Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 21:50

Trump nomme un Kennedy dans une commission sur l'innocuité des vaccins

Robert F. Kennedy Jr, dans le hall de la Trump Tower à New York après son entrevue avec Donald Trump. | Photo EPA

Robert F. Kennedy Jr, dans le hall de la Trump Tower à New York après son entrevue avec Donald Trump. | Photo EPA

11 janvier 2017. Ouest France.

 

Le président élu Donald Trump a demandé mardi à Robert Kennedy Junior, neveu de John Fitzgerald Kennedy, de présider une nouvelle commission sur la sûreté de la vaccination alors même que cet écologiste doute de leur innocuité.

 

Cet avocat démocrate spécialisé dans le droit de l’environnement, fils du sénateur Robert Kennedy et neveu de l’ancien président JFK, a comme Donald Trump émis de sérieux doutes sur l’innocuité des vaccins et suggéré que certains pouvaient provoquer l’autisme, des assertions unanimement démenties par les autorités médicales sur la base de nombreuses études.

 

« Il m’a demandé de présider une commission sur la sûreté des vaccins et leur intégrité scientifique », a rapporté M. Kennedy à des journalistes après une entrevue avec Donald Trump à New York. « Je lui ai dit que j’acceptais », a-t-il dit.

 

« Le président élu a des doutes […] en matière de vaccins »

 

Cette commission présidentielle a pour objectif « de s’assurer de l’intégrité scientifique dans le processus de fabrication des vaccins pour qu’ils soient efficaces et sûrs », a précisé M. Kennedy. « Le président élu a des doutes quant aux politiques actuelles en matière de vaccins et se pose des questions à ce sujet », a-t-il ajouté. « Son opinion n’a pas d’importance mais c’est la science qui compte et nous devons regarder la science et en débattre ».

 

Il a expliqué que M. Trump et lui-même étaient « très en faveur des vaccins » mais voulaient être certains qu’ils « soient aussi sûrs que possible ».

 

Kennedy fait un lien entre vaccins et autisme

 

M. Kennedy a publié un livre en 2014 dans lequel il décrit les dangers du mercure contenu dans le thimérosal, utilisé dans des vaccins pour éviter toute prolifération bactérienne et fongique. Il a également activement participé à la promotion d’un film documentaire en 2015 liant l’autisme au thimérosal dans les vaccins et attaqué les responsables sanitaires qui rejettent ce lien.

 

« On donne le vaccin à des enfants et la nuit suivante ils ont une très forte fièvre […] et trois mois après leur cerveau est détruit », a notamment déclaré au journal Sacramento Bee M. Kennedy lors de la promotion de ce film, évoquant « un holocauste ».

 

« Ces vaccins sont très sûrs »

 

M. Trump a également suggéré à plusieurs reprises un lien entre les vaccins et troubles du spectre de l’autisme. Sur Twitter en 2014 il avait écrit que « de jeunes enfants en bonne santé vont chez le médecin, reçoivent des doses massives de multiples vaccins, ne se sentent pas bien et changent » pour devenir «autistes ». « Il y a de nombreux cas comme cela », ajoutait-il.

 

Un rapport de l’Institut américain de médecine en 2014 qui portait sur huit vaccins donnés à des enfants et des adultes avait conclu « que ces vaccins sont très sûrs sauf dans quelques très rares exceptions ».

 

De plus, neuf autres études des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) effectuées depuis 2003 n’ont constaté « aucun lien entre des vaccins contenant du thimérosal et l’autisme ou entre des vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole et cette maladie chez les enfants ».

 

Un cauchemar pour la médecine

 

À la fin des années 1990 les laboratoires pharmaceutiques ont commencé à ne plus utiliser le thimérosal ou à en réduire très fortement la teneur dans tous les vaccins pédiatriques à l’exception de ceux contre la grippe, ont indiqué les CDC, estimant qu’il ne s’agissait là que d’une « mesure de précaution ».

 

L’annonce de la création de cette commission a semé la consternation dans le corps médical.

 

Pour la Dr Ranit Mishori, professeure à la faculté de médecine de l’Université Georgetown à Washington, c’est « un cauchemar » pour les médecins qui sont confrontés à une vague de scepticisme parmi les parents depuis plusieurs années et à une résurgence des flambées de rougeole et de coqueluche.

 

« Cela contribue à susciter beaucoup de craintes et de sentiment anti-science », a-t-elle déploré. « La science est extrêmement solide sur ce sujet », a insisté la professeure Mishori, ajoutant que « la science ne fonctionne pas en essayant de prouver des idées préconçues ».

 

L'American Academy Of Pediatrics a réagi en réitérant l'importance médicale des vaccins et en rejetant avec force les doutes sur leur innocuité. « Les vaccins font partie de la fabrique de notre société depuis des décennies et sont l'innovation médicale la plus importante de notre temps. Ils nous protègent de maladies qui menacent la vie, y compris de certaines formes de cancers », a aussi rappelé le président de l'Académie Fernando Stein dans un communiqué.

 

Source : Ouest France

 

Voir aussi :

 

Le message de Melania Trump sur les vaccinations

 

Trump : « les vaccins causent l’autisme. La chose va être étudié de près »

 

Vaccins et autisme: le Dr Wakefield répond aux accusations (et aux calomnies!)

 

Trump: "Le vaccin antigrippal est la plus grande escroquerie de l'histoire médicale"

Partager cet article

Repost 0
Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Lise - https://fr.surveymonkey.com/r/la-vaccination 25/02/2017 11:50

Bonjour à tous,

Dans le cadre de mon mémoire de Master en Sciences de la santé publique à l'Université de Liège, je mène actuellement une étude sur la perception de la vaccination. Afin de mener à bien ma recherche, je diffuse ce questionnaire sur différentes plateformes en ligne et me permets de solliciter votre avis. Il n’y a ni bonnes ou mauvaises réponses, je vous demande simplement de m’indiquer ce que vous pensez.

Si vous souhaitez donner vote avis et m'aider dans la réalisation de mon mémoire, il vous suffit de cliquer sur le lien qui suit mon nom.

Merci d'avance, Lise.

Bernard 02/02/2017 12:36

L'expert dit le vrai selon la norme académique en vigueur, le chercheur, le vrai chercheur, celui qui brûle ses meubles pour trouver, est celui qui brise la coupole académique, sorte de cloche à fromage sous laquelle on voudrait nous voir tous fermenter.

Le problème n'est pas tant de savoir si on est ou non dans la croyance mais si nous sommes attachés à nos croyances comme une moule à son rocher ou jusqu'à quel point nous sommes capables de nous arracher à nos croyances pour accéder à autre chose.

Il faut être conscient du fait que sans croyances nous ne pourrions avancer car nous n'aurions pas l'énergie pour le faire, même en recherches en maths pures, je l'ai expérimenté : on cherche s'il pourrait exister telle relation entre des objets mathématiques (ou autres) mais, contrairement à un sujet d'examen ou de concours, ce qu'on a imaginé qui pourrait être, peut être faux. On peut ainsi chercher pendant des semaines et des mois, le jour, la nuit dans son lit, jusqu'à se rendre compte qu'il faut changer le fusil d'épaule, tout reprendre dans une autre direction. Ce peut être décourageant mais c'est aussi la fable du laboureur.

Si on est trop dans l'émotion, le succès social espéré qui grise ou qui s'envole, l'affrontement polémiste comme on assiste en médecine et sur les vaccinations, on n'aura pas la sérénité intérieure nécessaire pour imaginer avec justesse ce qui se produit en réalité puis pour en trouver une démonstration.

Voici un exemple sur l'épidémiologie : pas de signal en cas-témoins signifie seulement que les cas se comportent comme les témoins. On devrait alors se poser la question : comment se comportent les témoins par rapport à la chose testée ? L'épidémiologie, française ou internationale admet comme allant de soi que les témoins ne peuvent être que neutres puisqu'ils sont des témoins. C'est un raisonnement sur des mots. La réalité peut être toute autre :

dans l'étude Tardieu 2007 sur la sclérose en plaques après vaccination hépatite B chez l'enfant il y a 476 témoins vaccinés hépatite B dans les 4 années qui suivent la vaccination contre 102 les 2 années suivantes soit 4,7 fois moins alors que la neutralité par rapport au délai écoulé depuis la vaccination serait 2 fois moins. Il y a donc un signal très, très fort vue l'importance des nombres. En testant en cas-témoins par rapport à ce délai des 4 premières années après la vaccination HB, les auteurs ne trouvent aucun signal et en déduisent qu'il n'y a donc aucun signal sur les cas.

En raisonnant plus justement (de manière rationnelle pour reprendre qui vous savez …) les auteurs auraient regardé le comportement des témoins pour constater immédiatement un gros signal et en déduire qu'il y avait toutes chances qu'il y ait le même signal sur les cas comme on le vérifie aussitôt : 62 cas sur les 4 premières années contre 12 les 2 années suivantes, soit 5 fois moins.

C'est aussi simple que cela mais l'épidémiologie et les ''Comités autorisés'' (à formuler des jugements définitifs sur les études épidémiologiques) n'ont strictement rien compris au problème, ils ont tous plongé comme d'ailleurs IR quand j'avais présenté cela sur ce blog. Avec ses certitudes habituelles, il inventera une nouvelle définition de l'odds ratio alors qu'elle se trouve partout instantanément, une façon bien étrange de lire les tableaux double entrées, ce que pourtant tout le monde sait faire et démontrera qu'il ne faisait pas la différence entre les témoins d'une étude exposés/non exposés avec les témoins d'une étude cas-témoins. Tout cela présenté avec son martèlement habituel de certitudes des plus rationnelles pour tenter de valider ce qui est pourtant une énorme erreur fondamentale de l'épidémiologie. Sa démarche est cependant intéressante en ce sens qu'elle illustre ce qu'on ne doit jamais faire si on veut avoir une chance de réussir une recherche. En trouvant cela, j'ai brisé la coupole académique et ce n'est jamais un rôle facile. ''Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté'' chantait Guy Béard quand j'étais jeune ...Mais il y aussi l'effet boomerang ...

Initiative Rationnelle 07/02/2017 11:28

"comme d'ailleurs IR quand j'avais présenté cela sur ce blog. Avec ses certitudes habituelles, il inventera une nouvelle définition de l'odds ratio"

L'expérience montre que des données factuelles réfutant vos affirmations ne sont pas suffisantes pour que vous cessiez de propager vos "théories" ( http://wp.me/p7rQDb-1S5#kidsep ).

Votre incapacité à admettre vos propres erreurs est dramatiquement drôle. Un jour, pour plaisanter, j'ai dit que vous vous déchaîneriez probablement contre celui qui viendrait pointer la plus petite de vos erreurs, s'il disait par exemple "Vous avez écrit varoile au lieu de variole". Depuis, on a pu constater que même ce qui ne souffre d'absolument aucune interprétation, comme l'existence de chiffres tels qu'ils ont été récoltés et qui sont différents de ce que vous affirmez sans source, même cela n'est pas en mesure de vous faire admettre vos erreurs. ( http://wp.me/p7rQDb-374#3_2 )

Devant un tel manque de crédibilité de votre part, il est naturel de s'amuser un peu. La différence étant que mes divagations sont assumées et présentées comme telles ( http://wp.me/p7rQDb-2uC ).

Bernard 31/01/2017 12:19

Bonjour Anaïs,

C'est une surprise de vous voir ici ! Ce n'est pas chose facile de discuter avec un tel adepte de la Rationnalité telle qu'il semble la comprendre. Avant de lire votre message j'avais prévu de tenter de lui expliquer les problématiques générales de toute démonstration.

La certitude de la valeur d'une démonstration s'établit d'abord dans un face à face avec soi-même. J'ai suffisamment pratiqué les mathématiques pour le savoir : oui, je sais que cela est une démonstration car j'ai tout envisagé, tout passé au crible. C'est la première phase.

Ensuite on essaie de la partager, de faire constater à d'autres qu'il s'agit bien d'une démonstration. Ce n'est possible qu'à plusieurs conditions. La première étant qu'ils aient la capacité et la formation nécessaires pour appréhender le problème. La seconde étant qu'ils acceptent d'y passer le temps nécessaire et qu'ils aient donc une motivation suffisante. Pour les démonstrations mathématiques longues et complexes par exemples, ces 2 points ne sont pas toujours évidents.
Mais il y en a une troisième : ayant constaté que la démonstration présentée est valable, il faut qu'ils acceptent de le reconnaître. Pour les questions qui nous occupent ici, ce n'est pas toujours évident non plus. Romain Gherardi raconte dans son livre Toxic Story qu'un grand professeur vient lui dire : « Cher ami, vous avez certainement raison, mais je dirai toujours que vous avez tort ! » Oui, la toxicité de l'aluminium dans les vaccins est si lourde de conséquences si on la reconnaissait que cela provoque ce genre d'attitude.

Robert Cohen disait devant une assemblée de pédiatres que s'il y avait un moratoire sur l'aluminium, il n'y aurait plus de vaccins pendant 10 ans. Tout cela peut conduire certains à affirmer haut et fort, brandissant des études montrant son innocuité, que l'aluminium est inoffensif car il s'élimine rapidement. Gherardi dit avoir montré que ce n'était pas toujours vrai. D'autres chercheurs disent de même. Je n'ai pas la compétence pour vérifier moi-même leurs démonstrations. Marc Girard n'est pas un chercheur, il n'est pas en mesure d'expérimenter sur des animaux pour suivre le devenir de l'aluminium. Je ne pense pas que MDL soit en mesure de le faire. Aussi, les uns et les autres, nous en sommes réduits à choisir en fonction de multiples éléments dont la sélection et la décision que nous prendrons dépendent beaucoup de chacun, il faut avoir l'humilité de le reconnaître.

Pour ma part, après avoir lu l'ouvrage de Gherardi, l'avoir entendu dans le film réalisé par E3M, je ne doute plus de ce que Gherardi affirme sur ce point. C'est différent lorsqu'il sort de son registre de chercheur pour donner son opinion sur la vaccination en générale. D'ailleurs un tout récent article de Libé fustige ce type d'attitude systématique ''le crime de lèse vaccin'' :

« Tout livre sur le vaccin comprend un passage obligé. D’abord, dire et répéter qu’il est une merveilleuse découverte, assurément la plus grande victoire de la santé publique du XXe siècle...Ce jeu de rôle, parfois un peu lassant, se joue depuis une dizaine d’années en France ... »

Il faut distinguer entre les vraies et sérieuses recherches conduites par Gherardi et autres des déclarations d'opinions pour ne pas effaroucher les bien-pensants ou l'autorité et aussi, sans doute, par ignorance de certaines réalités bien cachées comme la dramatique de l'éradication de la variole.
Il en va de même pour les recherches de Montagnier et autres sur la composante vibratoire des pathogènes et la possibilité de les détecter par résonance vibratoire et pourquoi pas, même s'il n'en parle pas (à ma connaissance) de les neutraliser par des fréquences adaptées. Évidemment ça pourrait déranger beaucoup d'intérêts bien en place. Un chercheur le faisait déjà dans les années 30.
Pour finir, je renvoie aux photos que j'ai mises pour quelques jours sur mon blog et qui montrent la guérison en un mois en 1932 d'un carcinome du visage chez une femme de 82 ans alors qu'opération et radium avaient échoué.

http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2017/01/30/34870880.html

En un mot, il existe d'autres possibilités de guérison que le tout chimique et biochimique. La raison est simple : la matière vivante est plus fondamentalement vibratoire que biochimique. Le biochimique étant sous la dépendance de cette dimension vibratoire et non l'inverse. Cela, qu'on y croit ou pas, qu'on en ait des preuves ou pas, qu'on puisse les partager ou pas, personne ne le changera. Je me suis procuré un générateur de fréquences il y a un peu plus de 2 ans et, sans pouvoir expérimenter comme dans un laboratoire, j'ai pu en avoir des confirmations. J'y crois et c'est nécessaire pour trouver l'énergie pour avancer, sinon on ne cherche pas. Une démarche scientifique demande aussi de croire pour trouver l'énergie pour chercher car on ne trouve que ce qu'on cherche.

Initiative Rationnelle 07/02/2017 11:22

"Romain Gherardi raconte dans son livre [...] Oui, la toxicité de l'aluminium dans les vaccins est si lourde de conséquences si on la reconnaissait que cela provoque ce genre d'attitude. [...] l'aluminium est inoffensif car il s'élimine rapidement. Gherardi dit avoir montré que ce n'était pas toujours vrai."

Romain Gherardi raconte ce qu'il veut dans son livre. Pas de comité de lecture, pas de validation, c'est pratique. En revanche, lorsqu'il est auditionné pendant la concertation citoyenne sur la vaccination (page 154 des annexes du rapport), il est forcé de s'en tenir aux faits, qui sont que les études actuelles ne lui permettent pas de conclure que l'aluminium est responsable des symptômes qu'il énumère. Même si ce qui pour l'instant n'est qu'une hypothèse, était avéré, cela ne changera pas l'utilisation de l'aluminium en adjuvant compte tenu du faible nombre de personnes impactées et du très grand bénéfice constaté. Gherardi a eu "l'humilité de le reconnaître". Est-ce que ce sera votre cas ?

Toute l'intervention est à lire, mais on retiendra particulièrement:
"
Monsieur FISCHER, Président. - [...] Si on utilise toujours le vieux [aluminium en adjuvant], c’est qu’il n’est peut-être pas si mal. Il a démontré que des milliards d’individus ont reçu des vaccins et ont été protégés. Est-ce que tu penses que ce facteur de risque doit ou non, remettre en cause la politique vaccinale telle qu’elle est aujourd’hui ?

Monsieur le professeur GHERARDI. - Ce n’est pas mon combat. La réponse est non. Je suis pro vaccinal. J’ai 64 ans, pendant toute ma scolarité, j’ai eu de petits poliomyélitiques dans le fond de ma classe. Honnêtement, le bénéfice du vaccin, je le connais.

Monsieur FISCHER, Président. - Merci de cette réponse. Pour moi, elle est très importante parce que comme tu le sais, au nom de tes travaux, certains mènent un combat pour une modification radicale de la politique de vaccination.
"



"oui, je sais que cela est une démonstration car j'ai tout envisagé, tout passé au crible"

Notez que vous échouez dans la mise en pratique de vos critères, Bernard. - https://initiativerationnelle.wordpress.com/2016/09/12/evaluation-rationnelle-des-preuves-un-exemple-concret/#phase_3



"qui montrent la guérison en un mois en 1932 d'un carcinome du visage chez une femme de 82 ans alors qu'opération et radium avaient échoué"

Vous faites un raisonnement circulaire. Parce que l'on vous dit que Montagnier est décrédibilisé auprès de la communauté scientifique qui n'a que faire de ses démonstrations télévisées, vous nous racontez une anecdote vieille de près de 90 ans ou le Montagnier de l'époque nous faisait part de ses démonstrations photographiques.

Une preuve anecdotique n'est pas plus convaincante que n'importe quelle autre preuve anecdotique. Ce n'est pas de la science, c'est du télé-achat. Fonctionnant sur fonds privés, des extraordinaires résultats télévisés attireront bien quelques investisseurs. La publication pour reproduction par des équipes indépendantes sera quant à elle traitée ultérieurement, ou pas. Certains dénoncent "la qualité méthodologique des études portant sur les vaccins, c'est assez effrayant" et oublient d'être scandalisés quand la possibilité même d'une évaluation de la qualité méthodologique est strictement interdite. C'est un double standard du style "Lui a publié, regardez, c'est pas comme ça qu'il faudrait faire, bouh! Lui n'a pas publié, son travail est donc probablement valide, il n'y a rien à redire"

Les scientifiques ne sont pas de votre avis, c'est heureux. "After careful study of the literature and other information available to it, the American Cancer Society has found no evidence that treatment with the devices mentioned in this review results in objective benefit in the treatment of cancer in human beings. Lacking such evidence, the American Cancer Society strongly urges individuals with cancer not to seek treatment with such devices" - http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.3322/canjclin.44.2.115/pdf



"Cela, qu'on y croit ou pas, qu'on en ait des preuves ou pas, qu'on puisse les partager ou pas, personne ne le changera."

Vous nous dites donc que c'est vrai, qu'il y ait des preuves ou pas. Un vérité transcendante, en somme. Peut-être avec une majuscule ?

Initiative Rationnelle 07/02/2017 11:21

"Quand on a l'esprit critique, on finit par mieux percevoir le monde dans lequel on vit"

Qu'est ce que l'esprit critique pour vous ? Est-ce que c'est très différent de la définition classique ? Par exemple, vous nous expliquez qu'en l'absence de preuves, ce sont vos tripes qui prennent le pas sur votre cerveau ("je ressens les choses") et pour vous, le vaccin a une tête de coupable ("Je ne vais pas attendre les résultats d'études scientifiques pour soupçonner les vaccins d'entraver le bon fonctionnement du système immunitaire").

Notez que savoir si le vaccin entrave le bon fonctionnement du système immunitaire et savoir s'il faut éviter de vacciner sont deux questions distinctes. Si la responsabilité du vaccin est si difficile à établir dans ces études, c'est en premier lieu à cause de la grande rareté des phénomènes observés, de sorte que même si une étude ultérieure venait à démontrer ce que vos tripes vous affirment depuis si longtemps, le vaccin serait utilisé malgré tout. Ces études, qui sont indispensables pour l'amélioration des vaccins, ne vous seront d'aucune utilité pour nous convaincre que les risques sont plus importants que les bénéfices. Cela reviendrait à affirmer qu'il faudrait arrêter de mettre sa ceinture de sécurité uniquement parce qu'il a été démontré que certaines voitures finissent dans l'eau et que l'occupant décèdent bloqué par sa ceinture de sécurité.



"Simplement, je ne pourrai pas l'affirmer de façon péremptoire. Alors, comme dit le MDL ou Michel georget, soyons humble, avant tout ne pas nuire."

Il existe des données objectives qui montrent que ne pas vacciner nuit gravement à la santé et à la vie de nombreuses personnes, et que vous opposez à des risques de vacciner que vous admettez être hypothétiques. Comme vous dites, soyons humble, avant tout ne pas nuire.



"Je rie quand je vois qu'on a transformé la rougeole, maladie bénigne de la petite enfance en une maladie virale hautement dangereuse..."

Quand je vois que cette maladie bénigne qui tuait 2,6 millions de personnes tous les ans dans les années 80 a été transformée en cette maladie virale hautement dangereuse qui tue 100.000 personnes tous les ans, je me dis que tout le monde estime avoir un esprit critique supérieur à la moyenne et que c'est mathématiquement impossible. (Et aussi, que la rougeole a toujours été une maladie virale).

Notons que depuis les années 50, la proportion de personnes infectées qui meurent reste inférieure à 1 pour 1000 et ce malgré l'arrivée des vaccins qui en font selon vous "une maladie virale hautement dangereuse". Quel est le critère que VOUS utilisez pour savoir que la grippe est plus dangereuse aujourd'hui ? Par exemple, il y a 100 ans la rougeole tuait plus de 2% des personnes infectées alors qu'aujourd'hui elle en tue moins de 0.1%. Que vous dit votre esprit critique quand une maladie plus dangereuse tue moins de monde ? - https://academic.oup.com/jid/article/189/Supplement_1/S17/821924/Evolution-of-Measles-Elimination-Strategies-in-the



"Je me dis simplement qu'il dessert totalement la cause qu'il voudrait défendre, quelle ironie du sort!"

Lorsque l’on pointe des erreurs dans une argumentation méthodologique et/ou des données factuelles, l’intérêt premier est de parvenir à une argumentation sans erreurs méthodologique et/ou de données factuelles. Vous pourriez être contre les vaccins, et refuser malgré tout qu'on mente en votre nom, mais vous avez préféré tirer sur le messager. Le erreurs que je pointe existeront que je sois là pour les souligner ou pas. Notez cependant que vous êtes en minorité: Le postulat dominant est que je suis payé par les labos, mais qu'ils sont trop bêtes pour avoir pensé à envoyer plus d'une personne. Vous, vous postulez que j'ai une cause à défendre. N'hésitez pas à nous en dire plus sur mes motivations, je ne suis pas intéressé.

Anais 31/01/2017 15:46

Je ne pense pas qu'il y ait de discussion possible avec IR. Pour discuter, il faut avoir envie de savoir et de comprendre les choses. Je me dis simplement qu'il dessert totalement la cause qu'il voudrait défendre, quelle ironie du sort! Ce sont les gens comme lui qui sèment le doute et qui rendent les français méfiants envers les vaccins! Et y a de quoi!
Je suis médecin et j'ai été pendant longtemps "pour" la vaccination. J'étais alors incapable d'écouter un contradicteur car enfermée dans ma croyance. Nos études de médecine ne nous apprennent strictement rien sur la science de la vaccination. On ne nous apprend pas non plus à comprendre la santé malheureusement. On nous apprend à diagnostiquer des maladies et à les traiter ou à les prévenir avec des médicaments.
Notre vision et notre compréhension du corps humain est totalement simpliste et réductionniste en vérité!
Je ne suis pas mécontente de travailler dans l'urgence vitale, ça limite mes états d'âme dans ma prise en charge des patients car j'ose affirmer aujourd'hui que la médecine, même si elle continue de sauver des vies, fait plus de mal que de bien.
Quand on a l'esprit critique, on finit par mieux percevoir le monde dans lequel on vit. La médecine moderne n'échappe pas aux règles de la finance et de l'envie de se glorifier. Et à vouloir penser que la nature est le mal incarné, on sème le désordre avec les conséquences qu'on connait.

On finit par mieux comprendre la problématique des vaccins quand on a la capacité à remettre entièrement en question un système global et c'est douloureux!

Pour ce qui est de MDL et Marc Girard, ils ne détiennent certainement pas la vérité mais ils ont une analyse très intéressante de la littérature scientifique, une rigueur qu'on ne retrouve que rarement je trouve.

MDL est un scientifique pur et dur! Pas d'études fiables = pas d'affirmations péremptoires même si... au risque de se discréditer.
Il arrive sur des sujets comme la nutrition que nos avis divergent car malgré l'absence de vraies preuves scientifiques, je ressens les choses autrement à force de réflexion et de lecture.
Comme vous le dites, on ne peut jamais éliminer totalement la croyance de nos réflexions.
Je ne vais pas attendre les résultats d'études scientifiques pour soupçonner les vaccins d'entraver le bon fonctionnement du système immunitaire. Simplement, je ne pourrai pas l'affirmer de façon péremptoire.
Alors, comme dit le MDL ou Michel georget, soyons humble, avant tout ne pas nuire. Cela devrait impliquer la levée de l'obligation vaccinale, l'abstention de vacciner les petits tant que leur système immunitaire est immature et on réfléchit, on fait des études pour avancer sur la problématique vaccinale.
Comme le dit Marc Girard, faute de preuves étayées par l'evidence based medicine, les parents doivent utiliser leur sens critique et leur intuition pour se faire une idée. Je rie quand je vois qu'on a transformé la rougeole, maladie bénigne de la petite enfance en une maladie virale hautement dangereuse...

Pour la problématique de l'aluminium ou de la myofasciite à macrophage, je n'affirme pas que Marc Girard a raison, je trouve cela intéressant de voir plusieurs points de vue, ça permet de faire le tri et de mieux réfléchir sur toutes ces questions complexes.

Hervé 30/01/2017 22:29

Je viens de voir les photos de guérison obtenues par Lakhovsky. C'est impressionnant ! On comprend, mais on n'accepte pas pour autant, qu'on ait voulu arrêter tout ça ... et ça continue, même sur ce blog à ce que je constate !

Bernard 30/01/2017 22:24

Le mouvement se démontre en marchant et Montagnier semble l'avoir très bien compris. Alors, avec ses équipes il marche, il marche … et il avance.

Il est exact que Jules Tissot s'est laissé entrainer dans des considérations un peu fumeuses. Mais en 1936 il a publié une remarquable découverte qui ne sera redécouverte que 40 ans plus tard. Il avait découvert que le bacille de la tuberculose était une mycobactérie et non un bacille en bâtonnets et ce grâce à une nouvelle préparation des tissus à observer sous microscope et qui préservait beaucoup mieux les structures, évitant ainsi de fragmenter les filaments en bâtonnets ou de lyser les constituants cellulaires.

Aujourd'hui, 80 ans après, chacun pourrait reconnaître sa belle découverte et enfin lui rendre au moins un hommage posthume. Mais non. Pourquoi ? Il a commis un péché mortel, il a critiqué les vaccins !!!
Tout comme Romain Gherardi qui raconte son histoire dans Toxic Story : « dans les années 1990 il voit apparaître une pathologie inconnue, la myofasciite à macrophages. Le monde de la santé s'y intéresse mais quand il en identifie la cause – les adjuvants aluminiques – il constate un revirement soudain. Articles scientifiques refusés. Financements taris. Réunions pipées. Le mot ''vaccin'' lui ferme toutes les portes.

Il a beau renverser les dogmes en vigueur -élimination rapide des adjuvants après vaccination, innocuité à leur faible dose – accumuler les éléments nouveaux, les autorités sanitaires et les industriels du vaccin persistent dans le déni. »

Il en va ainsi à chaque fois et ce n'est pas nouveau. Nous en avons régulièrement la démonstration sur ce site par l'existence, la forme et le contenu de ces visites régulières du Chevalier Blanc de la Vérité. Initiative Citoyenne a commis un impardonnable péché mortel et je me suis laissé entrainer dans cette chute diabolique et irrémédiable vers l'Irrationnel Absolu malgré les tentatives désespérées de rédemption par le Chevalier de la Rationalité pure et dure ...(interdit de rire, ça pourrait le mettre en colère).

Merci Maya pour vos recherches et votre soutien

Initiative Rationnelle 07/02/2017 11:20

"Il est exact que Jules Tissot s'est laissé entraîner dans des considérations un peu fumeuses. Mais en 1936 il a publié une remarquable découverte ..."

En clair: La typhoïde ne vient pas du maïs, le typhus ne vient pas de l'avoine, la diphtérie ne vient pas de l'orge, la rougeole ne vient pas de la laitue, la rage ne vient pas de la carotte, le tétanos ne vient pas de la pomme de terre, et la syphilis ne vient pas du singe, c'est vrai. Mais si on ignore ce qu'il a fait et dit auparavant, quand il est arrivé avec ses nouvelles observations vous pensez qu'on l'a écouté ? Pensez-vous. Personne ne l'a pris au sérieux. C'est honteux.

Elizabeth Tessier s'est trompée sur l'année géniale de DSK, l'euro de foot, le ciel éblouissant de Raymond Domenech, la détection du cancer par le thème astral. Mais elle a correctement prédit que j'allais faire un beau voyage. On pourrait au moins lui reconnaître cette belle prédiction.



"Mais non. Pourquoi ? Il a commis un péché mortel, il a critiqué les vaccins !!!"

Dites nous Bernie, est-ce que les critiques étaient fondées ? Si non, est-ce qu'il a persisté dans ses affirmations infondées malgré une réfutation rationnelle ? Dites nous en plus. N'oubliez pas vos sources.



"Articles scientifiques refusés. Financements taris. Réunions pipées. Le mot ''vaccin'' lui ferme toutes les portes."

M. Gherardi pense qu'il y a un complot qui vise le faire taire. Le directeur de recherche au CNRS à l'unité de génomique virale et vaccination à l'institut Pasteur est d'accord avec lui, pour des raisons différentes.

"Le Pr. Gherardi attaque quelque chose qui a fait ses preuves pendant un siècle, qui est une méthode médicale absolument validée. [...] Imaginez qu'un jour quelqu'un publie un livre en disant que c'est pas la peine de se laver les mains quand on va farfouiller dans le foie d'un type qu'on opère, évidemment que tout le monde essaierait de le faire taire. On en est là. C'est ce niveau là."

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/vaccination-comment-lutter-contre-la-defiance

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA