Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 22:46

Serge Rader : « 11 vaccins obligatoires ? On marche sur la tête ! »

Serge Rader, pharmacien et lanceur d'alerte

Le nouveau ministre de la Santé, Agnès Buzyn, envisagerait de rendre onze vaccins obligatoires (contre trois aujourd’hui). Pour Serge Rader, le lobby pharmaceutique a encore frappé ! Ce n’est pas du tout, martèle-t-il, une priorité de Santé publique.

Serge Rader, vous avez 61 ans. Vous avez publié Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir. Cela tombe très bien puisque la ministre de la santé, madame Agnès Buzyn, réfléchirait à rendre 11 vaccins obligatoires. Que vous inspire cette décision ?

 

Je dis qu’on marche sur la tête. Les vaccins ne sont pas une priorité de santé publique par rapport à d’autres infections. Je m’aperçois que le lobby pharmaceutique a encore frappé. Cela ne m’étonne pas.


J’ai beaucoup d’estime pour madame Buzyn, mais qu’elle n’aille pas sur le chemin de l’obligation vaccinale à 11 vaccins sinon je vais monter au créneau. On ne peut pas laisser faire.


En Italie, un décret vient de sortir le 07 juin pour obliger à 12 vaccins avec un quadrivalent, c’est-à-dire un vaccin avec 4 virus vivants atténués. On voudrait en faire autant en France, ou plutôt le lobby vaccinal voudrait en faire autant en obligeant à 11 vaccins qui ne sont pas une urgence de santé publique.


Je peux l’expliquer. Elle a cité le cas de la rougeole et de la méningite. Ce qui se passe avec ces maladies est parfaitement explicable, mais ce n’est pas vraiment une priorité de santé publique. La rougeole en France en 2012, c’est 859 cas. En 2013, c’est 259 cas. En 2014, c’est 267 cas. En 2015, c’est 364 cas. En 2016, 79 cas ! On vaccine de plus en plus. Alors qu’on vous dit le contraire.


Le vaccin ROR, alors qu’on pourrait au moins avoir le monovalent uniquement de la rougeole à 2 doses, représentait 85 % de couverture vaccinale en 2008. En 2015, il représentait 93 % de couverture vaccinale. On nous annonce maintenant un chiffre dont je ne sais pas d’où il sort de 75 %. Plus on vaccine, plus on aurait de cas de rougeole. Ce qui s’explique parfaitement par les effets secondaires des vaccinations de masse. On peut l’expliquer pour tous les vaccins, pour la diphtérie, pour la variole etc.


Les vaccinations de masse, ce n’est sûrement pas la solution. On vaccine de plus en plus et il y aurait soi-disant de plus en plus de cas et même des morts. J’aimerais savoir d’où sortent ces morts. Entre mourir de la rougeole et mourir avec la rougeole, il y a une nuance. On mélange tout et n’importe quoi, tout cela pour augmenter le nombre de vaccinations et donc le business. La Suède, par exemple, vient pourtant de décréter inconstitutionnelle l’obligation vaccinale.


Je dis que si on va vers une obligation vaccinale, je monterai au créneau. Il existe toute une batterie de textes pour défendre la liberté de l’individu à se vacciner ou pas avec des informations qui soient transparentes. C’est loin d’être le cas aujourd’hui. Je veux citer l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme, le nouveau Code civil qui reconnaît le principe du respect à l’intégrité du corps humain, l’article 36 du code de déontologie médicale, les différents arrêts de la Cour sur l’information transparente due au patient. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Il y a aussi la loi Kouchner du 4 mars dit qu’aucun acte médical ne peut-être pratiqué sans consentement libre et éclairé de la personne. Enfin, l’article 1111 de la santé publique dit que tout citoyen a le droit à la liberté d’accepter ou de refuser un acte médical, et la vaccination est un acte médical.

Nous n’en resterons donc pas là! 

Source : Boulevard Voltaire

NB: Prenez le temps de comparer le discours de bon sens, précis et rigoureux, du pharmacien Serge Rader ci-dessus avec ce qui vient encore de paraître dans la presse, un appel affligeant signé par soi-disant "200 grands noms" de médecins et praticiens hospitaliers en faveur de la vaccination obligatoire sur laquelle planche la Ministre Agnès Buzyn. Le moins qu'on puisse dire est qu'il ne s'agit certainement pas de grands noms de l'histoire de la médecine à laquelle ils ne connaissent visiblement rien de rien puisqu'ils affirment que la vaccination systématique a permis l'éradication de la variole là où le rapport final d'éradication de l'OMS qu'ils n'ont à l'évidence jamais lu stipule pourtant en toutes lettres:  « Les campagnes d'éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. [...] ...il fallait absolument changer de stratégie. »

 

Voir aussi

 

Suède: le parlement déclare les obligations vaccinales inconstitutionnelles

 

Pourquoi la Suède refuse les obligations vaccinales: des raisons dérangeantes pour Big Pharma!

 

Méningite C: le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)

 

Bénéfices/risques du vaccin ROR: c'est à vous de décider!

 

Effets du vaccin ROR: des parents en détresse jettent une bouteille à la mer

 

Vaccin ROR: les aveux accablants d'un officiel de santé britannique dès 2006 dans le Daily Mail...

 

Sécurité des vaccins: on se fout carrément de vous!

 

Infanrix hexa: le document confidentiel accablant

 

Tous les vaccins sont expérimentaux: voici pourquoi

 

Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur: "On ne sait pas comment marchent les vaccins"!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude 16/08/2017 20:15

Il existe une susceptibilité à la narcolepsie chez des sujets vaccinés avec le vaccin contre la grippe H1N1 (Pandemrix), ayant un HLA-DQB1.

https://www.mesvaccins.net/web/news/5036-narcolepsie-il-y-a-presque-toujours-une-cause-genetique-et-les-facteurs-declenchants-pourraient-etre-varies

Initiative Rationnelle 17/08/2017 13:48

Également, il existe une susceptibilité à la narcolepsie chez des sujets NON VACCINÉS ayant un HLA-DQB1.

Vous êtes impayable, Claude. C'est une narcolepsie qui peut être déclenchée par une vaccination, ou UNE INFECTION, ou même RIEN DU TOUT. Lisez ce que vous citez, ça peut servir. Le texte précise "Si elle n'est donc pas écartée, la responsabilité du vaccin se trouve ATTÉNUÉE". Même le titre aurait dû vous mettre sur la voie: "Narcolepsie : il y a presque toujours une cause génétique, et les facteurs déclenchant pourraient être variés".

Claude 02/08/2017 10:50

Congressman Posey Lone Voice in Congress Calling for Vaccine Studies Comparing Vaccinated with Unvaccinated Children :

The CDC Has Never Studied Vaccinated vs Unvaccinated Children.../...

http://vaccineimpact.com/2017/congressman-posey-lone-voice-in-congress-calling-for-vaccine-studies-comparing-vaccinated-with-unvaccinated-children/

Bernard 23/07/2017 22:27

Variole, encore et toujours ...

Essayer de comprendre ce qui a pu se passer en Inde en 1973-74 n'est pas fait pour les paresseux, il faut travailler, chercher et comparer. Certes il existe le rapport de 1980 ainsi que le document OMS de 1500 page « la variole et son éradication » mais il existe surtout, en amont de tout cela, les REH de l'époque qui ne sont plus provisoirement accessibles en raison de la refonte totale de l'accès à des documents papiers non prévus pour internet :
«Le REH est une publication à nulle autre pareille, qui a survécu pendant 9 décennies et a connu une évolution considérable. Étant chargés de la pérennité de cette publication historique, nous nous employons à la moderniser pour qu’elle continue de répondre aux besoins actuels. Bientôt, toutes les éditions passées et futures seront interrogeables sur les plateformes courantes, ce qui permettra aux praticiens, aux chercheurs et aux autres utilisateurs d’accéder aisément à leur contenu»,
Mais j'y avais eu accès auparavant et j'en avais fait un article où je parle en particulier de ce que l'OMS avait appelé :« Les Mois les Plus Noirs du Programme (d'éradication), Janvier-Juin 1974 » [1]
Quelques extraits de ces REH :
REH n° 18 du 4 mai 1973
Page 191 :
« on peut s'attendre pour 1973 à un nouvel accroissement qui tiendra en majeure partie, non à une amélioration de la notification mais à une hausse marquée de l'incidence en Inde et au Bangladesh »
Page 193 :
« Le succès du programme mondial d'éradication s'est trouvé sérieusement menacé par l'apparition cette année de grandes épidémies de variole dans le nord de l'Inde et en particulier dans les États du Bengale-Occidental, d'Uttar Pradesh et de Bihar.
La notification étant tardive et incomplète et les mesures d'endiguement inadéquates, les poussées relativement limitées de l'an dernier se sont transformées en épidémies de grande envergure.
On s'inquiète tout particulièrement de l'épidémie majeure, telle qu'on n'en avait pas observé depuis plus de 10 ans, qui sévit à Calcutta. L'abondance relative des moyens de transports en Inde a notablement contribué à compliquer le problème, de nombreuses personnes en période d'incubation ayant parcouru des centaines voire des milliers de kilomètres à travers le pays* et ainsi recrée des foyers d'infection dans des zones précédemment indemnes.
Les importations dûment établies dans les États voisins des zones infectées se sont comptées par centaines »

Mon commentaire : Les nombreux déplacements des Indiens à travers le pays n'étaient certainement pas un phénomène nouveau qui serait apparu soudain en 1973 !!! Ils ont bon dos !

REH n° 26 du 29 juin 1973
Plus grave encore, l'épidémie s'étend rapidement à des contrées indemnes :
«En Inde les principales régions d'endémicité continuent à déclarer plus de cas qu'elles ne l'ont jamais fait depuis plus d'une décennie. De nouveaux foyers d'endémie sont encore détectés et un certain nombre d'épidémies se sont produites récemment dans les États de l'Est et dans d'autres régions jusque là exemptes de la maladie. Ces épidémies sont liées principalement à des cas importés des États à forte endémicité, Bengale-occidental, Bihar, Uttar Pradesh. L'apparition d'épidémies dans la partie orientale du Madhya Pradesh qui en était naguère encore exempte est particulièrement préoccupante.
En outre il est décevant de constater à ce jour l'échec des efforts d'endiguement entrepris pour interrompre la transmission dans le Rajasthan et l'Andhra Pradesh, où l'incidence de la maladie est faible et où des mesures d'endiguement relativement limitées mais efficaces devraient rapidement produire leurs effets. »
REH n°32 du 10 août 1973
« Au 7 août 90748 cas de variole avaient été notifiés à l'Organisation soit à peu près le double du nombre de cas enregistrés l'année dernière à la même époque.
La stratégie de l'éradication de la variole
La stratégie du programme d'éradication de la variole est fondée sur un vigoureux programme de surveillance et d'endiguement dans les zones d'endémie confirmée.
Les mesures de lutte ont été cependant relativement inefficaces dans de nombreuses régions du sous-continent asiatique ; c'est pourquoi la variole s'est propagée et réinstallée cette année dans beaucoup de territoires précédemment indemnes.
Dans beaucoup d’États de l'Inde,...bien souvent des cas continuent à se produire pendant de nombreuses semaines ou même des mois après le déclenchement des opérations d'endiguement. »
Il est donc reconnu que les mesures de lutte se sont avérées inefficaces mais aucune analyse n'est faite pour en cibler les causes ! Ils voulaient endiguer les épidémies en vaccinant les contacts mais l'effet Buchwald va produire le résultat inverse ...
REH n°19 du 10 mai 74 
 
« Au 7 mai l'Organisation avait reçu notification de 76383 cas de variole soit un accroissement de 34% par rapport au nombre de cas enregistrés à la même date de 1973. Une fraction de cet accroissement peut être attribué à l'introduction en octobre 1973, dans une grande partie de l'Inde et du Pakistan, d'un nouveau système de surveillance remarquablement plus efficace grâce auquel la notification est devenue pratiquement complète dans la plupart des régions. En même temps des épidémies explosives se sont produites dans l’État indien de Bihar...Pour 1974 le Bihar à lui seul compte plus de la moitié du total des cas relevés dans le monde. »
 
Le nouveau système de surveillance c'était les semaines de prospection où les villages infectés étaient systématiquement vaccinés. Comme par hasard, "des épidémies explosives" vont apparaître ''en même temps'' ! Mais ils ne comprennent toujours pas !!!
ETC Je ne peux pas tout reproduire ici mais chacun pourra constater à quel point les commentaires d'IR avancés à l'aveuglette sont particulièrement inadéquats mais il s'en fiche.
D'ailleurs il ignore qu'il existait la variole majeure pour laquelle le malade était prostré avec 40 de fièvre et donc incapable de prendre le train. De plus le malade n'était contagieux que pendant la phase d'éruption particulièrement repoussante. C'est pourquoi un varioleux contaminait entre 1 et 5 personnes la plupart du temps (selon l'OMS et non pas 500 !!!
Il existait aussi la variole mineure ou alastrim qui était beaucoup moins grave et permettait aux malades de se déplacer. C'est pourquoi un tel malade pouvait contaminer beaucoup plus de personnes. Aussi, ce malade ayant été à l'origine d'une épidémie de 464 cas ne pouvait être atteint par la variole majeure au moment de son déplacement. Si c'était elle, il était alors en incubation.

Quand la maladie s'est déclarée on a certainement appliqué la stratégie systématiquement en cours à cette époque, donc en 1974 selon ce qui est rapporté par IR. Or à cette époque on pratiquait la vaccination systématique des contacts qui apparemment ne s'était pas montrée très efficace  sur ce coup là ? Il est au contraire fort vraisemblable que cette épidémie soit plutôt en faveur de ce que je dis : la vaccination des vrais contacts, par la rencontre des 2 virus sauvage et vaccinal, déclenche une variole qui aurait été évitée chez les immunisés en l'absence de cette vaccination. D'où l'accroissement du nombre de malades.
Je ne dis pas que la vaccination antivariolique était inefficace, au contraire, pratiquée à une distance suffisante du contage, elle pouvait l'être. Par contre c'est la catastrophe quand la vaccination et le contage sont plus ou moins simultanés. Est-ce clair ?

[1] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/02/03/23430717.html

Initiative Rationnelle 25/07/2017 09:47

"alors il existe sûrement des données qui ont conduit à cette conclusion et j'ai décrit une partie de ces données dans des articles sur mon blog"

J'ai ri. Toute une minute. Grace à cette phrase. Grace à vous. Merci.

Donc une fois de plus, c'est "Je le sais, croyez moi sur parole". Pourtant, vous aviez une étude. Avec des singes. Concrète. Vérifiable. On a vérifié. Vous n'en parlez plus ? Une personne rationnelle, quand ses arguments sont réfutés, modifie ses hypothèses en conséquence. En bon adepte des pseudo-sciences, comme il est impossible pour vous que vos conclusions soient erronées vous maintenez vos affirmations même quand il ne vous reste plus de données concrètes. Vous dites des choses comme "j'vous jure, j'avais la preuve sous les yeux mais mais mon chien l'a mangé". Bien entendu, ces anecdotes personnelles ne sont pas des arguments. Vous partez au combat avec une armure en carton, Bernard, ce qui vous occasionne d'humiliantes blessures. - https://wp.me/p7rQDb-374/#3_2

---

"Voici ce qu'écrivait Donald Henderson* en 1976 quand il tirait les enseignements de l'expérience de l'éradication"

Vous êtes un peu masochiste quand même. Vous connaissez la blague de l'ours et du chasseur ? Le même texte indique:

"En ce qui concerne les contacts, on dispose d'un vaccin très efficace et stable qui offre une protection pratiquement complète au bout de 10 à 12 jours. La période d'incubation étant d'environ 2 semaines et le malade habituel ne contaminant normalement pas plus de 2 à 5 personnes, une intervention rapide - isolement et vaccination des contacts réels ou potentiels -, est très efficace et arrête la transmission de la maladie."

En clair, la vaccination des contacts ça marche, et ça marche bien. VOUS citez Donald Henderson, VOUS lui accordez du crédit, VOUS nous rappelez qu'il est considéré comme celui qui a vaincu la variole. Lui, dit que vous racontez n'importe quoi.

Vous ne pouvez pas choisir arbitrairement les parties de ce texte qui vous font plaisir et rejeter le reste. C'est un double standard et une fois encore Bernard, IL FAUT CHOISIR (Incroyable !). Est-ce qu'Henderson a raison de dire que vous racontez n'importe quoi, ou est-ce que vous avez tort de citer Henderson qui confirme les informations qui selon vous sont fausses ?

---

"cette discussion stérile mais qui m'aura quand même permis, une fois de plus, de placer ici des informations intéressantes."

Tout à fait. Il est très intéressant de voir le grand nombre de points au sujet desquels vous étiez intarissable quand vous imaginiez qu'ils servaient votre narration irrationnelle et que vous refusez même d'évoquer à présent.

La liste des sujets toujours ouverts qui attendent une réponse de votre part s'allonge singulièrement. Une numérotation s'impose.

1.
Vous dites que la vaccination est inefficace même pratiquée 4 jours AVANT l'infection, en contradiction avec le consensus scientifique sur le sujet. Quelle est POUR VOUS la distance suffisante, et surtout COMMENT le savez-vous ? Pour affirmer que les spécialistes de la question se trompent, ou mentent, il faut des données. Ou sont vos données, Bernard ?

Vous me répondez en somme: "On me l'a dit". C'est risible. Bernard, cette anecdote personnelle "ne change rien à l'affaire car ce n'est en aucune façon une source". Avez-vous déjà oublié ce que vous disiez un peu plus tôt ? "Les sources ce sont les données et non les auteurs traitant (ou mal traitant ou maltraitant) ces données.". Bernard, vous ne seriez pas en train d'exiger des autres ce que vous êtes incapable de fournir vous même ? Ce serait un double standard. Pour affirmer que les spécialistes de la question se trompent, ou mentent, il faut des données. Ou sont vos données, Bernard ?

2.
J'ai montré que vous aviez déformé les propos d'une étude qui parle de tout autre chose pour affirmer que la vaccination des contacts est efficace dans les 4 jours. Vous vous êtes exprimé sur le sujet. Irrationnellement. Comiquement. Vous avez affirmé que la phrase sur l'infection volontaire en intra-veineuse concerne des humains, ce qui est faux. Et absurde. Pas de réponse de votre part.

3.
Vous dites que l'avis du HCSP publié en avril 2013 recommandait l'utilisation des antiviraux sur les contacts en remplacement de la vaccination. J'ai montré que vous aviez déformé les propos du HCSP, ce qui vous a fait répondre que l'avis du HCSP ne valait pas grand chose finalement. Votre réponse est irrationnelle, et bien peu réfléchie. D'une part, c'est VOUS qui le citiez à tour de clavier quand vous ne saviez pas que vous aviez tort, et c'est VOUS, quand on ne vous répond pas immédiatement sur ce point qui sortez des choses du genre "ce n'est pas très rationnel, l'avis du HCSP existe!". D'autre part, si vous écartez le HCSP d'un revers de la main, vous DEVEZ écarter le CTV qui en fait partie. Enfin, l'argument est que vous trahissez une source. L'argument, c'est VOUS, "mal traitant ou maltraitant" la parole du HCSP. Est-ce que votre réponse est réellement une variation autour de "Oui j'ai menti, mais c'est pas une donnée, c'est un organisme consultatif alors c'est pas grave" ? Pas de réponse de votre part.

4.
Vous dites que l'OMS aurait abandonné la vaccination de masse contre la variole puis aurait ensuite décidé de réécrire l'histoire à posteriori et en secret. J'ai montré que vous aviez déformé les propos de l'OMS qui a pratiqué la vaccination de masse jusqu'au bout. Pas de réponse de votre part.

5.
Vous dites qu'il faut faire confiance aux REH parce que le rapport final de l'OMS a été bidonné. Je vous signale que quand les REH vous contredisent, vous citez alors le rapport de l'OMS qui bien que bidonné serait néanmoins digne de confiance sur ce que VOUS citez. Pas de réponse de votre part.

6.
Vous dites que les données des REH que vous avez cité, et pas les interprétations, vous ont permis de conclure: "la vaccination des vrais contacts, par la rencontre des 2 virus sauvage et vaccinal, déclenche une variole qui aurait été évitée chez les immunisés en l'absence de cette vaccination. D'où l'accroissement du nombre de malades."

Vous dites en somme "MOI, je ne tiens compte que des données". Je vous ai posé une question simple: Quelle données ? C'est la moindre des choses que vous soyez capable de le formuler. Pas de réponse de votre part.



Votre incapacité viscérale à admettre la moindre erreur fait de chaque absence de réponse de votre part une information précieuse sur votre propre estimation de la solidité de vos arguments. En répondant sporadiquement uniquement à l'un ou l'autre de ces points, vous en direz très peu sur ce point particulier, mais vous en direz tellement sur tous les autres que vous ignorez avec constance.

Bernard 24/07/2017 22:39

Un dernier mot, après j'arrête cette discussion stérile mais qui m'aura quand même permis, une fois de plus, de placer ici des informations intéressantes.
Voici ce qu'écrivait Donald Henderson* en 1976 quand il tirait les enseignements de l'expérience de l'éradication [1] page 10 :



«Le plus important est de reconnaître que les progrès réalisés dans un programme de lutte contre une maladie peuvent être appréciés en terme d'incidence de cette maladie. Nous avons constaté, jusqu'à une date très récente, que les autorités sanitaires, la presse et le public dans leur ensemble ont cherché à évaluer les progrès réalisés en premier lieu d'après le nombre de vaccinations effectuées. Lorsqu'une épidémie se produisait, … l'attention était surtout dirigée vers les chiffres de la vaccination. Si ceux-ci étaient élevés on en concluait que le programme se déroulait bien.



La mesure des progrès réalisés d'après le nombre de vaccinations effectuées semble être un échec trop fréquent des programmes de vaccination aujourd'hui aussi bien dans les pays développés qu'en voie de développement."

L'absence d'efficacité de la vaccination antivariolique sur les contacts je la tiens directement du président du CTV ... alors il existe sûrement des données qui ont conduit à cette conclusion et j'ai décrit une partie de ces données dans des articles sur mon blog et même dans une présentation orale de 10 mn au congrès Sfsp de Lille le vendredi 4 novembre 2011 à 11h en présence de nombreux experts qui avaient beaucoup applaudi mon exposé. Alors ... il peut toujours causer ...

Sur ce lien
http://www.sfsp.fr/manifestations/congres2011/donnees/fs_tout_session.htm

on accède aux sessions de ce congrès. Cliquer sur la session S26 pour accéder à l'annonce de ma communication orale puis à mon résumé. En cliquant sur P9 on accède à l'annonce puis au résumé de mon poster sur la modélisation des épidémies de grippe. Devant ce poster j'avais pu échanger un bon moment avec le spécialiste de Sanofi sur cette question.

En cliquant sur P13 on accède à mon second poster "La démocratie peut-elle investir les études épidémiologiques ?" puis au résumé. Devant ce poster j'avais pu échanger avec plusieurs épidémiologistes. Tous étaient intéressés par ma méthode d'approche et mes analyses. Il est vrai que malgré leurs limites ils avaient une autre formation que celle qui s'étale ici et qui n'a aucun intérêt scientifique, ce sont seulement de médiocres tentatives d'obstruction comme on dit au foot. Aucun expert sérieux, même ulta-pro-vaccin n'oserait tenir de tels propos de peur de se décrédibiliser. C'est pourquoi il est plus aisé de discuter avec eux que de le faire ici avec un anonyme.

* Henderson était le directeur à l’OMS du programme d’éradication. Il est considéré comme l’homme qui a vaincu la variole.



[1] [1] Les enseignements de l'éradication par Henderson

http://whqlibdoc.who.int/smallpox/WHO_SE_75.76_fre.pdf

Initiative Rationnelle 24/07/2017 19:26

"Je ne dis pas que la vaccination antivariolique était inefficace, au contraire, pratiquée à une distance suffisante du contage, elle pouvait l'être. Par contre c'est la catastrophe quand la vaccination et le contage sont plus ou moins simultanés. Est-ce clair ?"

Pas vraiment. Vous dites que la vaccination est inefficace même pratiquée 4 jours AVANT l'infection, en contradiction avec le consensus scientifique sur le sujet. Quelle est POUR VOUS la distance suffisante, et surtout COMMENT le savez-vous ? Pour affirmer que les spécialistes de la question se trompent, ou mentent, il faut des données. Ou sont vos données, Bernard ?

---

J'en profite également pour vous rappeler d'autres points qui ont malencontreusement disparu de la conversation au moment ou vous deviez soit admettre vos erreurs, soit proposer une réfutation rationnelle avec des éléments concrets et vérifiables à opposer aux éléments concrets et vérifiables qui vous donnent tort.

Vous dites que l'avis du HCSP publié en avril 2013 recommandait l'utilisation des antiviraux sur les contacts en remplacement de la vaccination. J'ai montré que vous aviez déformé les propos du HCSP, ce qui vous a fait répondre que l'avis du HCSP ne valait pas grand chose finalement. Votre réponse est irrationnelle. D'une part, c'est VOUS qui le citiez à tour de clavier quand vous ne saviez pas que vous aviez tort, et c'est VOUS, quand on ne vous répond pas immédiatement sur ce point qui sortez des choses du genre "ce n'est pas très rationnel, l'avis du HCSP existe!". D'autre part l'argument est que vous trahissez une source. C'est VOUS, "mal traitant ou maltraitant" la parole du HCSP. Est-ce que votre réponse est réellement une variation autour de "Oui j'ai menti, mais c'est pas une donnée, c'est un organisme alors c'est pas grave" ?

Vous dites que l'OMS aurait abandonné la vaccination de masse contre la variole puis aurait ensuite décidé de réécrire l'histoire à posteriori et en secret. J'ai montré que vous aviez déformé les propos de l'OMS qui a pratiqué la vaccination de masse jusqu'au bout. Vous avez omis de vous exprimer à ce sujet.

Vous dites qu'il est faux de dire que la vaccination des contacts est efficace dans les 4 jours. J'ai montré que vous aviez déformé les propos d'une étude qui parle de tout autre chose pour faire cette affirmation. Vous vous êtes exprimé sur le sujet. Irrationnellement. Comiquement. Vous avez affirmé que la phrase sur l'infection volontaire en intra-veineuse concerne des humains , ce qui est faux. Et absurde. Depuis, c'est silence radio.


Nul doute que vous êtes à nouveau en train de choisir la troisième voie, Bernard. Plutôt que d'admettre vos erreurs ou de proposer une réfutation rationnelle avec des éléments concrets et vérifiables à opposer aux éléments concrets et vérifiables qui vous donnent tort, vous préfèrerez sans doute attendre quelques temps avant de vous remettre à propager vos erreurs. En ce qui me concerne, je préfère prendre les devants et vous poser ces questions maintenant.

---

"Pour lui accepter les données impliquerait automatiquement l'acceptation des interprétations faites !!!"

Vous êtes tellement prévisible (c'est une diversion que vous avez déjà tenté par le passé).

Quelles sont les données, les données pures, brutes, qui se trouvent dans les REH que vous citez et qui vous permettent d'affirmer que "la vaccination des vrais contacts, par la rencontre des 2 virus sauvage et vaccinal, déclenche une variole qui aurait été évitée chez les immunisés en l'absence de cette vaccination. D'où l'accroissement du nombre de malades." ?

Il serait irrationnel que vous puissiez dire en somme "MOI, je ne tiens compte que des données" et que vous soyez incapable de reproduire ces mêmes données. Étant donné que vous n'avez cité jusqu'ici qu'un mélange données-interprétations, vos citations sont invalides selon votre propre distinction. Ce serait donc la moindre des choses que vous précisiez, par un copier-coller par exemple, quelles sont les données seules, sans interprétation qui vous permettent d'arriver à la conclusion ci-dessus.



Il se trouve que ce sont les données qui vous donnent tort, Bernard. Ce sont les données que vous niez. (Par exemple "A partir des foyers existants dans ces deux Etats, l’infection est régulièrement importée dans d’autres régions de l’Inde ainsi qu’au Népal"). Les personnes infectées ne restent pas cantonnées et propagent la maladie. C'est ce que les données montrent. C'est UNE DONNÉE cohérente avec les chiffres que vous voulez à toute force rendre inexplicables, et c'est ce que vous vous êtes retrouvé à nier de manière ridicule en affirmant que la variole ne prend pas le train. Les interprétations, en toute logique, vous donnent également tort, mais c'est accessoire.

Soit les données des REH sont dignes de confiance et VOUS DEVEZ les accepter, même celles qui vous contredisent, soit elles racontent n'importe quoi et vous ne pouvez pas vous en servir dans votre argumentation. IL FAUT CHOISIR. (Incroyable !)

---

"Il faudrait aussi ne pas oublier l'isolement systématique des contacts qui stoppait la transmission comme rappelé aussi dans le rapport de 1980 page 22 "

Il faudrait aussi ne pas oublier de quoi vous parlez. Je vous rappelle vos propos, puisque vous semblez les avoir oublié. Vous avez cité le nombre de cas notifiés pour l'Inde entre 1967 et 1975 et vous avez dit: "Une telle courbe est clairement incompatible avec une régression régulière des cas en fonction de l'accroissement de la couverture vaccinale."

Votre affirmation est contredite par les REH que vous tenez en si haute estime. Oubliant ce petit détail entre deux copier-coller, vous vous égarez et commencez à parler d'autre chose.



"comme rappelé aussi dans le rapport de 1980 page 22"

Avant de réfuter vos propos, Bernard, je voudrais citer Bernard: "Il existe de très nombreux et volumineux documents relatifs à l'éradication de la variole sur le site de l'OMS. Il y a le rapport de la Commission mondiale pour la Certification [...] Il y a un document de 1500 pages datant de 1988 [...] Mais beaucoup plus importants, les REH (relevés épidémiologiques hebdomadaires) de l'époque, mis en ligne en 2011. Ils donnent tous les mois des informations sur la situation évolutive de la variole alors que personne n'en connait l'issue. C'est très intéressant et il est très instructif de comparer ces textes rédigés par Henderson ''à chaud'', dans l'inconnu et dans la crainte de l'échec, avec les 2 documents précédents rédigés après coup, le résultat final étant acquis. Sans parti-pris on peut se rendre compte qu'ils réécrivent déjà l'histoire"

Vous rendez-vous compte Bernard que vous voilà amené à citer le rapport final, document selon vous falsifié par l'OMS, pour la seule raison que ce qui est dit dans le REH est "très intéressant", "très instructif" et montre que avez tort ?

Vous ne pouvez pas en même temps dire "Regardez ce rapport, il dit que j'ai raison", et "Regardez ce rapport, il dit n'importe quoi". Quelle source faut-il privilégier, Bernard ? IL FAUT CHOISIR. (Incroyable !).

Vous faites un double standard. Ce rapport dit: "Cette technique, alliée à une campagne de vaccination de masse dont l’objectif était d’atteindre 80 % de la population, permit de réaliser l’éradication dans tous les pays d’endémicité d’Afrique occidentale en l’espace de trois ans et demi."

Si vous choisissez de citer ce rapport, VOUS DEVEZ accepter ce qu'il dit par ailleurs, même si cela contredit vos idées reçues. Accessoirement vous devez également faire un point sur vos choix dans la vie, je vous rappelle que les longues heures que vous avez passé à éplucher tous ces relevés hebdomadaires avaient pour but de réfuter les affirmations contenues dans la synthèse de l'OMS. N'aller pas jeter tous ces efforts aux ordures en affirmant sur un coup de tête que la synthèse de l'OMS peut réfuter ce que les relevés hebdomadaires nous apprennent de vos hypothèses fantasques.


Les données existent. Elle vous donnent tort. Les REH vous donnent tort. La presse de l'époque vous donnent tort. Vous dites "j'y crois pas". Je vous réponds "tant pis".

Vous pouvez vous faire votre OPINION, vous ne pouvez pas vous faire vos propres faits. Ne tentez pas de faire croire que votre opinion est basée sur des faits, ce n'est pas vrai.

Bernard 24/07/2017 14:19

Je reviens très brièvement sur cette affirmation d'IR qui donne une idée du personnage et permettra à ceux qui passeraient par là de se "vacciner" définitivement, s'il en était besoin, contre ses méthodes. Il écrit donc :

"Soit ces documents sont dignes de confiance et VOUS DEVEZ les accepter, même ceux qui vous contredisent, soit ils racontent n'importe quoi et vous ne pouvez pas vous en servir dans votre argumentation. IL FAUT CHOISIR."

Plus précisément il confond les données, les faits rapportés par les auteurs avec les interprétations qu'ils en donnent. Pour lui accepter les données impliquerait automatiquement l'acceptation des interprétations faites !!! Il faudrait donc faire allégeance, c'est d'ailleurs ce qu'il a visiblement fait pour lui-même et voudrait imposer à tous, comme certains évangélisateurs, d'en faire autant !!!

Bernard 24/07/2017 11:43

Hum ! C'est vraiment du grand n'importe quoi, là il se surpasse !!! En particulier son affirmation selon laquelle il faudrait choisir en qui on place sa confiance afin de croire tout ce que dit l'autorité en laquelle on aurait choisi de placer sa confiance et inversement est un défi rarement avoué, mais là il l'est, à la réflexion et à l'intelligence ...
"Soit ces documents sont dignes de confiance et VOUS DEVEZ les accepter, même ceux qui vous contredisent, soit ils racontent n'importe quoi et vous ne pouvez pas vous en servir dans votre argumentation. IL FAUT CHOISIR."

Incroyable !!!

Il faudrait aussi ne pas oublier l'isolement systématique des contacts qui stoppait la transmission comme rappelé aussi dans le rapport de 1980 page 22 :

«Dès lors que les varioleux étaient isolés dans une enceinte où ils n’avaient de contacts qu’avec des personnes correctement vaccinées ou précédemment infectées, la chaîne de transmission était rompue . En identifiant et en isolant immédiatement les contacts qui tombaient malades, on dressait un obstacle à la poursuite de la transmission»

Page 33 :
"
"La variole n'était pas une maladie qui sévissait de façon simultanée et aléatoire dans de nombreux secteurs du pays, mais une maladie à propagation lente qui, à un moment donné, ne frappait qu'une petite proportion des agglomérations. Des exceptions à la règle furent observées, mais l'observation s'est généralement révélée juste."

" Pratiquement, tous les varioleux s'étaient infectés par contact proche avec des malades et ils se comptaient parmi les personnes vivant sous le même toit ou celles qui avaient rendu visite aux malades.
Le fait que des non-vaccinés vivant sous le même toit qu'un varioleux échappaient souvent à l'infection montrait bien que la variole n'était pas aussi transmissible qu'on l'avait généralement cru
. Des études minutieuses montrèrent qu'un sujet infecté contaminait généralement entre une et cinq personnes. L'idée selon laquelle la variole provoquait souvent des épidémies foudroyantes occasionnant des douzaines, sinon des centaines de cas se révéla sans fondement."

Page 47 :

La campagne menée en Inde révéla les limites d’une stratégie axée uniquement sur la vaccination de masse dans un pays aussi vaste et densément peuplée que l’Inde, même lorsque la couverture de vaccination atteignait 90%, objectif pourtant difficile à atteindre. En revanche, lorsque des programmes de surveillance active et d’endiguement efficace entrèrent pleinement en action, l’Inde fut en mesure de réaliser
l’éradication dans un délai relativement bref."

Page 42 :

A Java, en dépit de toutes les mesures prises, la variole s’avérait extraordinairement difficile à éradiquer, malgré des taux de vaccination dépassant 90%. Jusqu’à ce que des structures efficaces de dépistage et de surveillance soient entièrement mises en place.»

Bernard 22/07/2017 19:25

Voici le résumé d'une séance plénière du congrès Sfsp-Adelf des 4-6 octobre à Amiens :
http://www.sfsp.fr/images/docs/2an_congsfsp-adelf0617.pdf

"Politiques publiques de santé : quelle prise en compte des liens entre connaissances et pratiques ?

Nous envisageons dans cette présentation d’explorer les rapports d’affinité élective entre science et politique. L’intervention tentera d’apporter quelques éléments de réponses aux questions suivantes : qu’est-ce qui détermine la compatibilité d’un énoncé scientifique avec des impératifs d’ordre politique ?

Qu’est-ce qui fait obstacle à la circulation dans les espaces de la décision politique de certains faits pourtant consensuels dans les communautés scientifiques qui les produisent ?

Plus généralement : quels sont les mécanismes de la sélection des savoirs à des fins d’action publique ?
Communication qui sera présentée par
Henri Bergeron - Directeur du Master «Organisations et Management des Ressources Humaines», Directeur du programme Santé du LIEPP, Coordinateur scientifique de la Chaire Santé de Sciences Po.

Et aussi une autre communication plénière :

"Une démocratie sanitaire plus « participative » : pour quoi faire ?

Si la participation des citoyens tend à s’imposer comme une norme d’action en matière de santé publique, un flou persistant entoure les objectifs politiques de cette volonté d’inclusion. En revenant sur plusieurs exemples de dispositifs participatifs dans le domaine sanitaire (instances consultatives, mini-publics délibératifs), nous soulèverons le décalage entre la sophistication des méthodes participatives et les difficultés à attribuer un statut réel aux connaissances
produites par ces méthodes dans la conduite des politiques de santé publique.

Guillaume Gourgues
- Enseignant chercheur en science politique à l’Université de la Franche-Comté. Il travaille
en particulier sur les démocraties participatives, les liens entre population et décision.

Indubitablement ce sont de très bon thèmes tout à fait d'actualité quand on voit comment s'est déroulée par exemple la concertation dite citoyenne sur les vaccinations ...

Initiative Rationnelle 24/07/2017 10:22

"Le fait que l'avis de décembre 2012 ne recommande pas la suppression totale de la vaccination [...] ne change rien à l'affaire car un avis du HCSP n'est en aucune façon une source"

Bernard, je vous assure que même si je n'étais pas rémunéré par Big Pharma pour pointer vos erreurs, je le ferais gratuitement, juste pour le plaisir de vous voir faire de telles acrobaties à la Cirque du Soleil et un oeuf ne fait pas de politique, voyons. Hein ? Quoi ? Mais non je l'ai pas dit.

Regardez-vous nous expliquer pourquoi ce qui était convainquant quand vous pensiez que cela servait votre narration devrait à présent être ignoré. Vous avez dit des bêtises, Bernard. Longtemps. Souvent. Regardez-vous nous expliquer maintenant pourquoi vous avez raison même si vous avez tort depuis tout ce temps que vous répétez compulsivement la même chose.


Bernard a dit "Fin 2012 le CTV-HCSP a formulé ses recommandations: les antiviraux. Ce que j'ai rapporté, je n'y reviens pas, démontre clairement que le CTV à l'origine de cette recommandation considérait cette vaccination des contacts comme étant inefficace."

Bernard a dit "Ce constat de la non efficacité de la vaccination sur les contacts a conduit le CTV-HCSP à recommander les antiviraux à la place de la vaccination le 21/12/2012."

Bernard a dit "On sait maintenant que cette vaccination n'était pas efficace sur les contacts. J'ai dit suffisamment à ce sujet, y compris dans les commentaires ci-dessous, pour qu'il n'y ait plus aucun doute à ce sujet. D'ailleurs les recommandations 2012 du HCSP recommandent les antiviraux et non plus la vaccination."

Bernard a dit "Non seulement le HCSP recommande depuis fin 2012 les antiviraux sur les contacts mais j'ai rapporté ici ce que m'avait dit le président du CTV en octobre 2013. Je n'y reviens pas"

Bernard a dit "Car enfin il ne faut pas oublier le fait très important que fin 2012 notre CTV-HCSP a recommandé les antiviraux sur les contacts et non plus la vaccination et que j'ai rapporté une anecdote plus que significative à ce sujet."

Bernard a dit "Dans son avis du 21/12/2012 le HCSP recommande les anti-viraux sur les contacts."

Bernard a dit "le CTV-HCSP recommande depuis fin 2012 le remplacement de la vaccination des contacts par des antiviraux dans notre plan variole"

Bernard a dit "Effectivement, il y a l'avis du HCSP du 21 décembre 2012 relatif à la révision du plan qui recommande l'utilisation des antiviraux qui n'avaient d'ailleurs pas encore d'AMM à l'époque."

Bernard a dit "Le HCSP a recommandé (avis du 20/12/2012) l'utilisation des antiviraux sur les contacts."

Bernard a dit (mon préféré) " Vous ne dites rien dans votre réponse sur la recommandation de remplacement de la vaccination des contacts par des antiviraux dans notre plan variole ni sur les propos du président du CTV. Je pense au contraire qu'il était intéressant de décrire dans quelles conditions j'avais obtenu ces réactions du président du CTV. Je comprends qu'elles vous dérangent car vous avez voulu les ignorer, les qualifiant de "sans valeur argumentaire" ce qui n'est pas très rationnel, l'avis du HCSP existe!"


Faut il également vous rappeler toutes les fois ou un avis du HCSP a été un gage de confiance pour VOUS, tous vos "C'est pourquoi il est essentiel de prendre en compte l'avis de ce Comité, avis approuvé par le HCSP, pour avoir une appréciation plus juste de la situation" ?

Faudrait-il maintenant ignorer ce dont vous avez passé tant de temps à nous expliquer qu'il ne faut pas l'ignorer ? Comme vous dites, "Ce n'est pas très rationnel, l'avis du HCSP existe !"


Que vous êtes amusant. Vous dites quelque chose comme "On me l'a dit, croyez moi sur parole, D'AILLEURS le HCSP le dit" et quand on vous montre que le HCSP ne dit rien de la sorte, vous répliquez par un hilarant "Oui, mais mon argument n'est pas vraiment un argument". Vous avez tort. C'est un non-argument que VOUS utilisez jusqu'à saturation depuis des mois. VOUS avez estimé que cette information était suffisamment convaincante pour être mentionnée partout ailleurs, pour renforcer une anecdote personnelle qui de toute façon par définition n'est pas un argument valide, mais dont de plus la crédibilité est fonction des innombrables affirmations de votre part qui sont vérifiables, et qui se révèlent être fausses. Et vous nous expliquez maintenant pour quelle raison il faudrait ignorer ce que VOUS avez mentionné ? C'est un double standard. Un double standard particulièrement amusant. Vraiment hilarant en fait.



"Les sources ce sont les données et non les auteurs traitant (ou mal traitant ou maltraitant) ces données."

VOUS avez cité une anecdote personnelle, un "On m'a dit que" et cela ne semble pas vous avoir posé de problème particulier. En revanche, votre "Le HCSP a dit que", maintenant qu'il vous contredit, ne peut plus vous convaincre bien que ce soit vous qui le mentionnez avec ferveur depuis des mois. Parce que ce qu'il vous faut en fait, ça vient de vous revenir, ce sont des données, et pas des gens qui en parlent. C'est bien entendu un double standard.

Vous n'avez jusqu'à présent fourni AUCUNE donnée qui vous permette d'affirmer que la vaccination contre la variole est moins efficace que ce qu'en dit l'OMS, ou qu'il y a eu conspiration de l'OMS pour le cacher. Aucune donnée factuelle, rien de vérifiable. Malgré cela, votre nouvel angle, dans ce nouveau message, porte sur "des distorsions entre les connaissances scientifiquement établies et les mesures appliquées". C'est irrationnel. Vous dites "tout en sachant que cette vaccination antivariolique des contacts est inefficace", ce qui est une pétition de principe. Comment le savez-vous VOUS ? Les connaissances scientifiques établies vous donnent tort. Les sources, ce sont les données, dites vous. Ou sont vos données, Bernard ?

Bernard 23/07/2017 10:57

Dans un peu plus de 2 mois il y aura une longue communication plénière en ouverture d'un très important congrès de santé publique organisé par la Sfsp et l'Adelf sur le thème des distorsions entre les connaissances scientifiquement établies et les mesures appliquées aux populations par la puissance publique. Avec l'annonce des 11 obligations vaccinales, c'est un sujet tout à fait d'actualité !

Je vais l'illustrer avec un exemple ancien mais pas tant : jusqu'en juillet 2004 les familles françaises recevaient des courriers du genre « l'immunité de votre enfant contre la tuberculose sera testée mardi prochain à l'école ». Il s'agissait bien sûr du test tuberculinique qui, sur un enfant ayant reçu le BCG, était censé tester la disparition de son immunité s'il devenait négatif. On pratiquait alors une nouvelle vaccination BCG.
Pourtant, dès les années 30, un anglais nommé Watson avait démontré expérimentalement sur des bovins que le test tuberculinique était sans lien avec la résistance à la tuberculose. Plus tard, 2 enquêtes de 20 ans chacune, l'une conduite par le Medical rechearch council et l'autre par l'Institut Pasteur de Lille, vont l'établir chez l'homme. Elles avaient été publiées en 1970 et 1972.

Malgré ces connaissances, la France poursuivra sa politique de test de l'immunité antituberculeuse. Quand en août 1995 l'OMS recommandera dans un REH à tous les pays du monde de se limiter à un seul BCG par personne, une revaccination n'apportant rien et de ne plus utiliser le test tuberculinique comme test de l'immunité, la France poursuivra sa politique pendant encore 9 années … On n'était pas ridicule ! Les autorités s'étonnent qu'il y ait une opposition !!!

Ce sera donc seulement en juillet 2004 que la France abandonnera cette ridicule politique de dépistage ainsi que les revaccinations BCG. En attendant d'abandonner enfin, en 2007, la vaccination systématique par le BCG. Ce ne sera pas sans de nombreuses convulsions des différentes composantes de notre système de santé publique qui, comme tous les systèmes est davantage au service de lui-même que de la santé du publique.
De même, pour ce qui est de l'efficacité de la vaccination des contacts pour la variole, ''ils'' savent parfaitement qu'elle est pour le moins totalement inefficace. Cela me fut confirmé oralement par une personne particulièrement bien placée, je l'ai déjà dit ici plusieurs fois et en particulier dans un commentaire ci-dessous. Le fait que l'avis de décembre 2012 ne recommande pas la suppression totale de la vaccination des contacts au profit des antiviraux sauf pour les personnes dites fragiles (enfants femmes enceintes …) ne change rien à l'affaire car un avis du HCSP n'est en aucune façon une source, c'est une recommandation faite à l'autorité public pour son action. Les sources ce sont les données et non les auteurs traitant (ou mal traitant ou maltraitant) ces données.
On sait qu'aucune autorité n'aime pas se renier ni reconnaître qu'elle a pu se tromper tant elle a peur de perdre du crédit. On s'est beaucoup moqué du dogme de l'infaillibilité pontificale qui signifie non pas qu'un pape ne puisse se tromper mais qu'il ne peut contredire ses prédécesseurs. Or il en va de même pour l'autorité public dont les acteurs successifs doivent assurer la continuité sans remettre en cause certains dogmes et cela est tout particulièrement vrai dans le domaine de la santé . La papauté a eu le courage de reconnaître cela et de l'écrire noir sur blanc.

Aussi, tout en sachant que cette vaccination antivariolique des contacts est inefficace (dans ces conditions car à distance suffisante du contage elle pouvait l'être comme l'ont aussi confirmé les expérimentations sur des singes) elle sera encore maintenue pour ne pas se déjuger trop vite et alors que les plans de vaccination des contacts ont été élaborés depuis longtemps.
Comme pour les tests tuberculiniques dont on connaissait depuis longtemps (au moins 1970) l'incapacité à tester l'immunité antituberculeuse, on maintient dans notre plan variole (fort heureusement non actif et avec peu de chance de le devenir) une disposition pour sauver la face de l'autorité tout en espérant sans doute qu'un nouveau vaccin puisse permettre de vacciner utilement les contacts comme on l'avait aussi longtemps espéré pour le BCG.
En résumé, tout le problème est de savoir si on cherche le VRAI ou si on admet que le vrai est ce qu'affirme l'autorité. Toute la discussion avec IR repose en fait sur cela. C'est pourquoi elle est en fait impossible.

Louhana 22/07/2017 14:18

Mon médecin homéopathe disait lui aussi que l'on marchait sur la tête, que les gens avaient des moitiés de cerveaux (= qu'ils n'étaient pas capables de comprendre que le fait d'injecter des produits toxiques comme ceux qui se trouvent dans les vaccins ne pouvait que nuire à la santé) et que la politique vaccinale actuelle était un véritable génocide. Et je n'ose même pas vous dire ce qu'il pensait de ses confrères vaccinateurs !!!

Alors, oui je sais, ce n'est pas bien de dénoncer les vaccinations, il faut croire à ce que nous disent nos bons médecins, notre bon gouvernement, nos bons labos, etc... Tout ce beau monde ne pense qu'à notre santé, nous devrions en être tous persuadés. Mon médecin n'était qu'un ingrat.

A sa décharge : mon médecin a passé sa carrière à guérir ou améliorer la santé de personnes saccagées par la vaccination en faisant ce qu'il pouvait pour contrer les effets néfastes des vaccins à court, moyen ou long terme, alors bien sûr, cela n'aide pas à voir ces derniers d'un bon œil !

                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA