Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:46

Vous connaissez sans doute l'expression "laver plus blanc que blanc" n'est-ce pas?

 

Seulement voilà, quand cela concerne les vaccins et que cela consiste à nier des contre-indications que même les fabricants de vaccins admettent dans leurs notices, cela fait froid dans le dos et doit inévitablement appeler un sursaut citoyen.

 

Voici donc un exemple tout à fait concret et qui concerne certainement des dizaines d'enfants chaque année dans notre pays et sans doute même plus:

 

Dans un document de l'ONE sur la santé dans les milieux d'accueil (p.44), on peut clairement lire à la rubrique des FAUSSES CONTRE-INDICATIONS à la vaccination:

 

"Une diminution de l'état de conscience et/ou du tonus musculaire, consécutive à la première vaccination anti-coquelucheuse."

 

ALORS QUE dans la notice du fabricant de l'Infanrix (tétra, penta et hexa)**, on peut notamment lire à la rubrique "Mises en garde et précautions":

 

« Si la survenue de l’un des événements suivants est chronologiquement liée à l’administration d’une vaccination DTP (= diphtérie, tétanos, Pertussis càd Coqueluche, précision d'Initiative Citoyenne), l’administration d’autres doses contenant des composants de la coqueluche devra être soigneusement évaluée:

 

température ≥40,0 °C, dans les 48 heures, ne pouvant être attribuée à une autre cause;

 

collapsus ou pseudo-état de choc (épisode d’hypotonie-hyporéactivité) dans les 48 heures;

 

pleurs persistants, inconsolables, d’une durée supérieure à 3 heures, survenant dans les 48 heures après la vaccination;

 

convulsions avec ou sans fièvre, survenant dans les 3 jours. »

 

Il nous revient également du terrain de la part de plusieurs médecins scandalisés que l'ONE n'hésite pas, par l'intermédiaire de "ses conseillers pédiatres" à recommander, en cas d'effets secondaires dus aux précédents vaccins, la poursuite de la vaccination mais "en milieu hospitalier", pour ainsi mieux contester des certificats logiques et prudents de contre-indication aux autres doses!

 

L'ONE commet donc des actes d'imprudence (que beaucoup qualifieraient, à juste titre selon nous, de criminelle) dont vos enfants pourraient faire les frais avec des risques de graves séquelles pour lesquelles l'ONE n'assumera en contrepartie aucune responsabilité, prétextant sans doute qu'elle se base sur dieu sait quel "consensus international d'experts"!

 

Il est donc CAPITAL pour la santé et le bien-être de ces enfants que les parents dans ces situations sachent s'arrêter à temps et soient complètement conscients de la dangereuse témérité de l'ONE, que visiblement plus rien n'arrête, pas même les restrictions et mises en garde, pourtant déjà trop limitées selon nous, des fabricants.

 

** Vous pouvez consulter  la notice professionnelle des vaccins Infanrix (issue du Compendium suisse des Médicaments) ici: Infanrix Hexa, Penta et Tetra.

 

Pour vous informer sur l'éthique de l'ONE et ses méthodes en matière de vaccination, vous pouvez consulter divers articles déjà publiés à ce sujet:

 

-  Notre lettre de questions à l’ONE envoyée par recommandé (en déc. 2011) 

 

-  La pseudo réponse (« dérobade ») de l’ONE

  

-  Notre communiqué de presse du 22 déc. 2011 sur cette dérobade de l’ONE

 

-  Vaccins : l’ONE tente de se justifier auprès des parents

 

-  Notre courrier à la Ministre Laanan au sujet de la direction médicale de l'ONE

 

-  Vaccins : aveux & mensonges de l’ONE

 

Les relations entre l'ONE et la presse: levons un coin du voile

 

-  Vaccins : peur, panique et hypocrisie se poursuivent à l’ONE 

 

Vaccins: plainte pénale contre l'ONE et autres plaintes en vue

 

Vaccins: piètres justifications de l'ONE dans la presse

 

Vaccins en crèches: le moratoire de la ville de Bruxelles, un sérieux camouflet pour l'ONE?

 

- Publicité déguisée de l'ONE dans le Journal du Patient ?

  

-  Et voir bien sûr aussi: l’émission interpellante de RTL-TVI (20 février 2012) 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 18:47

A peine l’Office de la Naissance et de l’Enfance a-t-il repris la parole dans la presse à l’occasion des plaintes récemment introduites à son encontre, qu’il s’embourbe de plus belle. Entre aveux, mensonges et contradictions, nouvelle analyse détaillée du discours officiel qui ne peut désormais plus laisser aucun doute à ceux qui y sont soumis…

 

A la rubrique des aveux, que retrouve-t-on ?

 

- « Ce calendrier vaccinal est réfléchi chaque année en fonction des infections, des épidémies et des progrès de la médecine » [Dr M-C Mauroy, La Meuse du 6/4/2012]

 

Traduction : Ce calendrier ne peut vraisemblablement être revu qu’à la hausse parce qu’il y a un impératif commercial sous-jacent, hypocritement confondu avec la notion de « progrès scientifique ». Ceci signifie donc en d’autres mots que les enfants servent de tremplins commerciaux malgré eux à des vaccins superflus qui auraient sans cela fait un bide commercial total.

 

- « Je peux comprendre la peur de certains parents quand on entend parler des effets secondaires des médicaments ou de ce sentiment de lobbying pharmaceutique. » [Dr M-C Mauroy, La Meuse du 6/4/2012]

 

On remarquera le soin pour évoquer « les effets secondaires des médicaments » plutôt que de parler de suite des « effets secondaires de vaccins ». Mais oui… c’est vrai, selon l’ONE, se réfugiant derrière « la quasi-totalité du monde médical à l’échelle de la planète », il n’y a tout simplement PAS d’effets secondaires graves des vaccins, on l’eût presque oublié ! Il faut donc arriver à s’y retrouver dans tous les mensonges et essayer de ne surtout pas trop se contredire, en se cantonnant ainsi à des affirmations très générales. Pourtant, Marie-Christine Mauroy comme sa collègue de Provac, le Dr Swennen, ne peuvent ignorer ce qui est admis noir sur blanc dans une enquête conjointe de l’ONE & Provac en 2009 à savoir que  "5% des enfants ont dû consulter un médecin pour effets indésirables endéans les 48h après une vaccination. Vu la simultanéité des vaccins, il est impossible de dire quels sont les vaccins incriminés." [cfr p.43/54] Cet aveu du Dr Mauroy est donc sincère : il y a d’autant plus de quoi avoir peur des effets secondaires que, ne sachant pas identifier les vaccins incriminés à cause de leur présentation en cocktails multiples, l’enfant risque des dommages d'autant plus irréversibles au fur et à mesure des rappels ainsi pratiqués à l’aveugle. On épinglera aussi ce demi-aveu sur ce « sentiment de lobbying pharmaceutique » car c’est en effet bien plus qu’un sentiment mais le dire serait là aussi trop dangereux en exposant l’Office à des questions de plus en plus embarrassantes sur ses liens réels avec l’industrie pharmaceutique, que ce soit de façon directe ou indirecte, via les autorités dont on connaît de façon assez traditionnelle la proximité avec le monde de l’industrie.

 

- « S’il n’y a pas la même obligation en Flandre, c’est parce qu’ils atteignent 99,5% de taux de vaccination. Nous sommes légèrement en-dessous : selon les vaccins, on va de 98,5 à 99%. Et pour le rougeole-rubéole-oreillons, on peine à atteindre les 90% en Communauté Wallonie-Bruxelles. » [Dr Marie-Christine Maroy, Vers l’Avenir du 7/4/2012]

 

Avouer cela, c’est avouer les mensonges précédents qu’on a seriné pendant des années aux gens en leur prétendant que c’était « scientifique » à savoir qu’un taux de vaccination de 75% était suffisant pour protéger la collectivité, avant de devenir 80% puis 85% puis 90% puis 95% puis 99% puis 99,5% puis sans doute à terme 100% parce qu’avec ces chiffres à la soviétique, il reste évidemment très peu de place au libre arbitre de chacun et à la liberté individuelle ! Mais dire cela, c’est aussi avouer de façon accablante que même à des taux de 95 ou 98%, des épidémies peuvent encore survenir, révélant ainsi le caractère formidablement boiteux de la théorie (non démontrée à ce stade) de l’ « immunité de groupe ». Et c'est du reste ce qui est aussi confirmé par plusieurs rapports hebdomadaires officiels de morbidité et mortalité américains (MMWR, Morabidity & Mortality Weekly reports):

 

Epidémie de rougeole dans les hautes écoles à Hobbs, New Mexico. Peu avant, 98% des étudiants avaient été vaccinés (MMWR 1 février 1985);

 

Gustafson et al. (1987) décrivent une épidémie de rougeole dans une école secondaire. 99% des élèves possédaient les preuves de leur vaccination avec le vaccin vivant. (MMWR 2 sept. 1988.).

 

Il s’avère au contraire très salutaire que le virus de la rougeole naturel puisse encore circuler dans notre pays de façon à entretenir l’immunité naturelle mais surtout l’immunité artificielle vaccinale, sans cela hyper éphémère. C’est visiblement ce qu’estiment aussi plusieurs médecins, homéopathes ou non, ce qui explique ce plafonnage de la couverture vaccinale à moins de 90%. La suppression pure et simple de maladies est une ambition simpliste qui laisse hélas aussi présager que les maladies disparues pourraient être remplacées par des maladies bien pires (la Nature ayant horreur du vide).

 

Par ailleurs, les propos du Dr Mauroy sur la pseudo nécessité d'une obligation vaccinale en francophonie comparativement aux pourcentages de couverture vaccinale obtenus en Flandre sans obligation, se trouvent également sévèrement démentis par les arguments de l'Agisdes (Association du groupement d'intérêt scientifique en droit européen de la santé) en faveur de la levée des obligations vaccinales, tels que développés dans un rapport commandé par le Ministère français de la santé. Car parmi ces arguments, il est notamment dit que:

 

« L’analyse de littérature scientifique montre qu’il n’y a pas de lien direct entre le fait qu’une vaccination soit obligatoire et un meilleur niveau de couverture vaccinale. »

 

A la rubrique des mensonges, que retrouve-t-on? 

 

Evidemment plus fournie que celle des aveux, il y aurait presque matière à en faire un livre ! Commençons donc dans l’ordre…

 

- « Ces vaccins obligatoires sont inscrits dans le règlement d’ordre intérieur de chaque maison d’accueil. Un règlement signé par les parents avant l’admission de l’enfant. » [Dr M-C Mauroy, La Meuse du 6/04/2012]

 

Ce que Mme Mauroy oublie cependant de rappeler c’est que ce même règlement signé par les parents inclut AUSSI la possibilité de dispense vaccinale moyennant certificat médical de contre-indication, rédigé par le médecin traitant. Or dans le cas de la famille Labrique de Bruxelles par exemple, l’enfant avait déjà été précédemment vacciné et y avait mal réagi. Mais il est vrai que l’ONE est passé maître dans l’art de contester la moindre contre-indication logique à la vaccination, n’hésitant ainsi même pas, dans la folle imprudence qui est la leur, à classer dans la rubrique des « fausses contre-indications » : « une diminution de l’état de conscience et/ou du tonus musculaire, consécutive à la première vaccination anti-coquelucheuse. » (p44). Ou encore d’oser affirmer qu’ « il n’existe pas de contre-indication à la vaccination aux vaccins conjugués (Hib, pneumocoques, méningite C). (p 43)

Les parents signent-ils donc aussi de facto pour une telle imprudence de la part de l’ONE ?

 

- « Des scientifiques indépendants vérifient et analysent tous ces vaccins sur demande du Conseil Supérieur de la Santé. » [Dr M-C Mauroy, La Meuse 6/04/2012]

 

Indépendants, vraiment ? Nous demandons vraiment à voir. Parce que le Centre fédéral d’Expertises des Soins de Santé, Provac (responsable: Mme Swennen) et le Conseil Supérieur de la Santé aussi se prétendent « indépendants » alors qu’il n’en est rien et qu’il existe à tout le moins, de sérieux indices du contraire !

 

Mme Mauroy a d’ailleurs évoqué aussi « un collège de pédiatres » qui décide des vaccins à rendre obligatoires pour les milieux d’accueil mais n’oublions tout de même pas que la Société belge de Pédiatrie dont ils sont membres comptent les fabricants de vaccins Pfizer et GSK parmi ses "partenaires".

 

Les règles de la psychologie sociale apprennent que des médecins n’étant pas en conflits d’intérêts peuvent très bien se faire influencer par les quelques autres qui en ont avec le genre de décision finale que l’on devine.

 

Mais il est vrai que l’ONE, qui travaille en étroite collaboration avec Provac, doit sans doute avoir la même notion aussi confuse d’indépendance, Provac ayant pour mission assez contradictoire d’à la fois « promouvoir et expertiser les programmes de vaccinations » en Communauté française !

 

- « Pour l’ONE, l’obligation de vaccination a pour but de veiller au bien-être de tous les enfants. Ce n’est pas une obstination aveugle. » [Dr M- C Mauroy, La Meuse du 6/4/2012]

 

Rien ne saurait sonner PLUS FAUX que ça! Car le Dr Healy, ancienne directrice du très célèbre organisme officiel américain « National Institute of Health », a très clairement expliqué que la vaccination aveugle des enfants telle que pratiquée actuellement, c'est-à-dire avec des contre-indications quasi inexistantes comme préconisé par l’ONE, va au contraire toujours donner lieu à un nombre d’enfants victimes dont elle explique très bien qu’ils seront ainsi « sacrifiés inutilement » car selon elle, les données scientifiques actuelles permettraient d’identifier ces enfants plus vulnérables plutôt que de les envoyer au casse-pipe en prétendant hypocritement veiller à leur bien-être !!

 

Il apparaît du reste assez difficile de prétendre « veiller au bien-être de tous les enfants » quand on prône leur revaccination après réaction secondaire préalable au motif qu’avec les vaccins combinés, on ne sait pas identifier les vaccins en cause !

 

Tout comme il est plus que difficile de prétendre « veiller au bien-être de tous les enfants » lorsqu’on sait que les inéluctables victimes seront systématiquement niées en tant que telles, rangées à la rubrique des coïncidences et sans espoir de la moindre indemnisation de la part de ces autorités irresponsables dont les bons conseils auront ainsi été si lourds de conséquences.

 

C’est parce que l’ONE est bien dans l’obstination aveugle (et c’est un euphémisme) que sa représentante se croit obligée de le nier, c’est une réaction typique démontrant que ces gens-là sont sur la défensive, sentant leurs méthodes et leurs stratégies de plus en plus mises à nu. Le témoignage dans la presse des parents de la région namuroise est d’ailleurs assez révélateur de cette obstination et des pressions inouïes que l’Office a exercées sur la crèche en question, comme si c’était une raison d’état qu’une petite non vaccinée puisse y rester un jour de plus !

 

- « On tient compte de la spécificité de l’enfant. » [Dr M-C Mauroy, La Meuse du 6/4/2012]

 

Ah bon ? On voit assez mal comment ils peuvent en tenir compte dès lors que, de l’aveu même de l’ONE (et tel qu'aussi repris dans son Guide de Médecine Préventive)  : « Chaque vaccination constitue un acte médical préventif au cours duquel une dose standard d’un vaccin est administrée à un individu en bonne santé de manière pré-établie et à un moment défini. » (p.43)

 

On voit donc là très clairement l’ampleur de cette contradiction supplémentaire puisque qui dit traitement standard dit forcément non prise en compte de la spécificité de l’enfant, tous les enfants étant immunologiquement différents.

 

Que l’enfant soit allergique, qu’il ait un diabète ou de l’eczéma ? Peu importe, ces spécificités-là étant classées à l’ONE dans la rubrique des « fausses contre-indications ». Il n’y a donc bel et bien pas de véritable prise en compte des spécificités des enfants car il faut maintenir à tout prix les taux de couverture vaccinale, et ce même si le rapport bénéfices/risques des vaccins n’a jamais été évalué à l’échelon de la collectivité, leurs effets secondaires ayant toujours été largement sous-estimés !

 

- « Quand on descend sous la barre des 95%, avec des nuances selon les types de virus, il y a le risque de voir une maladie réapparaître. » [Dr M- C Mauroy, Vers l'Avenir du 7/4/2012]

 

On a vu ce qu’il en était avec plusieurs exemples d’épidémies survenues dans des populations pourtant vaccinées à 98 ou même 99%...

 

- « Oui à la liberté mais après, il faut assumer. » [Dr M-C Mauroy, Vers l'Avenir du 7/4/2012]

 

La paille et la poutre, une fois encore  car à l’inverse,  si l’ONE est en faveur de l’obligation, elle doit aussi pouvoir en assumer les conséquences, ce qui signifie concrètement :

 

-  Etre capable de répondre à nos questions élémentaires (envoyées par recommandé!) 

- Faire la preuve de leur connaissance de la littérature médicale internationale au lieu d’affirmer sottement et en dépit de celle-ci, qu’il « n’existe pas d’effets secondaires graves des vaccins » !

- Mettre en œuvre un système d’indemnisation des victimes qui se seront pliées aux diktats et à l’obstination aveugle de l’Office.

 

- « On ne refuse jamais l’information à personne. […] On va encore améliorer cette communication très prochainement avec, dans le détail, les effets secondaires. Nous n'avons rien à cacher. » [Dr M-C Mauroy, Vers l'Avenir du 7/4/2012]

 

Comment ne pas qualifier cela d’énorme mensonge de plus ? Parce que franchement, après avoir dit qu’il n’existait pas d’effets secondaires graves de vaccins (ce qui est déjà, en soi, une façon de refuser clairement l’information aux gens en plus d’être une marque indélébile d’incompétence), donner l’illusion qu’il y aura le descriptif des effets secondaires, dans le détail en plus, ça laisse plus que sceptique.

 

Que rajoutera en effet l’ONE comme « détails » en plus du baratin limitatif de ses étiquettes pseudo-informatives à savoir « fièvre, douleur, rougeur au point d’injection»? L’ONE parlera-t-elle de l’asthme ou du diabète post-vaccinal ? Des risques d’encéphalite ou d’autisme ? Du sur-risque de sclérose en plaques chez l’enfant après administration du vaccin hépatite B de GSK qui a valu au neuropédiatre français qui l’a mis en évidence d’être « interdit de conférence de presse » ? Evoqueront-ils le lien existant dans de nombreux cas entre syndrome du bébé secoué et vaccins ? Entre mort subite du nourrisson et vaccins ?

 

Le suspense est assez mince, il faut bien l’avouer.

Avant la publication de l'infâme contrat secret d'achat de vaccins H1N1, Mme Onkelinx, elle aussi, prétendait "n'avoir rien à cacher"... 

  

 

Nous vous rappelons que vous pouvez retrouver ci-dessous différents articles déjà rédigés sur l’ONE et sa politique vaccinale :

 

-  Notre lettre de questions à l’ONE envoyée par recommandé (en déc. 2011) 

 

-  La pseudo réponse (« dérobade ») de l’ONE

  

-  Notre communiqué de presse du 22 déc. 2011 sur cette dérobade de l’ONE

 

-  Vaccins : l’ONE tente de se justifier auprès des parents

 

-  Notre courrier à la Ministre Laanan au sujet de la direction médicale de l'ONE

 

-  Vaccins : aveux & mensonges de l’ONE

 

-  Vaccins : peur, panique et hypocrisie se poursuivent à l’ONE 

 

Les relations entre l'ONE et la presse: levons un coin du voile

 

Vaccins: plainte pénale contre l'ONE et autres plaintes en vue

 

-  Vaccins : la folle témérité de l’ONE peut mettre la vie de vos enfants en danger

 

- Vaccins en crèches: le moratoire de la ville de Bruxelles, un sérieux camouflet pour l'ONE? 

 

- Publicité déguisée de l'ONE dans le Journal du Patient ?

  

-  Et voir bien sûr aussi: l’émission interpellante de RTL-TVI (20 février 2012)  

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 21:00

Nous avions déjà évoqué sommairement ce cas dans un article, le 5 avril dernier.

 

Suite à la médiatisation importante de ces dossiers, nous sommes à présent en mesure de vous en faire part avec de nombreux supports médiatiques à l'appui:

 

Grand article (annoncé en première page) dans le Soir du  6 avril 2012: ICI

  

Pleine page dans la Meuse (édition namuroise) du 6 avril 2012: ICI

 

Le communiqué Belga relayé sur plusieurs sites (7sur7, Le Vif, la DH,...)

 

+ "l'interview compensatrice" du Dr Oriane Stevart [commentée par IC]

 

JT de RTL & de RTBF du 6 avril 2012 (13H00, 19H00 & 19H30), cfr ci-dessous: 

 

 
 

 

Pleine page dans Vers l'Avenir du 7 avril 2012: ICI
 

 

Cette plainte pénale déposée à Namur est une première : c’est en effet la première utilisation judiciaire qui est faite du nouvel article 442 quater du Code pénal sur l’abus de faiblesse, depuis l’entrée en vigueur de la loi en février 2012. Car il s’agit bien, selon nous, d’un abus de la faiblesse socio-professionnelle des parents de la part de l’ONE, qui recourt ainsi à un moyen de pression tout à fait déloyal et malhonnête (un chantage inadmissible en fait).

 

Il est ESSENTIEL de comprendre que ce grignotage des libertés fondamentales n’est que le début du rabotage des droits parentaux en la matière puisque d’autres pays du monde comme l’Irlande ou la Nouvelle-Zélande nous donnent déjà un aperçu de ce qui nous attend pour maintenir artificiellement hauts les taux de couverture vaccinale lorsque le public aura boudé les vaccins au-delà de ce que le chantage des crèches aura permis de « colmater »: conditionner par exemple le paiement des allocations familiales à l’administration d’une liste arbitrairement longue de vaccins donnés ou même vacciner les enfants à l’insu des parents ou en dépit de leur consentement ! Et cela aussi bien sûr constitue un abus de faiblesse.

 

A la lecture des commentaires sur divers forums, on devine que beaucoup de citoyens s’expriment sans jamais avoir lu de façon approfondie sur le sujet, en réagissant de façon épidermique et selon leurs croyances. Ils craignent que les enfants non vaccinés infectent leur progéniture. C’est important qu’ils se rendent cependant compte que :

 

- Même vaccinés, des enfants peuvent encore contracter et être vecteurs de maladies.

 

- Les enfants non vaccinés ont la plupart du temps un système immunitaire beaucoup plus sain et robuste alors que les enfants polyvaccinés sont beaucoup plus sensibles aux infections en tous genres.

 

- Si les vaccins sont si efficaces qu’on leur a toujours prétendu, ils ne devraient absolument pas craindre le moindre enfant non vacciné.

 

- Etant donné que les effets secondaires des vaccins (et ceci est officiellement admis !) sont très largement sous-estimés, que leur sécurité n’a jamais été évaluée de façon scientifique depuis + de 200 ans (faux placebos, comparaisons biaisées, absence d’analyse pharmacocinétique,..), que la plupart des soignants sont même incapables de reconnaître des effets secondaires, la vaccination demeure une loterie qui se répète à chaque dose de vaccin et ce potentiellement pour chaque enfant.

 

- Tout parent peut ainsi potentiellement se retrouver avec un enfant handicapé ou un décès suite aux « bons vaccins » exigés par l’ONE alors que dans le même temps, ni l’ONE ni la moindre autorité officielle ici en Belgique n’a prévu le moindre système d’indemnisation !

 

- Les effets secondaires des vaccins peuvent être très graves et parfois très coûteux pour les parents et la famille : dans le cas où un enfant se retrouve par exemple autiste ou paralysé à vie après une vaccination, les frais seront très élevés et l’avenir de l’enfant à jamais compromis.

 

- En cas d’effets secondaires graves, les parents peuvent parfois éprouver des difficultés financières et socio-professionnelles en raison de  revenus insuffisants ou d’un manque de temps pour s’occuper d’enfants ayant perdu toute autonomie et pour lesquels des milliers d’euros mensuels sont parfois nécessaires (comme pour les enfants autistes).

 

- Initiative Citoyenne a posé une liste de questions très précises dans un courrier recommandé à l’ONE, début décembre dernier. Un courrier auquel l’ONE n’a jamais daigné répondre en prétextant qu’une action en justice était en cours. Si l’ONE n’est même pas capable de répondre à ces questions élémentaires en évoquant toutes sortes de prétextes, c’est que ses obligations vaccinales ne sont tout simplement pas légitimes et qu’on peut douter de la priorité qu’elle accorde à la véritable sécurité des enfants. Surtout que l’ONE affirme par exemple dans son Guide de Médecine préventive (version 2011) que les vaccins sont très sûrs et qu’il n’y a pas de preuves que l’aluminium des vaccins pose le moindre problème pour la santé des enfants. Un discours assez absurde et déconnecté de la réalité puisque le Groupe d’études parlementaire de l’Assemblée Nationale sur la vaccination vient lui, de recommander un moratoire sur tous les vaccins à base d’aluminium et qu’un site officiel canadien explique les différentes indemnisations prévues en cas d’effets secondaires vaccinaux (avec des vaccins de même composition qu’en Belgique) dont notamment les « indemnités de décès, y compris les … frais funéraires ! »

 

Tout ceci démontre donc que les citoyens qui réagissent parfois à fleur de peau, devraient se montrer un peu plus humbles et surtout plus curieux et plus exigeants par rapport aux informations simplistes dont les officiels les gavent. Des officiels qui, faut-il le rappeler, ont tout de même été sévèrement désapprouvés pour « publicité trompeuse » par le Jury d’Ethique Publicitaire en novembre dernier, justement parce que leur publicité sur « les Vaccins à tout âge » taisait notamment complètement les risques graves possibles des vaccins, ce qui est « de nature à induire le consommateur en erreur » selon le J.E.P et contraire aux exigences de loyauté et de véracité !!

 

Il est bien évident que pour maintenir leur politique sacrificielle (qui induit donc forcément dans les faits un certain nombre d’enfants amochés à vie parce que piqués aveuglément et sur base d’une idéologie intransigeante), ne surtout pas avoir à se remettre en question et éviter un flot de poursuites de la part de familles dont les enfants ont été détruits à vie par les vaccins, les autorités comptent sur la discorde publique et les disputes entre parents sur le sujet…. DIVISER POUR MIEUX REGNER dit-on ! Initiative Citoyenne appelle tous les parents à éviter ce piège stérile parce qu’il y a tout simplement moyen de trouver des solutions à tous selon les différents choix des parents. En effet, la solution parfaite est si simple : permettre un système de crèches alternatives sans toutes ces exigences vaccinales, avec commun accord  des parents dès l’entrée sur ces règles-là et ceci de façon à répondre à une véritable demande. Vu la controverse médicale et scientifique vieille de plus de 200 ans sur le sujet, il n’est tout simplement démocratiquement plus tenable de maintenir non seulement une telle obligation mais en plus un monopole qui empêcherait la mise sur pied d’alternatives qui n’embêteraient personne ni ne s’imposeraient à quiconque !

 

La liberté de tous, dans le respect de l’intégrité de chacun. Un objectif possible et souhaitable en somme.

 

Une analyse également publiée dans Votre Santé de Mai 2012.

 

 

 
Voir aussi la suite de l'affaire bruxelloise (du petit Raoul Labrique): ICI
 
[articles DH, Le Soir, avec Belga du 14/04/2012]

Partager cet article

Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 09:00

Un enfant exclu de la crèche parce qu'il n'est pas vacciné

 

Un couple de jeunes parents de Gesves dans le Namurois viennent de voir leur fille exclue de la crèche qu'elle fréquentait. Motif : elle n'est pas vaccinée. Il s'agit en fait d'un choix délibéré des parents. Mais pour l'ONE, les règles sont les règles. Les parents ne sont pas d'accord et ont décidé de porter l'affaire en justice.

 

Pour pouvoir fréquenter une crèche, les enfants doivent obligatoirement présenter un carnet de vaccination en ordre. C'est la règle à l'ONE, précise Marie Christine Mauroy, directrice médicale : "Cette obligation est bien stipulée dans le contrat que signent les parents lorsque l’enfant est inscrit dans le milieu d’accueil et donc, à partir du moment où le contrat n’est pas rempli, le milieu d’accueil prend les dispositions qui s’imposent. Pour des parents qui sont opposés aux vaccinations, c’est effectivement un problème".

 

Ce problème, des parents du Namurois viennent de le rencontrer. Depuis le début du mois, leur fille d'un an ne peut plus se présenter à la crèche. "Mon enfant n’a reçu aucun vaccin et il n’en recevra pas". Pas de vaccins cela signifie donc plus de crèche. Difficile à gérer sur le plan pratique et inacceptable point de vue éthique, les parents ont déposé plainte. "Le vaccin ne peut jamais être imposé de quelque manière que ce soit. La liberté est la règle et c’est à tout un chacun de décider s’il accepte ou s’il refuse tel ou tel traitement", argumente leur avocat, Philippe Vanlangendonck.

 

Les plaignants préféreraient que l'ONE s'en tienne à des recommandations et non plus à des obligations en matière de vaccination. La justice devra trancher.

 

Colette Jaspers avec Sébastien Remacle

 

Source: RTBF Info 

 

Ecouter aussi l'extrait du JT audio de Vivacité du 4 avril 2012 à ce sujet: ICI

Partager cet article

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 15:01

Un travailleur (TMS) de l'ONE nous a communiqué le récent courrier de l'Office du 26 mars dernier, à tous les travailleurs et aux milieux d'accueil.

 

Celui-ci témoigne d'une vague de panique sans précédent à l'Office, au sujet des vaccins, et commence par ces mots qui nous arracheraient presque quelques larmes si nous n'avions pas la ludicité qu'impose la connaissance de certaines autres informations en la matière:

 

"Des affirmations, non étayées scientifiquement, mais relayées par certains médias, tendent à remettre en cause le bienfondé des recommandations vaccinales et contribuent à jeter le trouble chez les parents et les profesionnels de première ligne."

 

Remarquons tout d'abord le flou volontaire de l'Office au sujet des médias auxquels il fait allusion... serait-ce par manque de courage? S'agit-il du récent documentaire accablant de France 5 sur l'aluminium vaccinal? Ou d'un autre récent reportage de France 3 sur la demande du groupe parlementaire français d'un moratoire sur les vaccins à base d'aluminium? A moins qu'il ne s'agisse du récent article de Bio Info de Mars 2012 sur le silence assourdissant des médias en matière de vaccinations? Ou bien de notre récent droit de réponse à la Lettre du Médecin qui a pu faire réfléchir plus d'un praticien de première ligne?

 

Dans tous les cas, on remarquera les phrases très générales de l'Office qui ose se présenter en gardien de la scientificité des informations diffusées sur les vaccins mais qui masque toutefois assez mal qu'il est particulièrement sur la défensive.

 

Et ce n'est pas ses références à des instances chaque fois liées de près ou de loin aux industriels des vaccins, qui l'aideront à crédibiliser son discours:

 

- Provac ( dont la responsable, Mme Swennen, est en situation de conflits d'intérêts avérés)

- le Conseil Supérieur de la Santé (dont plusieurs membres sont notoirement en conflits d'intérêts, bien que cette instance les accepte pour la rédaction de ses avis officiels)

- l'Agence européenne du Médicament (EMEA), financée majoritairement par les firmes

- l'OMS (dont la collusion avec les pharmas a littéralement explosé à la tête des citoyens, à l'occasion du scandale du H1N1)

 

L'Office prétend aussi "participer au recueil d'information" sur les effets secondaires de vaccins mais le reportage diffusé le 20 février dernier sur RTL, dans lequel une travailleuse de l'Office témoignait du tabou des effets secondaires de vaccins au sein de cette institution, plaide là en faveur d'une nouvelle incohérence: comment les travailleurs de l'Office, visiblement désinformés en la matière pourraient-ils participer à ce genre de recueil alors qu'ils sont précisément entraînés, de par leur fameux Guide de Médecine préventive notamment, à ne surtout jamais faire le lien entre le moindre effet secondaire grave et les vaccins et à croire aveuglément que "les vaccins sont très sûrs" et font l'objet de l'attention de tous les comités ad hoc?  Il apparaît aussi des témoignages que nous avons reçus, dont celui assez accablant il faut bien le dire, des parents de la petite Stacy décédée dans la région de Charleroi, que l'ONE minimise véritablement les effets secondaires graves des vaccins de sorte qu'il semble vraiment peu crédible qu'ils soient dans ce cas réellement rapportés à la pharmacovigilance. Ainsi, lorsque les parents ont expliqué aux travailleurs TMS de l'ONE s'étant rendus chez eux pour qu'ils continuent à faire vacciner la petite jumelle survivante, que la petite Lesly souffrait de crises d'apnée depuis ses 3 premiers vaccins, les travailleurs ne s'en sont guère émus, insistant dans le harcèlement qui était le leur, pour que Lesly continue à recevoir les futures doses de vaccins qui auraient bel et bien pu finir par l'emporter elle aussi.

 

Enfin, comment ne pas souligner aussi l'hypocrisie sans nom de l'ONE lorsqu'ils concluent: "Les Conseillers médicaux pédiatres et la Direction médicale restent comme d'habitude disponibles pour répondre à toute autre question dont vous ne trouveriez pas réponse dans des documents repris ci-dessus." alors que cette même Direction médicale n'a jamais daigné répondre concrètement aux questions précises que nous lui avions envoyées par recommandé et qui, est-il besoin de le spécifier, ne trouvent évidemment pas réponse dans leurs documents simplistes destinés au grand public ainsi qu'à leur personnel médical. Des questions concrètes dont le contenu aurait pourtant pu être posé à l'Office par n'importe quel parent ou travailleur un peu curieux, tout à fait indépendamment du procès en cours des parents contre l'obligation vaccinale en crèches...

 

Partager cet article

Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 11:52
Voir ce pdf sur les résultats de l'étude KIGGS de l'Institut Robert Koch: ICI
 
 

Partager cet article

Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 23:31
 
 
Voici une nouvelle émission sur la vaccination qui, à elle seule, dans un état dit "de droit" devrait amplement suffire à abolir définitivement la vaccination obligatoire, pour l'entrée en crèches notamment, une obligation actuellement contestée en justice.
 
Mais bien entendu, les officiels continuent envers et contre tout de prétendre qu'il n'y a en rien lieu de modifier quoi que ce soit et qu'il faut laisser "les experts" travailler, tordant ainsi le cou au plus élémentaire principe de précaution.
 
Or que peut-on dire de ces "experts" et des officiels s'exprimant dans ce reportage à part qu'ils sont sur la défensive et apparaissent extrêmement peu convaincants?
 
- Le Dr Mauroy qui croit convaincre en disant une vérité destinée à mieux dissimuler leur politique générale puisqu'elle affirme que ce n'est pas parce qu'un effet apparaît après la vaccination qu'il est forcément causé par celle-ci, oubliant toutefois de rappeler que la politique générale et routinière de l'ONE comme des autorités consiste hélas à nier et écarter systématiquement l'origine vaccinale d'évènements graves. A ce propos, le refus d'autopsie opposé aux parents est d'ailleurs assez significatif de ce climat malsain de tabou.
 
- Le Pr Van Laethem, qui s'exprime d'une façon très générale au nom du Conseil Supérieur de la Santé,en affirmant que tout médicament doit faire l'objet d'une évaluation du rapport bénéfices/risques et que c'est le rôle de cette instance de l'évaluer mais omettant hélas d'évoquer ses propres conflits d'intérêts comme tous ceux qui entâchent fortement l'image du CSS et influent inévitablement sur la qualité de ses évaluations!
 
- Mme Laanan qui laisse penser par son discours que les critiques sur la sécurité des vaccins ne seraient pas le fait de professionnels alors qu'un nombre croissant de médecins et de chercheurs de très grande qualité tirent de toutes parts la sonnette d'alarme au sujet de cette course aux vaccins, appelant au bon sens et à la modération.
 
Ces attitudes témoignent plus que jamais d'une idéologie dont les tenants resteront inévitablement sourds et aveugles aux pires dénonciations d'effets secondaires graves, espérant simplement repousser à plus tard l'effondrement inéluctable d'un système basé sur l'intimidation, la peur et la crédulité (comme en témoigne d'ailleurs le recours à l'anonymat pour plusieurs personnes interrogées).
 
Achevons ici en rappelant deux petites choses concernant cette émission:
 
- la première c'est que l'année de naissance des petites est 2011 (et pas 2010 comme dit par erreur dans cette émission)
 
- la seconde est le caractère particulièrement douteux du renvoi des citoyens vers Test-Achats en matière de report d'effets secondaires des vaccins, comme dit dans l'édition télé de ce reportage. Car il faut le rappeler, Test-Achats n'a pas du tout la neutralité suffisante pour se mêler de ces dossiers puisque cette même organisation a publié un dossier totalement partial et si peu rigoureux sur la vaccination, y écrivant notamment « Les effets secondaires des vaccins ne pèsent en tout cas rien au regard des bienfaits apportés par la protection contre les maladies ». Par conséquent, on aperçoit assez mal comment cette association -qui n'a d'ailleurs même pas daigné nous répondre quand nous l'avons interpellée sur de tels propos- pourrait jouer un quelconque rôle utile dans ce genre de dossiers.
 
Doit-on s'attendre à plus d'impartialité de la part de l'Agence fédérale du Médicament à laquelle Test Achats référerait les cas d'effets secondaires? Vraisemblablement pas, à en juger par l'attribution systématique et idéologique des décès post-vaccin H1N à d'autres causes que la sacrosainte vaccination. C'était l'argument invoqué pour les 6 décès belges survenus après vaccination H1N1 mais c'était aussi le cas pour les 7 décès sur 2000 patients dans les essais cliniques du Pandemrix.
 
Nous ne déconseillons donc pas aux gens de leur rapporter malgré tout les effets secondaires mais nous leur disons qu'ils ne doivent pas en attendre grand chose et qu'il est certainement préférable d'aussi signaler leur cas à des associations citoyennes indépendantes, à même d'analyser, avec un réseau de médecins et professionnels, leur situation de façon plus objective et de manière également à pouvoir exercer un contrôle citoyen sur les procédés opaques de filtration et d'interprétation de ces agences, d'ailleurs souvent financées par des redevances provenant de l'industrie pharmaceutique (comme c'est notamment le cas en France et au niveau européen).
 
 
 

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 22:55

L'ONE dit-elle toute la vérité, rien que la vérité au sujet des vaccins et de leur "sécurité"?

 

Rien n'est moins sûr. C'est en tout cas ce qui se dégage très clairement de la confrontation entre le contenu de son "Guide de Médecine préventive" (= LA Bible de tous les travailleurs et médecins de l'ONE) et divers autres documents émanant de médecins, de scientifiques et même ... des fabricants de vaccins!

 

Ainsi, si l'ONE fait tout de même quelques aveux particulièrement accablants vis-à-vis de sa propre politique, elle omet et déforme beaucoup d'autres informations, ce qui est évidemment particulièrement grave pour une institution qui se charge de la vaccination de près de la moitié des jeunes enfants en Belgique francophone.

 

En matière d'aveux, voici par exemple ce que l'ONE écrit dans son propre Guide de Médecine Préventive, dernière version (2011), page 225:

 

"[...] Le recours aux vaccins combinés permet également d'envisager plus facilement l'introduction de nouvelles vaccinations, comme par exemple la vaccination antipneumococcique, dans le calendrier vaccinal du nourrisson sans augmenter le nombre d'injections à réaliser chez l'enfant au cours d'une même consultation.

 

L'utilisation de vaccins combinés favorise généralement une meilleure adhésion au programme vaccinal. Cette utilisation conduit parfois à l'administration d'une dose supplémentaire pour l'un ou plusieurs composants du vaccin combiné (par exemple HBV1= hépatite B, une dose supplémentaire ndlr). Cela n'est pas préjudiciable pour l'enfant."

 

"Les effets indésirables attendus sont généralement semblables à ceux décrits pour les vaccins séparés. Toute nouvelle combinaison vaccinale fait l'objet d'études cliniques rigoureuses avant son enregistrement et sa mise à disposition sur le marché."

 

Or, qu'en est-il exactement? S'il est vrai que le recours aux vaccins combinés constitue une ficelle commerciale indispensable pour arriver à étendre constamment le marché des vaccinations sans qu'une majorité du public finisse par se questionner sur le bon sens d'une multiplication perpétuelle de nouveaux vaccins, les affirmations gratuites sur la bonne tolérance de ces vaccins n'ont absolument aucun fondement.

 

Non seulement parce que les vaccins combinés, comme par exemple le vaccin hexavalent, ont été associés à des cas d'oedèmes cérébraux mortels du nourrisson mais aussi parce que les effets secondaires des vaccins sont constamment sous-estimés et que selon diverses enquêtes, la majorité des médecins ne sont même pas capables de les déceler sans parler des essais cliniques biaisés où les vaccinés sont comparés de façon vraiment peu rigoureuse à de faux groupes contrôles ayant reçu de faux placebos!

 

En outre, les vaccins combinés entraînent plus d'effets secondaires que les vaccins séparés. Voici à ce sujet ce qu'écrit le Dr Norbert Enders dans son livre "Homéopathie de l'enfant" aux Editions Marco Pietteur (disponible dans plusieurs pharmacies du pays):

 

"Les vaccins combinés provoquent des dérèglements "en pagaille". Afin de mieux pouvoir juger de l'effet et de la tolérance, il convient de ne recourir qu'à des mono vaccins, c'est à dire des vaccins avec une seule substance de vaccination. De plus, le système immunitaire n'y réagira pas aussi fort qu'à des vaccins combinés."

 

Cet avis semble plus que confirmé par les résultats de l'étude Pourcyrous, publiée en 2007 dans Pediatrics*, et qui retrouve plus souvent l'élévation de marqueurs inflammatoires (comme la protéine C réactive) chez les prématurés vaccinés avec des vaccins combinés par rapport à d'autres vaccinés avec des mono vaccins. De même, le taux d'hémorragies cérébrales est sensiblement différent entre le groupe vacciné avec des vaccins combinés (24%) et celui recevant des monovaccins (17%), tout ceci tendant donc à démontrer le caractère plus risqué et réactogène des vaccins combinés. D'ailleurs, citons donc un extrait extrêmement éclairant de cette étude scientifique pour que chacun comprenne bien l'irresponsabilité des affirmations de l'ONE: "Comparativement aux enfants qui ont reçu un mono vaccin,  les enfants vaccinés avec des vaccins combinés, présentaient 4 fois plus souvent des évènements cardio-respiratoires associés à la vaccination et ont 16 fois plus de risque de présenter des valeurs anormales de protéine C réactive."

 

Additionnellement à cela, quand on sait que le neuropédiatre français, Pr Marc Tardieu, qui a été interdit de conférence de presse (Libération du 14 oct. 2008) après avoir osé mettre en évidence un sur-risque de sclérose en plaques pendant 3 ans chez l'enfant vacciné avec la valence anti-hépatite B de GSK (Engerix B, valence inclue dans le vaccin Infanrix hexa), on comprend que contrairement au discours péremptoire de l'ONE, tout rappel inutile est bel et bien associé à ce sur-risque et l'entretient. C'est de la logique élémentaire!

  

Mais continuons à présent à éplucher un peu ce Guide pour mieux juger de la fiabilité des avis de l'ONE en matière de vaccination. Que lit-on encore? Y a-t-il d'autres perles?

 

A la rubrique "Indications et contre-indications aux vaccins", on peut notamment lire:

 

"Chaque vaccination constitue un acte médical préventif au cours duquel une dose standard d'un vaccin est administrée à un individu en bonne santé de manière préétablie et à un moment défini.

 

Il est impossible de préciser le degré de bonne santé que doit avoir un enfant candidat à une vaccination. Pour délimiter les contre-indications, il est plutôt proposé de définir l'état de mauvaise santé dans lequel une personne doit se trouver pour que la vaccination soit évitée ou reportée. [...] Il est indispensable de connaître la composition et les éventuels effets indésirables des vaccins. La lecture des notices pharmaceutiques fournies est nécessaire."

 

L'ONE détaille ensuite ce qu'elle considère comme des "contre-indications temporaires" et des "fausses contre-indications", ne laissant donc aucune place aux contre-indications définitives, si ce n'est "une hypersensibilité sévère connue à un des composants ainsi qu'une réaction majeure observée précédemment avec le même vaccin." sans toutefois préciser ce qu'il faut considérer comme "une réaction majeure".

 

A la rubrique des "fausses contre-indications", décidément très fournie, on trouve par exemple:

"une infection des voies aériennes supérieures ou une diarrhée peu importante.",

"l'allergie, l'asthme, l'eczéma ou une autre maladie atopique.",

"les affections chroniques stabilisées du coeur, des poumons, du foie et des reins, le diabète...",

"Des antécédents familiaux de convulsions ou une affection neurologique.",

"l'ictère néonatal";

"les nouveaux-nés prématurés ou dysmatures seront vaccinés en âge réel, et non en âge corrigé."

 

Maintenant, voyons ce que le Dr Norbert Enders écrit à la rubrique "Quand NE PAS vacciner?" dans son livre précédemment cité:

 

"Jetons un oeil sur "la liste rouge" des médecins où est repris tout ce qu'il faut savoir sur les vaccins actuels. En résumé, voici ce qu'on y lit à propos des contre-indications."

 

Et dans cette énumération des VRAIES contre-indications à la vaccination, que trouve-t-on notamment?

 

"En cas de maladies neurologiques, par exemple lésions cérébrales, attaques d'épilepsie et en cas de tendance aux convulsions."

 

Mais pour l'ONE, il faut vacciner TOUS les enfants.

Les certificats de contre-indication de médecins traitants sont contestés alors qu'ils sont pourtant les mieux placés pour juger de l'état de leurs patients. Des contre-indications de bon sens sont ostensiblement baffouées. Ainsi des enfants prématurés qui auraient une jaunisse peuvent se faire vacciner au même âge que des enfants nés à terme et en bonne santé et ce alors que l'étude Pourcyrous publiée en 2007 dans le journal médical Pediatrics* mentionne un risque d'apnée et de troubles cardio-respiratoires de l'ordre de 16% chez les prématurés fraîchement vaccinés!

  

Même les enfants diabétiques doivent être vaccinés sans état d'âme! Or, le lien entre vaccination et diabète ne peut plus être nié: sans être la seule cause possible, les vaccins sont bel et bien une des grandes causes de diabète de type 1. Dans une lettre au British Medical Journal, le scientifique John Bartelow Classen écrivait notamment  « Le diabète provoqué par le vaccin ne devrait donc pas être considéré comme un effet secondaire rare. De nombreuses autres maladies (immunologiques) chroniques comme l’asthme, les allergies, les cancers  (Immune mediated) n’ont cessé d’augmenter rapidement. Elles peuvent aussi être mises en relation avec la vaccination. »

  

Sur un site consacré au diabète, voici ce qu'on peut notamment lite d'alarmant:

  

Cette témérité ne frise-t-elle pas la criminalité dès lors qu'une information disponible et suffisamment consistante devrait légitimement inciter à la plus élémentaire prudence? Qui fait les frais d'une telle témérité si ce n'est les enfants, incapables de donner leur avis mais à qui on promet pourtant, ironie du sort, de donner "un bon départ dans la vie"....

 

"On observe depuis plusieurs années une tendance à l’abaissement de l’âge de début du diabète chez les enfants. Selon une étude Européenne « Eurodiab » de 1989 à 2003 réalisée dans 17 états européens, on remarque l’augmentation du diabète type1 surtout chez les enfants moins de 5 ans. On parle à juste titre d’épidémie de diabète de type 1 chez l’enfant. "

 

«Ces résultats confirment l’impression de tous les pédiatres diabétologues depuis plusieurs années, témoigne le Pr. Lucienne Chatenoud, du Service d’Immunologie Biologique de l’Hôpital Necker à Paris. «L’hypothèse la plus avancée est l’hypothèse hygiéniste, indique Lucienne Chatenoud. Dans tous les pays industrialisés, on observe une diminution des infections endémiques chez les jeunes enfants, liée aux programmes de vaccination et à l’utilisation des antibiotiques ; or cette diminution est corrélée à une augmentation de la fréquence des maladies auto-immunes ou dysimmunitaires : diabète de type 1, sclérose en plaques, maladies inflammatoires de l’intestin, mais aussi les allergies. »

 

Attardons-nous maintenant aux omissions ou aux mensonges flagrants.

 

A la rubrique intitulée "Sécurité des vaccins", les médecins de l'ONE écrivent:

 

"Les vaccins présentent les garanties de sécurité les plus élevées de la médecine moderne et font l'objet d'une surveillance constante. S'il n'existait pas de vaccins, le nombre d'enfants malades et le nombre de complications graves des maladies seraient beaucoup plus importants. C'est parce que la balance entre les risques et les bénéfices penche nettement en faveur des bénéfices que la protection vaccinale est recommandée à tous."

 

Voici à présent la façon dont l'Agence française du Médicament représentait encore en 2007 la sous-notification des effets secondaires des vaccins (y compris les effets graves), preuve que l'affirmation de l'ONE selon laquelle les bénéfices dépasseraient largement les risques, ne repose que sur du vent:

  

AFSSAPS-sous-notification.JPG

 

Dans une enquête de l'ONE et Provac de 2009 portant sur la couverture vaccinale des enfants de 18 à 24 mois en Communauté Française, il est tout de même écrit que "5% des enfants ont dû consulter un médecin pour effets indésirables endéans les 48h après une vaccination. Vu la simultanéité des vaccins, il est impossible de dire quels sont les vaccins incriminés."  (cfr p.43/54) !

  

Un enfant vacciné sur 20 obligé de consulter un médecin après s'être fait vacciner? C'est la preuve que les réactions de l'organisme à la vaccination ne sont pas si anodines que ce que l'ONE affirme et que le calendrier vaccinal, de plus en plus chargé, entraîne aussi de plus en plus d'accidents et de risques graves que de moins en moins de parents sont d'accord de faire courrir à leurs enfants.

  

Mais l'ONE tente aussi de légitimer sa politique de vaccination généralisée à TOUS les enfants puisqu'elle écrit: "C'est parce que la balance entre les risques et les bénéfices penche nettement en faveur des bénéfices que la protection vaccinale est recommandée à tous."

  

Or, le Dr Healy, ancienne directrice d'un institut officiel de santé américain a pourtant clairement expliqué sur une télé américaine que certains enfants sont forcément sacrifiés par une politique de vaccination aveugle puisqu'il existe des enfants encore plus vulnérables que les autres aux risques des vaccins. Quid si votre enfant fait partie de ces enfants qu'on va sacrifier au nom de "la protection collective" mais qui ne pourra cependant pas compter sur la moindre solidarité en cas d'accident  post-vaccinal grave?

  

Si ces vaccins sont si sûrs, voyons à présent ce que disent les notices qui sont indispensables à lire selon l'ONE  lorsqu'elle s'adresse à ses travailleurs mais qu'elle ne fait cependant jamais lire aux parents à qui elle  jette en miettes des étiquettes simplistes qui n'évoquent que fièvre, douleur et rougeur au point d'injection.

  

Extrait de la notice professionnelle de l'Infanrix Hexa (issue du Compendium suisse des Médicaments):

 

Effets indésirables

Etudes cliniques

Le profil d’effets secondaires suivant provient des données de plus de 16’000 enfants.

Comme cela a été observé avec d’autres vaccins DTPa et des combinaisons de vaccins contenant DTPa, une augmentation de la réactogénicité locale et des cas de fièvre a été rapportée après la vaccination de rappel par Infanrix hexa par rapport à la primovaccination. Au cours d’études cliniques, un gonflement oedémateux ayant entraîné occasionnellement une augmentation du volume de l’extrémité dans laquelle le vaccin avait été injecté a été observé avec une fréquence de 2,3% après l’administration d’une dose de rappel d’Infanrix hexa. Toutes ces réactions ont disparu sans séquelles.

Etudes cliniques sur la co-administration

Au cours des études cliniques dans lesquelles des sujets vaccinés ont reçu Infanrix hexa en même temps que Prevenar® comme dose de rappel (4ème dose), une fièvre ≥38,0 °C a été rapportée chez 43,4% des enfants ayant reçu les deux vaccins simultanément. Dans le groupe vacciné par Infanrix hexa seul, une telle fièvre a été rapportée dans 30,5% des vaccinations. Une fièvre >39,5 °C a été observée chez 2,6% des enfants vaccinés à la fois par Prevenar et Infanrix hexa et chez 1,5% des enfants ayant reçu Infanrix hexa seul.

L’incidence de fièvre suite à la co-administration de ces deux vaccins était plus faible suite à la primovaccination que suite à la vaccination de rappel.

Liste récapitulative des effets indésirables des études cliniques

Les fréquences par dose sont définies comme suit:

Très fréquent: (≥1/10), fréquent: (≥1/100, <1/10), occasionnel: (≥1/1’000, <1/100), rare: (≥1/10’000, <1/1’000), très rare: (<1/10’000).

Infections et infestations

Occasionnels: infections des voies respiratoires supérieures.

Troubles du système immunitaire

Fréquents: infections virales, candidoses, otite moyenne.

Occasionnels: infections.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très fréquents: perte d’appétit (17,8%).

Troubles psychiatriques

Très fréquents: fatigue/abattement (29,7%), irritabilité (37,4%), pleurs inhabituels (12,3%), agitation (19,7% après la primovaccination, 19,0% après la vaccination de rappel).

Fréquents: irritabilité.

Occasionnels: insomnie.

Troubles du système nerveux

Occasionnels: somnolence.

Très rares: crises convulsives (avec ou sans fièvre); troubles de la conscience ou perte de conscience; collapsus ou pseudo-état de choc (épisode d’hypotonie-hyporéactivité).

Troubles oculaires

Fréquents: conjonctivite.

Organes respiratoires

Fréquents: infections des voies respiratoires supérieures, bronchite, toux*, rhume, pharyngite.

Occasionnels: bronchospasme, laryngite, stridor.

Très rares: respiration irrégulière, apnée.

Troubles gastro-intestinaux

Fréquents: diarrhée, entérite, gastroentérite, vomissements.

Occasionnels: douleurs abdominales, constipation.

Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés

Fréquents: éruption cutanée, dermatite, prurit.

Occasionnels: eczéma.

Très rares: urticaire.

Troubles généraux et accidents liés au site d’administration

Corps entier

Très fréquents: fièvre ≥38 °C (23,5%), pleurs inhabituels (12,3%), agitation (19,5%).

Fréquents: fièvre >39,5 °C.

Très rares: réactions allergiques (incluant éruption cutanée et prurit), réactions anaphylactiques (incluant urticaire).

Au site d’injection

Très fréquents: douleurs (25,9%), rougeur (35,2%), gonflement (25,9%), gonflement local au site d’injection (≤50 mm) (après la primovaccination: 23,8%, grade 3 [>20 mm] 3,1%; après la vaccination de rappel: 34,1%, grade 3: 7,8%).

Fréquents: gonflement local au site d’injection (>50 mm)**, induration au site d’injection.

Occasionnels: gonflement diffus du membre dans lequel a été effectuée l’injection, en partie avec implication du membre voisin.

Très rares: gonflement de tout le membre autour du point d’injection.

Surveillance post-marketing

Troubles de la circulation sanguine et lymphatique:

Gonflement des ganglions lymphatiques, thrombocytopénie.

Troubles du système immunitaire

Réactions allergiques (incluant éruption cutanée et prurit), réactions anaphylactiques, réactions anaphylactoïdes (incluant urticaire et angio-oedème*).

Troubles du système nerveux

Crises convulsives (avec ou sans fièvre); troubles de la conscience ou perte de conscience; collapsus ou pseudo-état de choc (épisode d’hypotonie-hyporéactivité).

Organes respiratoires

Respiration irrégulière, apnée (pour les grands prématurés, voir «Mises en garde et précautions»).

Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés

Oedème angionévropathique*.

Au site d’injection

** Induration au site d’injection, gonflement de tout le membre autour du site d’injection. Chez les enfants primovaccinés avec un vaccin anticoquelucheux acellulaire, le risque de survenue d’une réaction avec un gonflement après l’administration d’une dose de rappel est plus important que chez les enfants ayant été primovaccinés avec un vaccin anticoquelucheux à germes entiers. Ces réactions ont habituellement disparu en l’espace de 4 jours.

* Observé avec d’autres vaccins DTPa de Glaxo­SmithKline.

** Voir sous Surveillance post-marketing, dernier paragraphe.

Expériences avec le vaccin contre l’hépatite B

Près de 100 millions de doses d’Engerix-B® (10 µg) ont été vendues pour des enfants de moins de 2 ans. Dans des cas extrêmement rares, une paralysie, une neuropathie, un syndrome de Guillain-Barré, une encéphalopathie, une encéphalite et une méningite ont été signalés. Aucun rapport causal avec la vaccination n’a pu être établi. Une thrombocytopénie a très rarement été rapportée après l’administration de vaccins contre l’hépatite B.

 

L'ONE qui préconise à son personnel de lire les notices professionnelles ne craint cependant pas le ridicule puisqu'elle affirme, à la rubrique consacrée à la "Vaccination contre l'hépatite B" qu'"aucune relation causale n'a été mise en évidence avec la sclérose en plaques." alors que même la notice du vaccin anti-hépatite B de GSK mentionne explicitement la sclérose en plaques au rang des effets secondaires du vaccin!!

  

Mais voyons à présent ce que l'ONE dit au sujet des adjuvants vaccinaux.

On peut notamment lire à ladite rubrique que "Les sels d'aluminium (aluns) sont largement utilisés comme adjuvants et sont généralement considérés comme sans danger." ou encore: "Le Comité consultatif mondial de la Sécurité vaccinale (GACVS) a étudié à de nombreuses reprises la question générale de l'innocuité des adjuvants. Rien n'indique à l'heure actuelle que les vaccins contenant de l'aluminium ou du squalène (huile naturelle), substances ajoutées à certains vaccins pour en renforcer l'efficacité, présentent un risque pour la santé ou qu'un changement des pratiques vaccinales actuelles soit justifié."

  

Cela serait presque risible si la santé de milliers d'enfants n'était pas en jeu.

Car la publication d'études sur la toxicité de l'aluminium ne s'arrête pas au bon vouloir de l'ONE. Ainsi, le 10 janvier dernier, Shaw & Tomljenovic publiaient une analyse des mécanismes toxicologiques de l'aluminium vaccinal en pédiatrie, se basant sur près de 90 autres publications scientifiques qu'ils ont épluchées et passées en revue. Ces auteurs indépendants écrivent notamment:

  

"L’utilisation  en pédiatrie d’une substance neurotoxique comme l’aluminium comme stimulant immunitaire présente aussi d’autres problèmes. Tout d’abord, au cours du développement prénatal et postnatal le développement du cerveau est extrêmement vulnérable aux agressions neurotoxiques. Ces périodes de développement rapide du cerveau sont non seulement extrêmement délicates mais aussi, la barrière hémato-encéphalique n’est pas complètement formée et est donc davantage perméable aux substances toxiques."

 

ou encore: Les vaccinations multiples peuvent précipiter une régression du développement, pour le moins chez les sujets sensibles. (36) Finalement les vaccinations de routine des enfants ont été associées à toute une série de problèmes auto immuns, comprenant la myélite transverse (37), le diabète insulino-dépendant (IDDM) (38), la sclérose en plaques (MS) (39) et l’encéphalite NMDA (anti-N-methyl-D-aspartate receptor encephalitis).

  

Mais surtout les auteurs répondent directement aux affirmations gratuites de l'ONE:

  

"Il est surprenant de constater qu’en dépit d’une utilisation de plus de 80 années, la sécurité de l’aluminium continue  d’avoir pour base des suppositions plutôt que des preuves scientifiques. En dépit d’un consensus largement répandu selon lequel les vaccins sont en grande partie sans danger et leurs effets secondaires extrêmement rares, il convient de se rendre à l’évidence qu’un examen plus approfondi de la littérature scientifique ne confirme nullement ces vues. A titre d’exemple les études cliniques qui auraient pu parfaitement démontrer la sécurité des vaccins n’ont, à ce jour pas encore été réalisées."

  

Dans un autre article, on pouvait lire que le Dr Shaw a en effet déjà trouvé 10 000 études sur la sécurité de l'aluminium vaccinal mais pas une seule ne portait au-delà des premières semaines après la vaccination!  Voilà qui explique déjà beaucoup de choses.

 

La chaîne de télévision France 5 vient tout récemment de diffuser le reportage "Aluminium, notre poison quotidien" (rediffusion dimanche 29 janvier après-midi sur France 5) dans lequel on peut notamment voir une personne n'étant même plus capable de tenir son volant après avoir subi les ravages de l'aluminium vaccinal et souffrant de myofasciite à macrophages.

  

En matière de mort subite du nourrisson, l'ONE écrit notamment:

  

"Les accidents de mort subite sont la résultante de l'accumulation de facteurs pré-nataux, néonataux et post-nataux. La combinaison de ces facteurs "fragilise" le nourrisson, qui est alors plus exposé que d'autres à des circonstances défavorables après la naissance, comme si ses capacités étaient alors dépassées...

  

On peut schématiser les causes de mort subite en trois grands groupes: les trois "grands M": Maturation, Maladies, Milieu.

  

Le terme "Maturation" concerne le développement des mécanismes de contrôle des fonctions vitales du nourrisson, telles que la respiration, l'activité cardiaque, les fonctions neuro-végétatives, les mécanismes d'éveil...

  

Le terme "Maladies", traduit la fragilité du nourrisson vis-à-vis des infections virales et bactériennes, qui peuvent survenir parfois presque sans signes, mais aussi des maladies digestives, neurologiques, métaboliques ou suite à des malformations, notamment des voies aériennes.

  

Le terme "Milieu", regroupe les conditions défavorables dans lesquelles l'enfant est couché, les risques d'étouffement et d'étranglement. Le terme "Milieu" évoque aussi les conditions qui peuvent déstabiliser un enfant fragile ou immature, comme la position de sommeil sur le ventre ou sur le côté, une température trop élevée dans la pièce ou l'excès de vêtements et de couvertures, une atmosphère enfumée, un manque de sommeil ou l'administration de médicaments à effet sédatif."

  

Etrangement, alors que la vaccination constituera pour toute personne un peu informée une condition parfaitement déstabilisante, à fortiori pour des enfants immatures et prématurés comme l'a montré l'étude Pourcyrous parue dans Pediatrics en 2007*, l'ONE parle de tout sauf de la vaccination. Même les médicaments à effet sédatif sont évoqués mais pas d'autres médicaments comme les vaccins bien entendu! Pire, dans les conseils que l'ONE donne pour soi-disant éviter les risques de mort subite, il est notamment conseillé de "Faire examiner régulièrement l'enfant par son médecin traitant et respecter le schéma de vaccination"!

  

Un comble quand on connaît les travaux très consistants d'une scientifique comme Viera Scheibner qui a pu établir un lien indiscutable entre vaccination infantile et mort subite du nourrisson, démontrant notamment grâce à un monitoring rigoureux de la respiration des enfants que chaque vaccin exerce un impact négatif sur la respiration du bébé pendant pas moins de 48 jours! Et ce délai n'est même pas encore achevé que les premiers rappels (chaque fois espacé de 4 semaines) s'enchaînent les uns après les autres!

  

Voici par exemple ce qu'écrit le Dr Scheibner à ce sujet:

  

"Les bébés peuvent avoir des effets adverses dus aux vaccins  à des intervalles critiques suivant l’injection, et la vaccination est la  cause la plus probable de la mort subite du nourrisson et du syndrome du bébé secoué."

  

Dans son livre, "Vaccinations, les vérités indésirables", le biologiste Michel Georget  écrit également à ce sujet:

  

"La relation entre vaccinations et mort subite du nourrisson (M.S.N) a donné lieu également à d'âpres discussions. Bien question, il n'est pas question d'imputer aux vaccinations tous les cas de morts subites mais il est certain qu'elles y participent. Là encore, c'est l'inégale distribution des accidents dans le temps, par rapport au moment de l'injection, qui rend plausible une relation de cause à effet." Et Michel Georget de citer et de commenter plusieurs études sur le sujet. Il écrit également ceci d'intéressant que l'ONE ne racontera bien sûr jamais aux parents: "Autre fait significatif, les premières injections ont été beaucoup plus fréquemment associées à la M.S.N que les suivantes. Enfin, contrairement aux morts subites des non vaccinés survenues avec un maximum à la fin de l'hiver, celles des vaccinés n'ont pas présenté de variations saisonnières.Tous ces faits sont en faveur d'une relation de cause à effet entre la vaccination et la M.S.N."  et de citer un chercheur selon lequel "ces résultats peuvent faire de cette vaccination (diphtérie-tétanos-coqueluche) une cause majeure et méconnue de ces morts subites."

  

Ce contraste saisissant entre les "informations" divulguées par l'ONE et les données brutes de la littérature montre que l'ONE est loin de dire toute la vérité, rien que la vérité aux parents au sujet de la sécurité des vaccins. Contradictions, mensonges, omissions graves, voilà ce qui émaille la communication  de  l'ONE au sujet des vaccins.

 

On peut, au terme de cette analyse détaillée du discours de l'ONE, très clairement parler d'une violation  flagrante des exigences imposées par le loi de 2002 sur les droits du patient avec tout le problème juridique que cela pourrait poser pour les médecins ONE, ainsi incités à fournir des informations faussement rassurantes sur la sécurité des vaccins. Car à la fin de son Guide, l'ONE consacre deux pages sur la responsabilité civile et pénale de ses travailleurs (y compris celle des médecins salariés).  Il est entre autres noté "Plus spécifiquement, pour les médecins, le critère de référence pour apprécier la "faute médicale" est le comportement du médecin normalement diligent et avisé." Parmi les fautes dont le praticien pourrait être tenu responsable se trouve  "la faute lourde" (c'est à dire la faute profesionnelle importante). Or, il se trouve qu'en Autriche, la plus haute juridiction a condamné un médecin scolaire (fonctionnaire public donc) pour faute profesionnelle car celui-ci n'avait pas informé de façon honnête un jeune des risques graves encourus après vaccination anti-hépatite B. Par conséquent, ce médecin a aussi été condamné à payer des dommages financiers à ce jeune  atteint d'une névrite optique, devenu aveugle et à présent invalide à 90%.

 

* Pourcyrous M. et al, “ Primary immunization of premature infants with gestational age <35 weeks: cardiorespiratory complications and C- reactive responses associated with administration of single and multiple separate vaccines simultaneously”, J Pediatr. 2007 Aug;151(2):167-72.

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 21:29

Une directrice de crèche nous a fait parvenir les documents que l'ONE diffuse à tous les milieux d'accueil pour diffusion aux parents, preuve que la médiatisation du cas de la petite Stacy a dû en faire réfléchir plus d'un, à juste titre....
 
Là où l'ONE affirme un peu TROP VITE que la petite est morte "des suites d'une infection fulminante due à une bactérie contre laquelle elle n'avait pas été vaccinée", il faut bien sûr rappeler que plusieurs études scientifiques (déjà mentionnées par Initiative Citoyenne dans ses courriers aux Ministres, cfr point (18) page 16 ) prouvent  que la vaccination peut déprimer et affaiblir le système immunitaire au point de faciliter des infections opportunistes graves pouvant s'avérer mortelles, infections que le sujet aurait pu ne jamais avoir ou qu'il aurait pu juguler en temps normal, en l'absence de stimulation immunitaire intempestive d'orgine vaccinale.
 
Mais il est vrai que l'ONE ne connaissait déjà aucune étude internationale sur les risques graves des vaccins là où il en existe des centaines et même sans doute des milliers!

Soulignons à ce propos l'énorme dérobade de l'ONE qui ne nous a apporté aucune réponse précise à nos questions adressées par recommandé sur la sécurité des vaccins au prétexte qu'une action en justice est pendante contre la Fédération Wallonie-Bruxelles au sujet de l'obligation vaccinale en crèches.

 

Quant à l'avancement de l'enquête sur l'origine exacte du décès de la petite Stacy, le moins qu'on puisse dire est que tous les efforts ne sont pas accomplis puisqu'une loi belge de 2003 impose de réaliser une autopsie pour tout décès inopiné d'un enfant de moins de 18 mois or ici elle est refusée aux parents depuis plusieurs semaines et ce, alors qu'ils l'avaient demandée avant le délai crucial des 60 jours et qu'ils étaient aussi, en cela, soutenus par les médecins de leur assurance!

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:57

20 janvier 2012- La DH

 

Selon Raphaël Sirjacobs et Béatrice Dupont, la mort de leur fillette est imputable à ces vaccins dont un a été retiré dans certains pays

 

BRUXELLES Une trentaine de citoyens ont marché symboliquement vendredi de la gare du Midi, à Bruxelles, au Service public fédéral (SPF) Santé publique afin de réclamer la liberté vaccinale pour leurs enfants et le droit à l'information. L'action a été organisée par Raphaël Sirjacobs et Béatrice Dupont, les parents de Stacy, un nourrisson décédé en octobre 2011 après avoir été vacciné au Prevenar, à l'Infanrix hexa et au Rotarix. Officiellement, Stacy est décédée d'une méningite à méningocoques mais selon ses parents, sa mort est due à la triple vaccination effectuée malgré des antécédents familiaux d'allergies. Selon Raphaël Sirjacobs et Béatrice Dupont, la mort de leur fillette est imputable à ces vaccins dont un, à la suite de décès d'autres nourrissons, a été retiré dans certains pays.

Les parents ont dénoncé l'absence d'information concernant les effets secondaires de ces vaccins et ont réclamé la liberté vaccinale. Raphaël Sirjacobs a également pointé du doigt "le harcèlement de l'ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance) qui pousse les parents à vacciner leurs enfants qui, sans cela, ne sont pas admis dans les crèches et donc, exclus."

Les parents souhaitent à présent démontrer que les risques secondaires des vaccins sont sous-estimés alors qu'ils peuvent être graves voire mortels. L'application de la loi de 2002 sur le patient, autorisant ce dernier à recevoir toutes les informations disponibles sur son traitement, était également au coeur des revendications des manifestants.

 

Source: La DH

 

 

Lire le discours de Me Philippe Vanlangendonck, l'avocat des parents: ICI

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA