sont exorbitantes. Mais sa pneumonie a été guérie en 3 heures. Aujourd’hui la vitamine C liposomale peut faire plus avec beaucoup moins. La pneumonie est la huitième maladie mortelle dans le monde. Une grande partie des statistiques (bidon) du CDC concernant les décès dus, chaque année à la grippe, ont trait aux complications de la maladie qui conduisent à la pneumonie.

 

C’est généralement la grippe qui est le tueur. Voir le bref interview du Dr Saul.

 

Une autre guérison fantastique grâce à la vitamine C a été celle d’Alan Smith de Nouvelle Zélande, il y a quelques années. (Voir article d’Initiative Citoyenne ci-dessous) Il était si mal en point avec une double pneumonie, en plus d’une leucémie que l’hôpital était sur le point de débrancher les appareils qui le maintenaient artificiellement en vie. Mais la famille s’interposa et insista pour que l’on essaie des perfusions de méga-doses de vitamine C.

 

L’hôpital est finalement revenu sur sa décision. C’est ainsi qu’Alan put recevoir des perfusions de  doses importantes de vitamine C et finit par récupérer suffisamment pour pourvoir respirer sans appareil. La famille a ensuite découvert la vitamine C liposomale. Après avoir pris cette vitamine pendant 6 jours, Alan sortait de l’hôpital !

 

Visionnez les 17 minutes de l’émission télévisée « 60 minutes » qui a raconté l’histoire. C’est à la barre des 15 minutes qu’il est question de la vitamine C liposomale.

   

Plus ample information sur la vitamine C liposomale dans cette interview du PDG de Lypo-Spheric. C’est la marque utilisée par Alan Smith pour reproduire, avec seulement 6 grammes de vitamine C liposphérique, l’effet clinique de 25 à 50 grammes de perfusion intraveineuse.

 

Cela signifie qu’il ne vous sera pas nécessaire d’aller aux extrêmes comme l’a fait le Dr Saul au cours de sa pneumonie.  Voir l'interview: ICI (en anglais)

 

Durant les années 1940 et les années 1950, quand la poliomyélite était assez répandue, un médecin de Caroline du Nord, le Dr Fredéric Robert Klenner, MD a régulièrement guéri des pneumonies et des poliomyélites dans son petit bureau, ainsi qu’à l’hôpital où il pratiquait et jouissait de certains privilèges. En 1949 il donna une conférence à l’Association Médicale Américaine (AMA) d’Atlantic City où il présenta des cas parfaitement documentés. Cette information fut purement et simplement ignorée.

 

Dr-Klenner-Vit.-C.jpg

Le Dr Klenner affirmait : « Quand les quantités apropriées de vitamine C sont utilisées, elles sont capables de détruire tous les virus. Ne vous attendez donc pas à contrôler les virus avec 100 ou 400 mg de vitamine C. » 

 

Il a également ajouté : « Certains médecins préféraient ne pas bouger et voir mourir leurs patients plutôt que de leur administrer de l’acide ascorboquie (vit.C) parce que dans leur petit esprit, l’acide ascorbique n’est qu’une simple vitamine. ». [3]

 

Le Dr Klenner a expliqué ses protocoles concernant la vitamine C pour différentes maladies et ses notes extraites de plus de 30 années d’application de ses traitements avec la vitamine C ont été résumés par le Dr Lendon H. Smith, M.D. Le document est accessible à la note [4] ci-dessous.

 

Et voici en super-prime – un accès libre au livre du biochimiste Irwin Stone, fruit de 40 années de recherches sur « la vitamine C, facteur de guérison ». [5]

 

Sources :

 

[1] http://www.naturalhealth365.com/vitamin_c
[2] http://www.naturalhealth365.com/natural_cures/pneumonia.html
[3] http://www.naturalnews.com/035696_polio_vitamin_C_history.html
[4] http://www.seanet.com
[5] http://vitamincfoundation.org/stone/

 

Au sujet de l’auteur:

 

Paul Fassa  consacre ses journées à donner au grand public les moyens d’obtenir une santé optimale comme aussi à le à mettre en garde par rapport à la corruption actuelle en matière d’alimentation et de médecine.

 

Source: NaturalNews

 

Le cas d’Alan Smith

 

Guérison spectaculaire d’un mourant grâce à la vitamine C

pourtant refusée par l’hôpital:

 

ALAN SMITH 1

+ d'infos en français sur ce cas d'Alan Smith, ici sur le site d'Initiative Citoyenne 

 

Vitamine C : une arme thérapeutique miraculeuse

 

Dr Glen Dettman,  Dr Archie Kalokerinos,  Dr Ian Dettman

 

« Si l’on  vous offrait une substance qui pourrait aider dans la production endogène d’interféron et PGE1, qui activerait les systèmes enzymatiques, qui aiderait à l’assimilation des minéraux et à la production de collagène, qui favoriserait la guérison, empêcherait la fragilité capillaire, stimulerait la fonction rénale, serait capable de guérir les infections virales et bactériennes, serait un agent efficace de détoxification par rapport aux drogues et aux morsures venimeuses, qui serait utilisé de plus en plus dans le traitement  des maladies dégénératives, vous éclateriez  probablement de rire. Et d’autant plus facilement si l’on vous disait que cette substance est la vitamine C. Et bien toutes ces prétentions comme aussi bien d’autres ont été parfaitement documentées et ont fait l’objet d’études cliniques. » (1)  Dr Dettman G, Dr Kalokerinos A.

 

« Un enfant sur deux »

 

Dans son livre " Every second Child ", le Dr Archie Kalokerinos, médecin formé à Londres, explique comment il est passé dans son petit hôpital de la plus forte mortalité infantile au monde (1 enfant sur deux) à la mortalité zéro. Ceci à partir du moment où il comprit le rôle néfaste des vaccins sur le taux de vitamine C.

Après avoir, pendant 9 ans, cherché explications et solutions, il demanda l'aide d'un spécialiste de Sydney. Il vit, sous ses yeux, un enfant dans le coma en sortir dans la demi-heure avec une seule injection intramusculaire de vitamine C.

 

LE  TETANOS

 

Une étude de DEY (1966) (2) fait état de tests sur des animaux auxquels ont été administrées des quantités identiques de toxine tétanique.

 

Dans le premier groupe auquel on a administré la toxine et rien qu’elle, tous les animaux sont  morts endéans les 47 à 65 heures.

 

Dans le second groupe qui, avec la  toxine tétanique, a reçu de l’acide ascorbique (1 gramme par kilo) deux fois par jour et pendant trois jours, tous les animaux ont survécu et ont présenté de très faibles symptômes.

 

Les animaux du troisième groupe avaient, eux, reçu de l’acide ascorbique trois jours avant que ne leur soit inoculée la toxine tétanique. Ils continuèrent à en recevoir pendant les trois jours qui suivirent. Tous ces animaux ont non seulement survécu,  mais n’ont pas manifesté le moindre symptôme d’empoisonnement.

 

Au quatrième groupe, on injecta la toxine tétanique  mais  l’acide ascorbique ne fut administré qu’après l’apparition des premiers symptômes du tétanos (de seize à vingt-six heures plus tard). L’acide ascorbique fut administré (inoculé)  (1 gramme par kilo de poids) deux fois par jour et pendant trois jours. L’acide ascorbique empêcha l’extension  des symptômes et tous les animaux survécurent.

 

Dans le cinquième groupe, l’administration d’acide ascorbique fut postposée de 40 à 47 heures jusqu’à ce que les symptômes apparaissent clairement. Tous les animaux survécurent.

 

Ce qui vient d’être décrit est au cœur même des succès qui auraient dû entraîner de larges recherches au sujet d’une maladie pour laquelle la médecine n’a pu produire de traitement efficace. Les doses utilisées par Dey, correspondent pour un adulte  de 70 Kg à 140 g par jour. Certains s’étonneront de pareilles quantités, bien  que cette dose ne soit pas tellement éloignée des 70 grammes employés en  intraveineuse pour réduire la pression  intraoculaire dans  les cas de glaucome. De nouvelles recherches devraient pouvoir donner plus de précisions sur  les doses à employer.

 

Les extraordinaires résultats du Dr F. Klenner

 

« Les résultats obtenus par le Dr F.Klenner  au cours de sa pratique clinique en Caroline du Nord frisent l’extraordinaire » Dr Raymond Obomsawin

 

Le Dr Klenner fait état de l’efficacité de la vitamine C pour la prévention et la guérison de très nombreux problèmes de santé comme :

 

L’hépatite infectieuse

Le virus de la pneumonie

La grippe

La diphtérie

Le virus de l’encéphalite

La poliomyélite

La coqueluche

La rougeole

La varicelle

Les oreillons

Le tétanos

La mononucléose

La scarlatine

Le bacille de la dysenterie

Les tumeurs

Troubles cardiovasculaires

Hémorragies après accouchement ( prévention)

Ulcères duodénaux et peptiques

Pancréatites

Graves brûlures

Troubles dus aux radiations

Empoisonnement au monoxyde de carbone

Empoisonnements aux barbituriques

Botulisme

Intoxication aux métaux lourds

Morsures d’araignées de serpents, piqûres d’insectes (3)

 

Vitamin C :Nature’s Miraculous Healing Missile

 

Dr Glen Dettman, Dr Archie Kalokerinos, Dr Ian Dettman

 

Forword by Prof. Linus Pauling, Dr Alan Lane and Dr Nell McLeod

Frederick todd Melbourne, 1993

 

Le Dr Cathcart et la saturation de l’organisme par la vitamine C

  

Le Dr Cathcart estime qu'avec sa méthode, on peut faire disparaître environ 90% des symptômes typiques d'une maladie donnée. L'effet est, selon lui, particulièrement spectaculaire avec des maladies éprouvantes comme la mononucléose ou l'hépatite. En plus, on peut dans ces cas prouver la présence du virus par des tests et donc l'efficacité de sa méthode. Ceci dit, malgré l'absence de fatigue importante, le malade doit continuer à prendre des doses importantes de vitamine C pendant souvent plusieurs semaines jusqu'à la guérison complète.

 

Apparemment, depuis la dernière guerre mondiale différents praticiens, sur la base de leur expérience clinique, ont proposé des systèmes similaires à celui du Dr Cathcart, sans être entendus. Le premier d'entre eux, le Dr Klenner, a inspiré les recherches de Cathcart (Klenner ayant quant à lui beaucoup plus travaillé avec la vitamine C injectable). Il est vrai que si de telles informations étaient confirmées, elles entraîneraient une véritable révolution médicale, ce que évidemment personne ne souhaite, sauf, peut-être, quelques malades bien informés et de trop rares médecins persécutés par l'establishment !

 

Qu'on songe au bouleversement complet de la pédiatrie que cela entraînerait pour toutes les petites maladies infectieuses de l'enfance. On peut supposer que la vitamine C, en permettant un libre déploiement du système immunitaire de l'enfant, donnerait à ceux-ci une exceptionnelle robustesse et lui éviterait par la suite d'innombrables maladies chroniques et dégénératives de l'âge adulte ! Dans la lutte contre le vieillissement, toutes les maladies infectieuses et traînantes seraient dans la grande majorité des cas circonscrites et n'entraîneraient plus une sévère usure de l'organisme comme c'est actuellement le cas. On ne peut aussi s'empêcher de penser aux ravages que font en milieu hospitalier les maladies nosocomiales, qui se développent le plus souvent à la faveur d'une sévère oxydation de l’organisme (et donc d’une carence en antioxydants comme la vitamine C)…Ajoutons que lors des interventions chirurgicales, il semble qu'elle puisse jouer un rôle décisif dans les suites d'anesthésies et pour la cicatrisation... Un tel produit polyvalent, sans danger, non breveté et économique ne peut donc que s'attirer les foudres de l'establishment médical et des multinationales pharmaceutiques!

http://gestionsante.free.fr/vitamine_c.htm



Si  le public savait comment utiliser les doses massives d’ascorbate par voie orale ou intraveineuse, ça représenterait un désastre financier pour l’industrie  pharmaceutique.

 

La grosse question est la suivante : LE SECRET CONCERNANT LA VITAMINE C peut-il encore se maintenir secret puisqu'avec internet la vérité peut être criée sur tous les toits.

 

D’énormes intérêts financiers peuvent conditionner les chaînes de télévision, la radio,  les magazines, les hommes de loi, les politiciens et les éditeurs de revues scientifiques, mais avec internet ça ne marche plus. Le secret de la vitamine C coûte en fait des trillions de dollars comme aussi des millions de vies humaines au cours des années.Dr Robert F. Cathcart, M.D. http://www.orthomed.com

 

(1) Dettman G. and Kalokerinos K. “The spark of life”, Health and Healing: Journal of Alternative Medicine Vol. 1,N°1,1981. (This article was originally accepted by the Royal Australian college of Practitioners, but not  published because…  “an article giving a contrary opinion…was not attainable.”

 

(2) P.K.DEY, Efficacy of Vitamin C in counteracting Tetanus toxin toxicity.- Naturwissenschaften, vol.53:p.310. 1966

 

(3) Klenner F. “Observations on the dose and administration  of Ascorbic acid when employed Beyond the Range of A vitamin in Human Pathology” The Journal of applied Nutrition, La Habra, Calif. V.23,N°3 and 4, Winter 1971 , pp.60-89

 

« Klenner a réalisé que le secret de ses succès résidait dans les doses massives (de vitamine C) qu’il employait. »   Dr Irwin Stone

 

MALADIE NOSOCOMIALE OU SCORBUT HOSPITALIER ?

LA VITAMINE C : UN ANTIPOISON MAJEUR

« MORT SUBITE DU NOURRISSON »

 

Dr. Gilbert H. CRUSSOL, Dr. C.D., F.I.C.D.

Ex-Intern Harvard Forsyth Center, Boston, USA

Member International Academy of Oral Medicine and Toxicolgy

Diplômé de Criminalistique de la Faculté de Médecine Légale de Paris

 

 

"Dans un silence et une discrétion exemplaires, Scorbut, Hypoascorbémie et Anascorbémie tuent chaque année plus d’humains que toutes les autres maladies réunies." Dr G.H. Crussol 

 

INTRODUCTION   

 

La terrible situation où se retrouvent environ 10% des patients hospitalisés et qui désarçonne médecins et infirmières pourrait être évitée dans la majorité des cas, en oubliant l’approche pasteurienne pour se concentrer sur les aspects toxique et nutritionnel.

 

L’aspect toxique, car on tient pour acquis que les produits utilisés sur les patients le sont pour leur bien alors qu’ils ont été mis sur le marché par une industrie beaucoup plus concernée par ses résultats financiers ou sa cotation en bourse. Ceux qui en doutent devront se référer aux variations en bourse de ces sociétés associées à des campagnes de terreur concernant des épidémies peut- être à venir, ayant abouti à des commandes de l’ordre de plusieurs milliards de la part des pays riches. Elles ont été obtenues par la peur résultant de battages médiatiques, en passant sous silence les leçons du passé.

 

L’aspect nutritionnel, parce que l’ensemble des populations des pays dits civilisés est nourri artificiellement avec des aliments trop riches en calories et trop pauvres en nutriments. […]

 

DESCRIPTION

 

Officiellement, c’est une infection, le patient est contaminé par un microbe. On pense d’abord à une erreur du personnel médical. Une infection est dite nosocomiale si elle était absente à l’entrée à l’hôpital. La maladie nosocomiale est, dans la majorité des textes, considérée comme une infection consécutive à un séjour dans un hôpital. La loi considère que sa responsabilité est engagée par principe. Il s’agit donc d’une responsabilité sans faute, c’est-à-dire engagée sans qu’il soit nécessaire au malade de prouver l’origine. Curieusement, dans les cas d’une maladie nosocomiale contractée dans un établissement privé, le malade doit prouver la faute pour que la responsabilité de cet établissement soit engagée.

 

Pour nous, la maladie nosocomiale n’est pas, comme nous allons le montrer, seulement une infection, mais le résultat d’erreurs de diagnostic, de prescription, de nutrition et d’absence d’humanité ; on doit lui attribuer presque toutes les complications post-opératoires, les retards de cicatrisation, les douleurs osseuses et bien des décès « inexpliqués ». Elle n’est que la conséquence de l’orientation « intégriste » de la médecine de Louis Pasteur.

 

Une étude réalisée par Robert Meynet portant sur 512 malades hospitalisés entre mai 1977 et avril 1978 dans deux services de chirurgie digestive a montré que 79 de ces malades, soit 15,4%, avaient contracté une infection au cours de leur séjour à l’hôpital. (Médecine Moderne, no 82, 1996).

 

L’HYGIENE, UNE CONDITION NÉCESSAIRE MAIS PAS SUFFISANTE.

 

On a tort aujourd’hui de choisir comme boucs émissaires médecins et infirmières qui sont, dans une énorme majorité, dévoués, compétents et parfaitement formés, à l’hygiène hospitalière […]

 

Mais, peut-on parler de l’indispensable hygiène sans évoquer Ignaz Philipp Semmelweis (1.7.1818 - 13.8.1865). Ce médecin d’origine hongroise qui arrive dans un service de maternité à Vienne en 1844. Choqué par la mortalité importante qui sévissait dans ce service, accepté avec un fatalisme détaché par les autres médecins, il en rechercha d’autant plus les raisons que dans une maternité des sages-femmes, celle-ci était très basse. Ce fût la mort, en 1847, d’un confrère et ami de Semmelweis qui se coupa avec un bistouri au cours d’une autopsie qui le mit sur la voie, car celui-ci mourut de symptômes très similaires à ceux des parturientes, ceux de la fièvre puerpérale. Il semble difficile de nos jours d’imaginer l’état de saleté des mains et des blouses des médecins de cette époque. Les mêmes mains, jamais lavées des étudiants en médecine, ces mains qui venaient de pratiquer des autopsies sur des cadavres, touchaient les futures accouchées afin de les examiner, ou les aidaient à mettre au monde leur progéniture.

 

80% DES FEMMES SURVIVAIENT…?

 

Ce qui m’a toujours surpris, eu égard aux circonstances, n’est pas que meurent 20% de ces pauvres femmes, c’est que 80% ne meurent pas. Si on pouvait imaginer que certaines survivaient à cette fièvre puerpérale, il n’est pas du tout fait mention des bébés qui, eux aussi, subissaient l’horrible agression de ces mains polluées et infectées, mais à cette époque un nombre très élevé de bébés mouraient de toute façon. La question est : « Pourquoi 80% des femmes ne mouraient pas ? »

 

a) Si le jour de leur accouchement ne coïncidait pas avec des jours d’autopsie, les femmes étaient examinées ou délivrées par des mains moins sales.

 

b) Les samedis et dimanches un effectif plus réduit réduisait les risques.

 

c) Les fruits et les légumes provenaient le plus souvent d’un jardin potager proche et étaient encore riches en vitamines et nutriments.

 

d) Surtout, sans doute, la « sélection naturelle » s’exerçant, seules les plus résistantes se trouvaient en état de mettre des enfants au monde.

 

Les femmes affublées d’une nombreuse progéniture mouraient très jeunes. Seules les plus résistantes survivaient. Si de nos jours, des femmes sur le point d’accoucher, couchées dans des draps sales, respirant une atmosphère sanieuse, étaient examinées par des médecins et étudiants aux mains et aux blouses sanglantes et souillées, ce n’est pas 20% des femmes qui mourraient, mais près de 100%. On sait que le Dr. Semmelweis, en forçant les médecins à se laver les mains, fit chuter le nombre de décès aux environs de 2% avant que l’obscurantisme et l’intégrisme de ses confrères ne le chasse et que la mortalité n’atteigne de  nouveau des sommets.

 

LES ORIGINES INTERNES DE LA MALADIE.

 

Les cardiologues et les néphrologues sont très conscients de l’incidence des infections d’origine buccale ou autre sur les succès de leurs interventions. Mais, l’hôpital est un lieu clos et protégé, il est rare qu’ils obtiennent ce qu’ils demandent. […]

 

UNE ALIMENTATION CARENCEE.

 

Dans un article intitulé « L’hôpital nourrit mal », Science et Vie 959, août 1997, fait le point sur la nourriture hospitalière ; elle est carencée.

 

Nous savons que l’homme moderne se nourrit mal ou très mal, le drame est qu’il aime cela ou plus exactement que la  nourriture industrielle est calculée pour faire de chacun d’entre nous des accros au sucre etc…

 

Malgré la présence de nutritionnistes, cette situation ne changera pas tant que les besoins théoriques ne seront pas revus et adaptés à l’état de maladie. La nutrition fait partie intégrante du système de soins.

 

La présence de sucre raffiné dans l’alimentation hospitalière est une atteinte au système immunitaire dont il diminue le potentiel.

 

L’HYPO-ASCORBEMIE

 

Il est bon de rappeler que la vitamine C apparaît avec la vie, aussi bien dans le règne animal que végétal. Elle apparaît dans la graine au moment de la germination (pas avant). Elle apparaît dans l’œuf, après fécondation, au moment des premières divisions cellulaires (pas avant). La vitamine C est une substance normalement présente dans l’organisme vivant, à l’exception de quelques espèces dont l’être humain qui doit l’obtenir dans son alimentation.

 

Contrairement à la faim et à la soif, le corps hypo-ascorbémique ne lance d’autres signaux d’alarme qu’une dégradation des performances de la santé. (Crussol)

 

Le manque relatif de vitamine C entraîne dans le corps des adaptations inévitables. Les organes normalement suralimentés se verront rationnés, l’énergie disponible le sera également (fatigue). Il se produira un ralentissement des fonctions vitales et du fonctionnement des glandes à sécrétion interne dont certaines pourront cesser de fonctionner. Mais on sait que tout phénomène d’adaptation a ses limites. Un tiers des protéines de notre corps est constitué de collagène et la qualité de ce collagène dépend de l’apport en vitamine C. L’hypo-ascorbémie a pour effet de faire d’effondrer le système immunitaire ce qui est la porte ouverte vers les affections opportunistes, souvent mortelles, comme la septicémie.

 

On sait aussi que l’alimentation médiocre de notre mode de vie est incapable de subvenir aux besoins de notre corps, particulièrement en période de crise de santé (hospitalière).

 

Le scorbut est un état terminal précédé d’un état d’hypo-ascorbémie (préscorbutique).

 

L’effet de la chirurgie sur le taux d’acide ascorbique plasmatique des échantillons de sang prélevés juste avant l’acte chirurgical et juste après, correspond à une réduction de 17% du taux d’acide ascorbique plasmatique. D’après Crandon, J.-H. Landau, B. Mikal.

 

Personne n’a mieux décrit l’aspect protecteur de la vitamine C contre les infections qu’Albert Szent-Györgyi, MD, PhD, Prix Nobel de médecine 1937 :

 

« Si vous manquez de vitamines, vous attrapez un rhume, qui se poursuit par une pneumonie. Votre diagnostic ne sera pas ‘manque de vitamine C, mais ‘pneumonie’ ». Alors, vous faites immédiatement fausse route. »

 

Les principaux agresseurs de notre système immunitaire sont le stress, le tabac ou l’alcool en consommation excessive, la pollution par les métaux lourds, les traitements par chimiothérapie, radiothérapie, les anti-inflammatoires, antalgiques, antibiotiques, l’anesthésie, la chirurgie, les vaccinations, les tranquillisants, neuroleptiques, pilule contraceptive etc.

 

Les substances chimiques utilisées à notre insu pour conserver et stocker les denrées alimentaires que nous consommons se trouvent également présentes dans l’eau que nous buvons et dans l’air que nous respirons, suite aux épandages et aux pulvérisations effectuées par les agriculteurs sur leurs récoltes que nous consommons également.

 

La carence en vitamine C s’installe en silence, insidieusement en chacun d’entre nous. Elle a pour conséquences l’apparition de rhume, de grippe, de fatigue chronique qui s’installe  progressivement, de saignement de gencives intempestif lors du brossage dentaire, de bleus sur la peau au moindre choc, des varices, des hernies, d’un stress métabolique responsable d’intolérances, d’allergies et de la dégradation progressive de toutes nos fonctions pouvant aboutir à la mort.

 

Mais, dans certains cas, l’anascorbémie peut être instantanée à la suite d’un piqûre d’insecte, tique, moustique (Chicungunya), araignée ou d’une vaccination.

 

A ce propos, on a pu observer chez une patiente victime du Chicungunya, la disparition des tous les symptômes d’un bras qui perduraient depuis un mois, un quart d’heure après le début d’une perfusion de vitamine C suivie d’une spectaculaire amélioration générale.

 

Les descriptions des symptômes de la grippe de 1918 font penser à un scorbut d’origine toxique (Viral).

 

« Les gens pouvaient constater le contraste existant entre le discours officiel ‘grippe ordinaire’ et la réalité. Ils voyaient leur conjoint mourir en 24 heures, saignant des yeux, des oreilles, du nez, de la bouche, la couleur de son corps devenant si noire qu’on aurait pu penser à la mort noire (peste). »

 

La carence en vitamine C entraîne une fragilité des capillaires sanguins ayant pour conséquence des saignements de nez par rupture des parois des petits vaisseaux, des hémorragies rétiniennes chez les diabétiques, des dégénérescences tissulaires plus importantes chez les personnes âgées : arthrose, ostéoporose, déchaussement des dents, lésions oculaires (de macula ou cataracte)…

 

« La vitamine C est beaucoup plus qu’une vitamine, elle est un véritable aliment essentiel, dont le besoin dans les populations du monde industrialisé se situerait entre 1 et 3 g par jour.»  – Dr. S. HICKEY

 

Les apports quotidiens de vitamine C doivent être permanents pour prévenir l’installation de cette carence. En effet, la vitamine C ne se stocke pas dans notre organisme, l’acide ascorbique (vitamine C) devient de l’acide déhydroascorbique (forme oxydée de la vitamine C) lorsque la vitamine C est utilisée dans les échanges cellulaires et cet acide déhydroascorbique est ensuite rejeté dans les urines tandis qu’une partie de la vitamine C urinaire est réabsorbée par les reins après avoir contribué à l’assainissement des voies urinaires. (Oscar Falconi).

 

L’absence de vitamine C dans les urines doit être considérée comme très préoccupante chez le nourrisson. Dettman et Kalokerinos considèrent que l’enfant est alors en danger de mort.

 

SUR LA RAPIDITE DE DISPARITION DE LA VITAMINE C DANS LE SANG.

 

Le Dr. Hugh Riordan, Directeur du « Center for the Improvement of Human Functioning International » célèbre pour ses découvertes sur l’utilisation de la vitamine C contre le cancer, se faisait quotidiennement dans le cadre de ses recherches, un taux de vitamine C dans le sang. Un jour, il est piqué par une araignée venimeuse, son taux de vitamine C sanguine tombe à zéro.

 

Il reçoit alors, quatre jours de suite, quatre perfusions de 15 g de vitamine C, pour un total de 60 g sans que la vitamine C ne réapparaisse dans son sang. Il fallut attendre le cinquième jour, pour que son taux recommence à monter.

 

On comprend alors, à quel point les thérapeutiques puissantes vont facilement et instantanément effondrer le taux de vitamine C. Les conséquences iatrogènes sont incommensurables.

 

Si l’on pose une perfusion de vitamine C sur le bras droit d’un cancéreux, et que quelque dix minutes après, en pleine perfusion, on fait une prise de sang sur le bras gauche, dans la majorité des cas, la vitamine C sera totalement absente, elle a été utilisée durant le trajet…

 

IMPORTANCE DE L’INDEX VITAL.

 

Le rapport acide ascorbique sur acide déhydro-ascorbique dans le sang, appelé index vital, est de 14 chez les personnes en bonne santé (C’est-à-dire qu’il y a 14 fois plus de vitamine C utilisable dans leur sang que de vitamine C oxydée). Ce rapport est inversé lorsque les personnes sont gravement malades pour atteindre le chiffre fatidique de 0,3 lorsque les personnes sont à l’article de la mort (méningite).

 

On comprend aisément qu’il est plus facile et rapide d’agir sur la quantité de vitamine C disponible que sur les agresseurs du système immunitaire souvent responsables de l’installation de cette situation critique. Le besoin en vitamine C peut alors devenir très élevé, soit des maxi-doses en IV pour des adultes allant de 0,2 à 2 g/kg-j pendant quelques jours. Dans ces cas-là, cette vitamine C est entièrement et instantanément utilisée par l’organisme.

 

ANTISEPTIQUES, UTILES, NUISIBLES, MORTELS ?

 

Si la propreté des locaux est importante, si des antiseptiques peuvent être utilisés pour y contribuer, nous pensons que leur utilisation sur les tissus vivants est un leurre et une grave erreur. C’est ainsi que 40 nouveau-nés atteints d’omphalocèle (= absence de fermeture de la paroi abdominale antérieure du fœtus)  ont été empoisonnés par du Mercurochrome.

 

« Iatrogenic neonatal mercury poisoning from Mercurochrome treatment of a large omphalocele. » Mullins, ME, Horowitz, BZ.

 

L’onguent gris aujourd’hui interdit, était préparé à partir de mercure métallique appliqué au patient jusqu’à déterminer chez lui une intense salivation.

 

« Le mercure est souverain pour faire disparaître la vérole : lorsqu’il ne supprime pas la maladie, il supprime le malade. » (Un chroniqueur d’antan)

 

Or, il est toujours utilisé dans de nombreux vaccins.

 

L’alcool ne présente aucune qualité antiseptique et va brûler les plaies. L’utilisation, comme le font certains chirurgiens, de « Betadine » diluée sur des plaies ouvertes ou même versée avec abondance dans les cavités abdominales comme me confirmait un grand chirurgien, est une hérésie, en outre, le Vidal ne fait mention que d’une utilisation externe.

 

Il y a des décennies que nous avons cessé d’utiliser des antiseptiques et les antibiotiques principalement à cause de leur très importante toxicité pour les remplacer par la vitamine C suivant un protocole de nutrition cellulaire localisée. Le nettoyage des plaies avec une solution de « C-salts », le poudrage des plaies avec la poudre de « C-salts » micronisée donne des résultats exceptionnels, y compris sur les brûlures (Dr. Corson, Dr. Crussol).

 

« Parmi les avantages, on peut noter : absence d’apparition de douleur post-opératoire, cicatrisation accélérée, absence de suites opératoires et d’infection. » (Crussol)

 

LA SYNERGIE ANTIBIOTIQUES / VITAMINE C.       

 

Un rapport de l’OMS publié cette année 2005 déclare :

 

« Nous assistons à une érosion des progrès accomplis au cours des dernières décennies. Les germes de la quasi-totalité des grandes maladies infectieuses commencent à résister aux médicaments disponibles. »

 

L’efficacité des antibiotiques dépend évidemment de la qualité du système immunitaire, donc de la qualité du milieu intérieur du patient dont le facteur essentiel est le taux de vitamine C (acide ascorbique) dans le corps. Certains antibiotiques ne sont efficaces qu’en présence d’une ascorbémie  correcte. Si elle est faible, ces antibiotiques aggravent la carence.

 

Wlodkowski fit une communication où il montra la potentialisation de plusieurs antibiotiques par la vitamine C entre 50 et 75%.

 

Wlodkowski, A., « Abstracts of the Annual Meeting of the American Society of Microbiology.” AAM ASM A41; 1977.

 

RESISTANCE, ALLERGIE / ANTIBIOTIQUES?

 

Il est très probable que l’allergie aux antibiotiques et la prétendue résistance aux antibiotiques soient associées à une carence (Hypo-ascorbémie iatrogène). Crussol, Conférence 1990.

 

En neuf ans, le Dr. Cathcart n’a jamais rencontré d’allergie à la pénicilline qu’il ne prescrit jamais sans avoir donné préalablement de la vitamine C. Ce qui sous-entend qu’en réalité, ces allergies aux antibiotiques qui, on le sait, peuvent être mortelles, ne sont rien d’autre qu’un scorbut iatrogène, c’est-à-dire provoqué par les traitements. Cela semble signifier également que dans certaines circonstances, l’abus d’antibiotiques et, en particulier les plus toxiques, peut provoquer la mort.

 

LA VITAMINE C, UN ANTI-POISON MAJEUR

 

Ignoré des centres anti-poisons, à l’exception d’un seul (grâce au Dr. Bastien, Remiremont), la puissance de la vitamine C est utilisée par le corps contre : métaux lourds, polluants, poisons, piqûres d’insecte, de serpent, infections, virus, barbituriques, stress, benzène, drogues, cyanure, mercure, plomb, arsenic, chrome, toxine tétanique etc. à condition bien sûr, qu’elle soit disponible, immédiatement ou le plus tôt possible en quantité suffisante. Toutes les preuves scientifiques et cliniques existent et le prouvent.

 

LA VITAMINE C ET L’OXYGENE.

 

En 1938, on savait déjà que l’utilisation de la vitamine C rétablissait la tolérance aux hautes altitudes pour les troupes à ski. […]

 

Krasno & coworkers ont montré en 1950 dans une expérimentation humaine durant laquelle des sujets étaient soumis d’une manière répétitive à une altitude des 18.000 pieds une utilisation massive de leur vitamine C suivie d’une carence grave.

 

Chez le rat, qui synthétise, à la demande, de la vitamine C dans son foie, un manque d’oxygène chronique aboutit à une élévation importante de la concentration de vitamine C dans la presque totalité des organes. Schreiber M, Novy P, Trojan S.

 

On comprend mieux alors que les conséquences des anesthésies générales chez l’homme qui dépend de la nourriture hospitalière.

 

CES PLAIES QUI NE GUERISSENT PAS

 

James Lind en 1753 décrivit dans son « Treatise of Scurvy » les difficultés des blessures à guérir chez le marin scorbutique.

 

Sokolow en 1932, Colp en 1934, Fallis en 1937 ( ?), Ingalls & Warren en 1937 au Peter Bent Brigham Hospital à Boston conclurent que l’hypo-ascorbémie ou le scorbut asymptomatique étaient très probablement responsables des déhiscences cicatricielles.

 

La vitamine C est indispensable à la synthèse de tous nos collagènes, protéines assurant le maintien de nos organes. La carence en vitamine C aboutit à une résistance tissulaire et osseuse (« os de verre ») diminuée.

 

Le professeur Clemetson, dans son livre « Vitamin C », chapitre 1, Tome II, décrit la fragilité tissulaire due à la carence de vitamine C et l’on comprend alors mieux ce qui peut se passer après la pose d’une sonde urinaire ou oesophagienne, d’une intubation : les tissus vont être gravement sollicités, blessés.

 

Les escarres disparaissent avec une supplémentation orale d’au moins 1 g de vitamine C ou avec seulement 300 mg de vitamine C ajoutés à la perfusion journalière, selon l’expérience récente de quelques médecins hospitaliers.

 

Effets comparés (double-aveugle) de bioflavonoides de citron, vitamine C2 (900 mg par jour), sur les blessures par contact chez les joueurs de l’équipe de Football de l’université de Louisiane, USA, durant la saison 1962. On observa une diminution de 50% du nombre des entorses par rapport aux équipes recevant un placebo et, lorsqu’ils sont blessés, font un séjour à l’hôpital, quatre fois plus court.

 

HEPATITE B POST-TRANSFUSION.

 

Depuis que la vitamine C est utilisée avant toute transfusion sanguine, l’incidence d’hépatite B au Japon est passée de 7 à 0%.

 

« Vitamin C for Prophylaxis of Viral Hepatitis B in Transfused Patients », Journal of the International Academy of Preventive Medicine », #5, 1978, pp 54-58; Morishige F., Murata, A.

 

LES CHOCS OPERATOIRES

 

Un grand nombre d’articles a été publié autour des années autour des années 1940 à 1960 sur l’utilisation pré- et post-opératoire de la vitamine C. Nous en citerons trois ici, ainsi qu’un cas clinique :

 

C.P. Stewart et al. “Intraveinous Ascorbic Acid in Experimental Acute Haemorrhage.” Lancet, vol 1; pp 208-211;1944

G. Ungar “Experimental Traumatic ‘Shock’.” Lancet, vol 1; pp 421-424; 1942

Z. Pataki et al. “Vitamin C in the Control and Prevention of Surgical Shock.”

Zentralblatt für Chirurgie, vol 82; pp 883-887; 1957.

 

Un homme de 65 ans se prépare à l’ablation d’une prostate tumorale en recevant deux perfusions de vitamine C de 30 g deux fois par semaine. L’opération par laparotomie dure huit heures au lieu des deux heures prévues. Il perd environ 4 l de sang qui lui sont remplacés par transfusion. Le chirurgien décide, sans en exprimer la raison, de recommencer à opérer le lendemain et l’opération de nouveau sous anesthésie générale dure deux nouvelles heures. Le patient qui a reçu de nouvelles perfusions de vitamine C se porte très bien.

 

QUELQUES CAS CLINIQUES REMARQUABLES.

 

Une femme à qui un chirurgien esthétique a posé deux implants en silicone au niveau des pommettes, présente depuis six mois un abcès énorme rebelle à tout traitement et qui doit être ponctionné chaque jour. Depuis six mois la patiente est porteuse, sur le visage, d’une compresse et d’un sparadrap. La situation rentre dans l’ordre après quelques jours d’une dizaine de grammes de vitamine C par voie buccale et l’implant en silicone peut être conservé.

 

Une femme de 84 ans, opérée d’un cancer intestinal, développe sur le dos une escarre de 30 cm de diamètre qui l’empêche de s’allonger sur le dos et dont les soins quotidiens la font affreusement souffrir. Sa nièce lui fait boire une dizaine de grammes de vitamine C pendant quelques jours. Trois jours plus tard, elle cesse de souffrir et 12 jours plus tard, la plaie est pratiquement cicatrisée…

 

Une femme dans sa trentaine est hospitalisée, atteinte d’une septicémie tellement rebelle que les médecins avouent leur impuissance en admettant qu’elle va mourir dans les deux jours. Persuadée de vivre ses derniers instants, cette mère de cinq enfants distribue ses enfants à ses amis les plus proches. Puis, avec 25 g de vitamine C dans une perfusion, chaque jour pendant deux jours, elle rentre chez elle par ses propres moyens.

 

Jeune fille de 18 ans atteinte de la « maladie du Légionnaire » et dont on a prédit la mort prochaine à ses parents. Elle respire à peine, double pneumonie. 60 g de vitamine C par jour en perfusion ; le 4e jour elle veut aller danser… Fin du drame !

 

Femme de 35 ans, mère d’une fillette, atrocement brûlée dans un accident de voiture. Greffée du visage et des mains par 40 opérations sur quatre ans. Elle est dépressive, son visage est figé et impressionnant, son ouverture de bouche est d’un cm, agoraphobe, son foie est en capilotade. Elle ne peut plus écrire. Grâce à 10 g de vitamine C par jour par voie buccale, l’agoraphobie et la dépression disparaissent en un mois, l’ouverture de bouche double, le visage retrouve peu à peu de la mobilité. Son foie récupéré n’a plus d’exigence. Dans les deux ou trois mois, après quatre ans d’incapacité, elle retrouve un usage complet de ses mains, elle peut écrire et dessiner à 100%. Une 41e opération est effectuée sur son nez, elle prend toujours ses 10 g de vitamine C par jour. Pour la première fois depuis les 40 opérations, la greffe prend si bien et si vite qu’aucun antibiotique n’a le temps d’être prescrit, le service est en émoi, la surprise règne, les médecins défilent pour voir le miracle. Tout cela pour seulement quelques dizaines de grammes journaliers d’un nutriment essentiel à la vie !

 

SUR LA MORT SUBITE DU NOURRISSON.

 

Elle est, dans la majorité des cas, manifestement d’origine nosocomiale et iatrogène, comme le démontre l’aventure d’un médecin australien. Dans son livre « Every Second Child », en 1981, le Dr. Archie Kalokerinos, médecin australien formé à Londres, explique comment il est passé dans son petit hôpital de la plus forte mortalité infantile au monde, un enfant sur deux, à la mortalité zéro, lorsqu’il comprit le rôle néfaste des vaccinations sur le taux de vitamine C. Après avoir, pendant neuf ans, cherché explications et solutions, il demanda l’aide d’un spécialiste de Sydney et vit, sous ses yeux, après un diagnostic instantané de scorbut infantile, un enfant dans le coma, en sortir dans la demi-heure avec une seule injection intramusculaire de vitamine C.

 

Enfin, où est donc ce fameux « principe de précaution » dont la France se vante alors que le risque de la présence de sels de mercure et d’aluminium dans de nombreux vaccins n’est pas pris en compte, spécialement lorsque ces vaccins sont administrés aux nouveau-nés, en une seule fois, à des « doses équivalant à 30 vaccins administrés le même jour à un adulte de 70 kg. » ? (Pr. Boyd Haley)

 

Hélas, pour protéger les laboratoires, on parle de mort inexpliquée ou bien on essaye de faire condamner les parents pour mauvais traitement ou maltraitance.

 

Chez les nourrissons, on verra des hémorragies cérébrales (Syndrome de l’Enfant Secoué), des lésions observées dans la macula qui sont impossibles à reproduire par des chocs, qui entraîneront l’injuste condamnation des parents. En Angleterre, 250 jugements semblables ont été cassés.

 

Le syndrome des « Os de Verre », la maladie de Paget, présentent un facteur d’origine scorbutique et sont améliorés spectaculairement par la supplémentation de vitamine C.

 

CE QUI DOIT CHANGER.

 

Il est inacceptable qu’une radio panoramique numérique, lue et diagnostiquée par un praticien rompu (ils sont très rares) au dépistage des foyers buccaux, n’accompagne pas les patients dans les différents services. Il est inacceptable qu’un nettoyage buccal total ne soit pas fait dans les règles très contraignantes (comme le demandent trop gentiment les cardiologues et néphrologues).

 

LA COUVERTURE ASCORBIQUE.

 

Il est inacceptable que le patient ne reçoive pas des perfusions de vitamine C systématiquement avant et après toute intervention.

 

Il est inacceptable que la nourriture des hôpitaux soit dépourvue de vitamine C et que les patients ne soient pas complémentés et supplémentés au moins par voie buccale alors que la perte de vitamine C est considérable dans ces conditions. C’est la « couverture ascorbique » (Crussol) qui doit intervenir avant tout traitement antibiotique ou « couverture antibiotique ». Ainsi disparaîtront : la résistance aux antibiotiques, les maladies nosocomiales et les hospitalisations prolongées. Il est inacceptable que l’optimisation de la nourriture ne fasse pas partie du traitement.

 

INCREDULITE, EGO, INTEGRISME, SOUMISSION.

 

Lorsqu’en 1999, j‘ai eu l’honneur de faire, devant une assemblée de médecins et d’infirmières, une conférence sur la maladie nosocomiale, l’accueil a été mitigé. Les infirmières étaient ravies, les médecins étaient, dans l’ensemble, furieux !

 

Lorsque le Dr. Kalokerinos s’est rendu à Naples, accompagné d’une équipe de télévision australienne, afin d’expliquer avec beaucoup de tact qu’il connaissait les causes et la solution pour empêcher les enfants de mourir de ce que les médecins napolitains appelaient la « Maladie Noire ». Il fut reçu et écouté très poliment tandis que sous ses yeux et ceux d‘une mère décomposée, un enfant mourut.

 

Lorsqu’un an après, il revint, il n’a pu que constater que, pas une seule fois, l’injection salvatrice de vitamine C n’avait été tentée. Quelle honte : cela marche à 100% ! (Bande-vidéo TV australienne). Tout cela pour protéger son territoire, son ego, son industrie.

 

LES MEDECINS PARALYSES.

 

Est-ce la peur des responsabilités, la soumission à l’autorité, le phénomène de validation subjective, la peur d’être rayé de l’Ordre des Médecins pour utilisation de « technique non éprouvée », le respect aveugle de la doctrine orthodoxe ?

 

Des médecins et des traitements médicaux de consensus sont omniprésents dans la plupart des décès. Il serait juste que la justice pose enfin la question de savoir si une grossière erreur de concept (pasteurisme), une grave omission (vitamine C), une lenteur de réaction, n’est pas le facteur principal ou associé.

 

On doit rappeler que les experts sont frileux et sous influence du juge, du tribunal, de l’ordre, des confrères, des institutions et des laboratoires (Cours de Criminalistique de la Faculté de Médecine de Paris). Un de mes amis policiers me confiait l’impossibilité de conduire une enquête en milieu hospitalier. […]

 

 « Le malade n’a d’autre choix que d’être patient, le médecin hospitalier d’être obéissant et l’hôpital de suivre aveuglément la « Doctrine Orthodoxe ». Crussol

 

La médecine n’est pas une science, elle est devenue une industrie. Cependant, le contrôle de l’exercice des médecins hospitaliers est un rêve pour la CNAM, ce qui explique sans aucun doute l’offensive contre ceux qui se croient encore un peu « libéraux »[…]

 

EN CONCLUSION

 

La Médecine et les Patients sont victimes d’un état de malnutrition primaire amplifié par une alimentation déficiente et des soins hospitaliers iatrogènes.

 

« Par ses carences, ses excès, son inadaptation à l’état de maladie ou de santé, cette combinaison est à l’origine de la dépression du système immunitaire et participe à la majorité des maladies nosocomiales. Le malade est dans une situation où, chaque jour, il brûle des quantités de vitamine C alors que son apport est quasiment nul. Un état pré-scorbutique accompagné de troubles graves de la glycémie s’installe et s’aggrave de jour en jour. Après un mois le scorbut est flagrant, mais jamais reconnu. » G.H. Crussol

 

Confronté à des ecchymoses, des hématomes, des pétéchies, des hémorragies, des plaies qui ne cicatrisent pas, le médecin hospitalier se doit de penser au scorbut hospitalier et d’en assurer la correction. Il n’est point besoin de se lancer dans des tests de taux sanguin de vitamine C, car ils présentent deux dangers majeurs :

 

a) perte de temps qui pourra être fatal au malade (Glen Dettman, Archie Kalokerinos)

 

b) un taux « normal » pourra inciter les praticiens à ne pas supplémenter, ce qui pourra être fatal au patient. En outre, le taux sanguin n’est nullement représentatif des besoins immédiats. Seul l’index vital sanguin est représentatif de l’état du patient, mais il est long à déterminer.  Or un excès de vitamine C est toujours sans danger. 

 

Les patients doivent enfin réaliser qu’un mode de vie inadéquat se paye le prix fort, soit par une espérance de vie raccourcie, soit par les maladies nosocomiales. Celui qui s’auto-contrôle en permanence, se complémente chaque jour et se supplémente quand l’occasion  le nécessite (sports, stress, pollution, vaccins, maladie, hospitalisation, voyages lointains) sera récompensé par une diminution importante des risques.

 

Il est seulement essentiel de fournir au corps des quantités de vitamine C adaptées pour se défendre contre les virus, bactéries et agressions diverses. 

 

On comprendra que l’affolement et l’acharnement thérapeutique en l’absence de couverture ascorbique va contribuer à aggraver dangereusement l’hypo-ascorbémie.

 

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » - Jean de la Fontaine

 

Il est tout aussi essentiel de supprimer dans les plus brefs délais toutes les sources buccales ou autres de radicaux libres, de toxiques et de toxines.

 

On devra se souvenir que l’origine des problèmes est souvent multifactorielle et donc mener toutes investigations et actions utiles.

 

On peut dire que l’absence de prise en compte du facteur ascorbique et l’emploi de produits inappropriés entraînent des morts innocentes.

 

Dans un silence et une discrétion exemplaires, Scorbut, Hypoascorbémie et Anascorbémie tuent chaque année plus d’humains que toutes les autres maladies réunies.

 

Trop d’acteurs de la maladie ont intérêt à le cacher et à maintenir les médecins dans l’ignorance totale de la physiologie et des possibilités de la vitamine C.

 

La désinformation, le contrôle des connaissances et des institutions étant aux mains de groupes de financiers puissants, notre seul espoir à court terme est que quelques médecins, odonto-stomatologistes et infirmières, puissent utiliser cette approche pour sauver beaucoup de vies, pour éviter beaucoup de douleur ; c’est si facile…

 

Dans ce texte, il ne nous a pas été possible de revoir et de détailler les différentes formes de vitamine C et leur utilisation, mais il est bon de faire remarquer que toutes les fabrications contenant du sucre, des colorants, des conservateurs sont à éviter car, si elles flattent la gourmandise, elles n’ont aucune effet positif sur la santé, bien au contraire.

 

Le coût de la maladie devenant une charge insupportable, il faut rêver à une prise de conscience collective des risques de la médecine allopathique et du besoin d’un enseignement individuel de base sur la santé.

 

Pour en savoir plus :

 

Alan B. Clemetson : Vitamin C. 3 volumes, 1989. Boca Raton, FL, CRC Press

 

Cheraskin E., Dunbar LB. and Flynn FH. : The Intradermal Ascorbic Acid Test. III. A Study of 42 Dental Students.” Journal of Dental Medicine 13: #3, 135-155, July 1958

 

Cheraskin E., Ringsdorf WM. Jr. et Medford FH:  „„Daily Vitamin Consumption and Fatigability. Journal of the American Geriatrics society 24: #3, 136-137, March 1976

 

Ascorbate – The Science of Vitamin C; Dr Steve Hickey & Dr Hilary Roberts, 2004; www.lulu.com , ISBN 1-4116-0724-4 

 

Vitamin C, Infectious Diseases and Toxins – Curing the Incurable. Thomas E. Levy, MD, JD, XLibris, 2002, ISBN 1-4010-6963-0

 

« Maltraitance et mort inexpliquée de l’enfant ». Mémoire de criminalistique du Dr. Gilbert H. Crussol

 

« Every Second Child », (Crib Death solved) Archie Kalokerinos, MD

 

“Miracle of Vitamin C”, Oscar Falconi

 

Gilbert H. CRUSSOL – crussol@mac.com

 

Avec tous mes remerciements à mon ami Gérard Forterre pour ses encouragements et son aide précieuse.

 

AVERTISSEMENT. Les conditions de santé spécifiques contre-indiquant la vitamine C tout court OU dans certains cas, uniquement la vitamine C à forte dose incluent :

 

- Hémochromatose (accumulation de fer dans l'organisme).

- Calculs rénaux (d'origine oxalique en particulier).

Déficit en glucose 6 phosphate déshydrogénase (maladie aussi appelée « favisme »)

- Insuffisance rénale.

 

Par sécurité, dans tous ces cas-là, parlez-en à votre professionnel de santé AVANT toute prise.

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Pluralisme thérapeutique
commenter cet article

commentaires

Manvussa 13/12/2015 18:41

Bonjour,
D'un coté on vante les effets de la vitamine c liposomale et de l'autre on met en garde contre les dangers des additifs alimentaires comme la lécithine de tournesol ou de soja. Quel est le bénéfice/risque pour un usage quotidien ?

chouchou 08/07/2015 18:35

Bonjour, moi j'achete ma vitamine c sur ce site : http://meszepices.com/articles-Acide_Lascorbique-5-273.html
Un conseil la vitamine C en tube est innefficace car tres peu dosee 120mg (c'est ridicule et ca ne sert a rien) d'autres part l'idee recue qu'elle empeche de dormir est fausse en fait ce sont les additifs, colorants et surtout cafeine qui empeche de dormir.
La vitamine C pure est un anti stress et favorise le sommeil, j'en atteste, j'en prend entre 3 a 4 grammes par jour et je dors comme un bebe.
La derniere venue la vitamine C liposomale serait encore plus efficace contre des pneumonies, tumeurs, maladies cardio-vasculaires...La liste est longue.
Voila j'espere vous avoir renseigner.
Cordialement.

Jean-Marc Rolland 19/06/2015 13:21

Un excellent article qui vaut la peine d'être relu 2 fois pour bien en comprendre l'importance ... et maintenant où trouver des tubes de vitamine C de plusieurs grammes au lieu des 400mg habituels ?

eric 25/06/2016 20:53

laboratoire nutrixeal.fr produits sans additifs.

Cat 18/07/2015 16:52

Achetez en coopérative agricole 1 kg 17 à 20 euros. Acide ascorbique
Les viticulteurs en mettent dans le vin

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA