Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 10:39

Le calvaire de Cali après le vaccin Gardasil

Le calvaire de Cali après le vaccin Gardasil

« Je me sens tellement coupable ! J’aurais dû faire plus de recherches sur les effets secondaires des vaccins avant d’accepter que l’on vaccine ma fille »

 

Viviane Kydd, 8 mars 2016

 

Ma fille Calli avait toujours été pleine d’énergie. Elle était toujours en activité, elle adorait chanter, faire de la musique et rencontrer des amis.

 

Quand elle eut 8 ans, on diagnostiqua chez elle un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

 

C’est le 12 décembre 2013 que Calli a reçu sa seconde dose du vaccin Gardasil contre le HPV.

 

Le 12 décembre Calli est allée au lit, et à 22.45 elle a hurlé : « maman ! »

 

Je me suis précipitée à l’étage pour la retrouver dans un était de totale confusion. Elle ne voyait plus, et était terrorisée. Au début, j’ai pensé qu’elle était en train de rêver, mais ce n’était pas le cas. Ce fut en fait le début de notre cauchemar.

 

Nous l’avons emmenée à l’hôpital où les médecins ont pensé qu’elle avait peut-être pris quelque produit, mais les analyses de sang ont pu déterminer que ce n’était pas le cas. Les médecins ont demandé si quelque chose avait été changé au cours des dernières 24 heures. Je leur ai expliqué que Calli avait, la veille, reçu sa seconde dose du vaccin Gardasil. Calli entra à l’hôpital de Ninewells. La confusion aiguë dont elle souffrait dira toute la nuit.

 

Ce qui, depuis le 12 décembre, m’a préoccupée c’est que sur l’article d’information et le formulaire de consentement, il n’était absolument pas question d’effets secondaires graves qui auraient pu se produire après la vaccination. Les effets secondaires graves sont repris sur la feuille d’information des parents. Mais ce document n’est pas envoyé aux parents au moment de la demande de consentement.

 

Le vendredi 13 décembre 2013 à 10 heures du matin, alors que les médecins étaient près de son lit, Calli fit une crise tonico-clonique. Ce fut l’expérience la plus effrayante à laquelle j’aie jamais pu assister. Je pensais que ma fille venait de mourir devant moi.

 

L’analyse sanguine, de même que l’électro-cardiogramme ne donnèrent aucun résultat. Tout paraissait normal.

 

C’est le 17 décembre 2013 qu’elle a quitté l’hôpital. Elle continuait cependant à souffrir de vertiges, de nausées, de douleurs articulaires et de démangeaisons de la peau.

 

Elle fit encore des crises tonico-cloniques en avril, juin, juillet, septembre et octobre. En octobre,  elle fut à nouveau admise à l’hôpital pour une télémétrie vidéo. C’est alors qu’elle fit à nouveau une crise tonico-clonique. On diagnostiqua une épilepsie du lobe temporal gauche avec une épilepsie secondaire généralisée. Au cours de toute cette période, Calli avait des épisodes de dyspnée, des engourdissements des membres, une vision floue et tous les problèmes qu’elle avait déjà connus précédemment.

 

C’est depuis juin 2014 que Calli n’a plus fréquenté l’école. Le 6 octobre, elle a essayé de s’y rendre à nouveau mais elle refit une crise tonico-clonique le soir même et n’a, depuis, plus pu se rendre à l’école.

 

Elle a aussi dû abandonner ses leçons de chant et de piano parce que son était ne le lui permettait pas. Une fois, elle a eu l’occasion de revoir des amis, mais les jours qui ont suivi, ses maux n’ont fait que s’aggraver. Nous avons dû faire appel à des personnes spécialisées pour la soutenir tant le fait de se voir ainsi, pendant si longtemps, clouée à la maison lui provoquait une énorme anxiété.

 

Pendant plus de 24 mois, elle a ainsi souffert de douleurs articulaires, de démangeaisons de la peau, d’étourdissements, de nausées après avoir mangé, de douleurs thoraciques et dorsales, de bouffées de chaleur. Elle a aussi attrapé un psoriasis du cuir chevelu. Elle souffre aussi de brûlures d’estomac et de nausées liées à l’épilepsie et au médicament qu’elle doit prendre pour sa maladie.

 

Maintenant après 16 mois, les médecins veulent  se pencher davantage sur ses douleurs articulaires, ses insomnies et ses vertiges. Les médecins ont finalement évoqué le Syndrome de Fatigue chronique.

 

En juillet 2015, Calli est à nouveau rentrée à l’hôpital pour changer ses médicaments contre l’épilepsie. Depuis cette modification, les crises ont pu être mieux contrôlées. Le 23 novembre 2015, le médecin nous a dit qu’il pensait que Calli faisait la maladie de Raynaud. C’est la raison pour laquelle il l’a envoyée chez un rhumatologue.

 

Quand Calli prend une douche, le bas de ses jambes et ses pieds deviennent tout rouges avec des taches pourpres et blanches.

 

Le 15 décembre 2015, Calli a de nouveau dû se rendre à l’hôpital pour une nouvelle télémétrie, ainsi que pour des tests sanguins.

 

Le 15 février 2016, Calli a dû passer le test de la table basculante (que j’avais déjà demandé 18 mois plus tôt) et faire des analyses sanguines.

 

Le 15 février,Calli a donc passé son test de la table basculante. Je ne fus pas autorisée à rester dans la pièce. C’est au cours de ce test que Calli a refait une crise alors que ni le médecin, ni l’infirmière ne réalisaient ce qui se passait. Le médecin s’est contenté de demander à Calli de rester tranquille. J’attends toujours les résultats du test.

 

Le 16 février 2016, Calli eut un rendez-vous chez un rhumatologue. Celui-ci a confirmé que Calli souffrait de la maladie de Raynaud sans cause sous-jacente.

 

Les résultats des analyses de sang de juillet n’ayant rien montré de particulier, le médecin redemanda de nouvelles analyses de sang pour voir si Calli n’avait pas de carences vitaminiques. J’attends toujours les résultats.

 

Le 22 février : un autre rendez-vous à l’hôpital a dû être annulé.

 

Il y a maintenant plus de deux ans que Calli a reçu son vaccin contre le HPV. Depuis lors sa vie a été très difficile. Pour moi aussi la vie a été très dure. Il m’était pénible de la voir ainsi tous les jours ne sachant pas comment ses problèmes de santé allaient évoluer et quelle souffrance elle allait encore devoir supporter. Nous sommes contraints à vivre au jour le jour. Il nous est impossible de planifier quoi que ce soit. Nos vies sont littéralement bloquées.

 

Je me sens tellement coupable ! J’aurais dû faire plus de recherches sur les effets secondaires des vaccins avant d’accepter que l’on vaccine ma fille.

 

Source : SaneVax

Le calvaire de Cali après le vaccin Gardasil

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Col de l'utérus-HPV
commenter cet article

commentaires

Initiative Rationnelle 27/04/2016 11:00

Je serais très intéressé de savoir quels critères vous utilisez pour sélectionner les articles qui selon vous sont utiles au débat, dans votre argumentation vaccin / pas vaccin.

"
Une mère qui a refusé de se faire vacciner contre la coqueluche a changé d'avis après avoir contracté la maladie et l'avoir transmise à son bébé.

«Si je pouvais remonter le temps, je me protégerais», a déclaré la jeune mère.«Ça a été un cauchemar."

Mme Avital, avait refusé le vaccin contre la coqueluche se disant qu'elle "n'a pas besoin de cette merde".

Le nouveau-né est maintenant en soins intensifs, entrant dans sa quatrième semaine de la maladie.

"
http://www.abc.net.au/news/2016-04-05/mother-regrets-decision-to-reject-whooping-cough-vaccine/7301836

anonymous 13/04/2016 05:46

the terrorist was in court for punishment ,,,’/] I am like paul reviere getting this message … the play shakespeare heroshio heroshio heroshio “supreme high court gardasil the courts were really inside an institute to they governor//
Nothing is being done
Send out a PLAY
SUPREME HIGH COURT GARDASIL
HPV VACCINES
Governments are instituted to protect freedoms, not restrict them. Certainly, in the event of some communicable diseases society has a need to protect people as a group, but that’s not the issue here.
MERCK owns a history of corrupt, this is past the point
of innocent

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA